Il y a 20 ans, le démontage du McDonald's de Millau, date clé de l'altermondialisme

Publié le à Millau (France) (AFP)

"Les paysans sont devenus le symbole de la lutte contre la mondialisation": José Bové et quelques-uns de ses camarades reviennent 20 ans après sur le démontage du McDonald's de Millau le 12 août 1999.

La moustache a blanchi mais la détermination est intacte. Optimiste, José Bové estime que beaucoup de choses ont avancé depuis: "On peut dire qu'il y a eu une prise de conscience de la société mais la logique du modèle (capitaliste) est toujours là". Il évoque les combats d'aujourd'hui, avec les accords de libre-échange, le "Ceta, l'accord avec le Mercosur, ou la politique de Bolsonaro (le président brésilien d'extrême droite)..."

Retour 20 ans en arrière: l'été 1999, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) vient d'autoriser les Etats-unis à prendre des sanctions économiques contre l'Union européenne qui refusait d'importer du bœuf "dopé" aux hormones.

Fin juillet, une poignée d'irréductibles paysans du Larzac ou néo-ruraux, membres de la Confédération paysanne ou du Syndicat des producteurs de lait de brebis (SPLB), veulent mener une action forte pour protester contre la décision de Washington de surtaxer le Roquefort, fromage emblématique de la région.

Confortablement installé dans le jardin de la petite maison en bois qu'il a fait construire dans son fief, le hameau de Montredon, José Bové se remémore la réunion préparatoire à cette action, tenue "Chez Tintin", un troquet de Saint-Affrique, près de Millau.

"Dans la discussion, très vite, le McDo arrive sur la table. D'un côté, on a le Roquefort, l'une des premières Appellations d'origine contrôlée (AOP) et, de l'autre, on a la bouffe industrielle, le bœuf aux hormones", rapporte-t-il.

"C'est parti, comme ça... C'était une boutade", se souvient Léon Maillet. Courte barbe blanche et œil rieur derrière de fines lunettes, il ajoute, "mais, il y a des manifestations comme ça qui sont des idées de génie".

- "Copains en taule" -

Le 12 août au matin, 300 personnes - des éleveurs, paysans, militants de la "Conf", amis ou syndicalistes - se retrouvent sur le chantier du McDonald's de Millau.

Sur une estrade improvisée, le porte-parole de la Confédération paysanne, José Bové, prononce un discours qui va "inventer" le combat contre "la malbouffe", un terme emprunté au scientifique français Joël de Rosnay. "McDo est le symbole de ces multinationales qui veulent nous faire bouffer de la merde et qui veulent faire crever les paysans", lance alors le militant à la moustache.

Le McDo est démonté et quatre militants interpellés, mis en examen et écroués quelques jours plus tard.

José Bové, qui est en vacances, échappe au coup de filet. Il organise son retour, convoque la presse et se présente devant la juge d'instruction. Lorsqu'elle lui annonce son placement en détention provisoire, le militant bravache lui rétorque: "merci Madame, vous venez de nous faire gagner 10 ans".

"C'était grave les copains en taule", déclare Jean-Paul Scoquart, un "fils de prolo de la région parisienne" qui, dans les années 1980, s'est reconverti dans l'élevage. Il décide de lancer un comité de soutien. L'argent coule à flot, des chèques arrivent de partout. Et José Bové, touché par le don "d'un syndicat de petits paysans du Texas", finit par consentir à retrouver la liberté en réglant sa caution de 105.000 francs (environ 16.000 euros).

Les audiences devant les juges, les procès, l’incarcération de Bové sont, à chaque fois, de véritables happenings, réunissant des milliers de sympathisants.

Le 30 juin 2000, Bové et ses co-prévenus comparaissent en première instance à Millau. Un vaste concert est organisé avec Francis Cabrel, Noir Désir, Zebda... Plusieurs dizaines de milliers de personnes se pressent dans la cité aveyronnaise. "Le McDo a été le début du mouvement altermondialiste", se félicite Bové.

Quand il se rend, en novembre 1999 au Sommet de l'OMC à Seattle, le Frenchy n'est plus un inconnu et peut faire passer son message. "La réflexion sur l'OMC passe par l'assiette. Le Roquefort est devenu le symbole de cette résistance", s'amuse-t-il. "On a pu ensuite montrer du doigt les pesticides, les OGM ...", complète Jean-Paul Scoquart.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

La bonne conjoncture astrale vous rend plus positif, mieux armé pour affronter les difficultés à venir.

Taureau

Si vous avez été concerné par des difficultés familiales, les choses vont bientôt rentrer dans l’ordre.

Gémeaux

Vous trouvez une solution à un problème juridique ou administratif qui dure depuis des mois. Vous tournez la page.

Cancer

Votre partenaire est concerné par des questions d’argent qui plombent inévitablement l’ambiance dans votre couple.

Lion

Un rapport de force avec une personne liée à votre domaine professionnel vous met des bâtons dans les roues.

Vierge

Vous vous réfugiez dans votre coquille où tout doit n’être qu’ordre et tranquillité.

Balance

Ne vous laissez pas avoir par des compliments. Vous risquez de tomber dans un piège.

Scorpion

Vous venez de vous disputer avec quelqu’un ? Restez en retrait. Toute tentative d’explication risque de mal tourner.

Sagittaire

Vous avez le sens de l’opportunité et réagissez très rapidement si une bonne affaire se présente.

Capricorne

Même coincé par de multiples contretemps vous parvenez toujours à avancer, à tirer profit des situations les plus difficiles.

Verseau

Vous êtes positif, votre moral est bon. Vous êtes un moteur pour les autres. Vous êtes forcément sollicité.

Poissons

Écoutez votre intuition avant de vous laisser séduire. Les apparences sont parfois trompeuses.