Indonésie: le bilan d'un fort séisme monte à 37 morts, des disparus sous les décombres

Publié le à Jakarta (AFP)

Au moins 37 personnes ont été tuées vendredi par un fort séisme sur l'île de Célèbes en Indonésie, selon les autorités, alors que les secours fouillent les décombres de plusieurs bâtiments effondrés, dont un hôpital, dans l'espoir de trouver des survivants.

Le tremblement de terre de magnitude 6,2 survenu dans la nuit a fait plusieurs centaines de blessés et déclenché la panique chez les habitants de l'ouest de l'île de Célèbes qui ont déjà subi en 2018 un désastre majeur.

"Nous avons sorti (des décombres) 29 personnes qui sont mortes", dans la périphérie de Mamuju, a indiqué Arianto, un responsable local des secours, précisant que 10 survivants avaient aussi été dégagés des ruines.

Le responsable n'a pas pu précisé combien pouvaient encore se trouver prisonniers des décombres.

Huit autres personnes sont mortes à Majene, une autre localité de la région de Mamuju, a indiqué un autre responsable local de l'agence.

A Mamuju, la ville la plus affectée de la région, les sauveteurs recherchaient plus d'une dizaine de patients et personnels médicaux portés disparus sous les décombres d'un hôpital.

"L'hôpital est détruit. Il s'est effondré. Il y a des patients et du personnel de l'hôpital prisonniers des décombres et nous sommes en train de les évacuer", a dit à l'AFP Arianto, un responsable des secours de Mamuju.

Au moins un hôtel s'est effondré après la secousse au peit matin et le siège du gouverneur local a subi de gros dommages, selon les sauveteurs.

L'étendue des dégâts dans la capitale provinciale de quelque 110.000 habitants n'a pas été détaillée.

Le tremblement de terre de magnitude 6,2, selon l'Institut américain de géophysique, s'est produit vendredi à 02H18 heure locale (jeudi 18H18 GMT). L'épicentre du séisme a été localisé à 36 km au sud de Mamuju, à une profondeur relativement peu profonde de 18 km, a précisé l'Institut américain de géophysique (USGS).

Des images de la région montrent des habitants en train de fuir en moto et voiture en passant à côté de toits en tôle effondrés et d'immeubles endommagés.

"Les routes sont éclatées, et plusieurs bâtiments se sont effondrés", a indiqué Hendra, un témoin de 28 ans habitant à Mamuju. "La secousse était très forte (...) j'ai été réveillé et j'ai fui avec ma femme".

- Risque de répliques -

L'agence de météorologie et géophysique a mis en garde contre la possibilité de nouvelles secousses et demande aux habitants d'éviter le bord de mer à cause du risque de tsunami.

"Les répliques pourraient être aussi fortes ou plus fortes que ce matin", a indiqué Dwikorita Karnawati, la responsable de l'agence.

Cet avertissement a ajouté à l'inquiétude des habitants.

Tout le monde "panique parce que les autorités nous ont prévenus qu'il pouvait y avoir des répliques qui provoquent un tsunami", a indiqué une habitante de la ville Zulkifli Pagessa à l'AFP.

Jeudi, une secousse de 5,8 avait déjà été ressentie dans la région, sans faire d'importants dégâts.

Des glissements de terrain ont suivi le séisme, coupant l'accès à l'une des principales routes de la province et l'aéroport local de Mamuju a aussi été endommagé.

L'archipel indonésien se trouve sur la "ceinture de feu" du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

La région de Palu, sur l'île de Célèbes, avait été déjà frappée en septembre 2018 par un très fort tremblement de terre de magnitude 7,5 suivi d'un tsunami dévastateur.

Cette catastrophe avait fait plus de 4.300 morts et disparus et au moins 170.000 déplacés.

Un autre séisme dévastateur de magnitude 9,1 avait frappé au large des côtes de Sumatra en 2004, entraînant un tsunami qui a tué 220.000 personnes dans la région, dont environ 170.000 en Indonésie.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info