Inondations: Berlin alloue de premières aides d'urgence aux sinistrés

Publié le à Berlin (AFP)

Le gouvernement d'Angela Merkel a approuvé mercredi une première aide d'urgence pour soulager les sinistrés des inondations meurtrières dans l'ouest de l'Allemagne, où la reconstruction s'annonce longue et se chiffrera en milliards d'euros.

Le conseil des ministres a adopté une aide fédérale immédiate de 200 millions d'euros tandis que les régions, compétentes en matière de protection civile, verseront une somme identique, a annoncé le ministre des Finances Olaf Scholz lors d'une conférence de presse.

"Nous allons faire en sorte que la vie reprenne", a assuré le ministre social-démocrate, réitérant la promesse de la chancelière Angela Merkel de verser l'argent "rapidement et de façon non bureaucratique".

Il s'agit de parer au plus pressé, en sécurisant notamment des bâtiments et infrastructures endommagés dans les régions les plus meurtries par les crues, et en aidant ceux qui ont tout perdu, ou bien vivent dans des conditions précaires, sans eau potable ou électricité.

"S'il s'avère que nous avons besoin de plus, alors nous donnerons plus", a promis le ministre.

Les inondations des 14 et 15 juillet, plus grande catastrophe naturelle des dernières décennies en Allemagne, ont causé la mort de 170 personnes dans le pays, selon un dernier bilan mercredi.

En Belgique, 31 personnes sont décédées, portant le bilan provisoire des intempéries en Europe à 201 victimes. Le gouvernement de la région wallonne a lui aussi annoncé une aide immédiate sous forme de prêt sans intérêt de 2.500 euros par foyer "pour prendre en charge les besoins de première nécessité".

- Jusqu'à 5 milliards d'euros assurés -

Ces sommes constituent un tout premier pas. Berlin envisage aussi de faire appel au fonds de solidarité européen qui soutient financièrement les Etats membres de l'UE en cas de catastrophe naturelle.

Et surtout elles seront complétées par un programme de reconstruction qui s'élèvera à plusieurs milliards d'euros, a estimé M. Scholz, jugeant encore prématuré d'évaluer plus précisément les besoins. La Wallonie a de son côté indiqué qu'elle allouerait une enveloppe de 2 milliards.

En 2013, l'Allemagne avait dépensé quelque 6 milliards d'euros lors des inondations de l'Elbe et du Danube qui avaient frappé en tout onze Länder, a rappelé Horst Seehofer, ministre de l'Intérieur lors de la même conférence, tout en soulignant que la somme ne constituait pas un ordre de grandeur sur lequel les responsables politiques s'orientaient pour le sinistre actuel.

Son coût "pourrait être" supérieur, a reconnu M. Scholz insistant sur le caractère inédit de ces crues. "Je vous rappelle le nombre des morts recensés jusqu'à présent, c'est vraiment dramatique", a-t-il ajouté.

La fédération allemande des assureurs GDV a déjà annoncé mercredi que les dégâts assurés coûteraient entre 4 et 5 milliards d'euros aux professionnels de l'assurance.

Le bilan humain risque lui encore de s'alourdir, alors que plus d'une centaine de personnes sont portées disparues en Allemagne.

Une semaine après les inondations, "il est malheureusement très probable que nous ne pourrons plus secourir" de survivants, a estimé mercredi Sabine Lackner, vice-présidente de l'Agence fédérale allemande de secours technique (THW).

- Dédommagements records -

En visite mardi en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans la cité médiévale de Bad Münstereifel dévastée par les pluies diluviennes, Angela Merkel avait estimé que la remise en état des villes et des infrastructures serait "un travail de longue haleine".

Le prétendant conservateur à sa succession, Armin Laschet, avait lui parlé de "mois, voire d'années" avant d'effacer les plaies du drame.

Car en parallèle des biens assurés, les coûts pour la reconstruction des infrastructures dévastées risquent eux aussi d'être très élevés pour les collectivités, les régions et l'Etat fédéral.

Routes, ponts, gares: de nombreuses infrastructures ont connu des dégâts importants qui nécessiteront des investissements lourds pour leur réhabilitation.

Les assureurs s'attendent dans tous les cas à verser des dédommagements records.

L'année 2021 risque de devenir la plus coûteuse pour les compagnies du secteur depuis 2013, quand les dommages avaient atteint 9,3 milliards d'euros, a estimé Jörg Asmussen, dirigeant de la fédération de la branche.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info