Iran: le Français détenu depuis mai 2020 est poursuivi pour "espionnage"

Publié le à Téhéran (AFP)

Le ressortissant français dont Paris a confirmé fin février la détention depuis mai 2020 en Iran s'appelle Benjamin Brière et il a comparu devant un juge pour des accusations d'"espionnage", selon des informations publiées lundi par un avocat iranien.

Me Saïd Dehghan, avocat de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, assignée à résidence à Téhéran, laisse entendre que la procédure judiciaire contre M. Brière en est au stade du procès, pour "espionnage" mais aussi "propagande contre le système" politique de la République islamique, et que celui-ci touche à sa fin.

Me Dehghan n'avait pas pu être joint par l'AFP lundi soir pour confirmer qu'il s'occupe effectivement de la défense de M. Brière.

Le tweet de l'avocat est accompagné de la photo d'un jeune homme barbu sur fond de paysage de montagne aride typique de l'Iran, et une autre montrant ce qui semble être la même personne sautant à côté d'un camping-car arrêté sur un lac salé.

"La plaidoirie en défense de Benjamin Brière pour les deux chefs d'accusation d'espionnage et de propagande contre le système a eu lieu", écrit Me Dehghan.

En Iran, le premier est passible de la peine de mort, le second de trois mois à un an d'emprisonnement.

- "Zones interdites" -

"Accusation d'espionnage (pour) photographies de zones interdites par ce touriste français", ajoute l'avocat dans un style télégraphique.

M. Brière est également accusé de "propagande" pour avoir "posé la question (sur les réseaux sociaux) de savoir pourquoi le voile islamique est +obligatoire+ en République islamique (d'Iran) mais +facultatif+ dans d'autres pays musulmans", écrit Me Dehghan.

"Depuis son arrestation, nous suivons avec attention la situation de notre compatriote, qui bénéficie de la protection consulaire prévue par la Convention de Vienne du 24 avril 1963. A ce titre, des contacts réguliers sont maintenus avec lui par notre ambassade à Téhéran", a déclaré lundi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Paris, sans rien dire de l'état d'avancement de la procédure judiciaire visant M. Brière.

Le Quai d'Orsay avait confirmé le 24 février la détention d'un Français en Iran, arrêté en mai 2020, et détenu depuis lors sans explication affirmait à l'époque l'hebdomadaire français Le Point.

Me Dehghan avait alors écrit sur Twitter que ce Français était prénommé Benjamin, sans dévoiler son nom de famille. Il fait face à "des accusations contradictoires et fausses", avait ajouté l'avocat.

Agé de 35 ans, selon Le Point, M. Brière a été arrêté par les forces de sécurité iraniennes dans une zone désertique située à la frontière entre l'Iran et le Turkménistan. Le quotidien français Le Figaro avait évoqué, sans plus de précision, une arrestation "dans le désert en manipulant un drone".

- Arrestations d'étrangers -

Parti effectuer le tour de l'Iran, le jeune homme était détenu fin février à la prison Vakilabad de Machhad, deuxième ville d'Iran, dans le nord-est du pays, selon les informations du Point.

Les arrestations d'étrangers en Iran, notamment de binationaux, souvent accusés d'espionnage, se sont multipliées depuis le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement de dures sanctions américaines contre Téhéran.

Au cours des derniers mois, l'Iran a procédé à plusieurs échanges de prisonniers étrangers, notamment des chercheurs, avec des pays détenant des ressortissants iraniens.

Spécialiste du chiisme et de l'Iran post-révolutionnaire à Sciences Po Paris, Mme Adelkhah a été arrêtée début juin 2019 et condamnée à cinq ans de prison pour "collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale" et "propagande contre le système" politique iranien.

La chercheuse, qui rejette toutes ces accusations, a quitté le 3 octobre la prison d'Evine et est assignée à résidence à Téhéran, sous contrôle d'un bracelet électronique.

Le chercheur français Roland Marchal, arrêté en même temps que Mme Adelkhah, a été libéré en mars 2020 dans le cadre d'un échange avec un Iranien détenu en France et dont les Etats-Unis réclamaient l'extradition, selon Téhéran.

Selon différents observateurs, le sort de M. Brière et de Mme Adelkhah pourrait être lié à celui d'Assadollah Assadi, un diplomate iranien condamné à vingt ans de prison le 4 février en Belgique pour avoir projeté un attentat contre un rassemblement d'opposants au régime de Téhéran en France.

La justice belge a annoncé le 8 mars que M. Assadi avait fait appel de sa condamnation.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info