Incendie dans une usine au Bangladesh: trois morts, 30 blessés

Publié le à Rupganj (Bangladesh) (AFP)

Au moins trois personnes ont péri et une trentaine ont été blessées selon la police vendredi dans un incendie qui s'est déclaré dans une usine du Bangladesh, où des ouvriers ont dû sauter par les fenêtres pour échapper au brasier.

On ignore dans l'immédiat le nombre de personnes qui se trouvaient dans le bâtiment en flammes. Mais des familles massées aux abords ont dit craindre que le bilan ne soit beaucoup plus lourd.

Les incendies sont relativement fréquents au Bangladesh en raison du manque de respect des normes de sécurité.

La police et des témoins ont rapporté que le feu avait débuté jeudi vers 17H00 (11H00 GMT) à l'usine Hashem Food and Beverage, qui occupe un bâtiment de six étages à Rupganj, une ville industrielle proche de Dacca, et faisait toujours rage vendredi matin.

"Trois personnes ont péri après avoir été grièvement brûlées", a déclaré à l'AFP Jayedul Alam, le chef de la police régionale.

Au moins 30 autres ont été blessés, dont certains qui s'étaient jetés par les fenêtres des étages les plus élevés du fait de la progression rapide des flammes, a déclaré l'inspecteur de police Sheikh Kabirul Islam.

La police avait d'abord fait état de dizaines d'ouvriers portés disparus avant de revenir sur ses affirmations, en reconnaissant qu'elle ignorait le nombre de personnes manquant à l'appel.

Les pompiers ont secouru 25 personnes sur le toit du bâtiment mais n'étaient pas en mesure de chiffrer le bilan.

"Une fois que le feu sera contenu, nous lancerons une opération de recherche de survivants à l'intérieur ", a déclaré Debashish Bardhan, porte-parole des pompiers.

Mohammad Saiful, un ouvrier qui a échappé aux flammes, a affirmé que l'usine renfermait des dizaines de travailleurs.

"Au troisième étage, les portes d'accès aux escaliers étaient fermées. Des collègues disent qu'il y avait 48 personnes à l'intérieur. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé", a-t-il dit.

Mamun, un autre ouvrier, a raconté avoir avec 13 autres couru sur le toit quand le feu a éclaté au rez-de-chaussée, inondant tout le bâtiment d'une épaisse fumée noire.

"Les pompiers nous ont fait descendre avec une corde", a-t-il raconté.

Les incendies et effondrements de bâtiments sont fréquents au Bangladesh, pays pauvre d'Asie du Sud, notamment au sein de son importante industrie textile, en raison du non-respect fréquent de mesures et normes de sécurité.

Au moins 70 personnes avaient péri en février 2019 dans un gigantesque incendie qui avait ravagé des immeubles d'habitation de Dacca, où étaient entreposés illégalement des produits chimiques.

En avril 2013, l'atelier de confection Rana Plaza s'était effondré comme un château de cartes, tuant au moins 1.138 ouvriers. Ce drame avait soulevé un émoi planétaire.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info