Japon: Fumio Kishida élu Premier ministre, des législatives fin octobre

Publié le à Tokyo (AFP)

Fumio Kishida, 64 ans, a été élu lundi Premier ministre par le Parlement et a dévoilé son gouvernement, composé de vétérans et de nouveaux venus, se mettant ainsi en ordre de bataille pour des élections législatives fixées au 31 octobre.

M. Kishida a remporté 452 voix dans les deux chambres de la Diète japonaise, loin devant la principale figure de l'opposition Yukio Edano (189 voix).

Le gouvernement sortant de Yoshihide Suga, 72 ans, avait démissionné en bloc lundi matin. Quittant le pouvoir au bout d'un an seulement, M. Suga était devenu très impopulaire pour sa gestion critiquée de la crise sanitaire et son maintien coûte que coûte des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été.

Lors d'une conférence de presse en soirée, M. Kishida a dit que la lutte contre la pandémie resterait sa "priorité numéro un" et, se faisant l'apôtre d'un "nouveau capitalisme", il a promis des mesures pour stimuler la croissance et mieux répartir les richesses.

Confronté à une situation régionale tendue, avec la menace nord-coréenne et les ambitions de la Chine, cet ancien ministre des Affaires étrangères (2012-2017) s'est dit prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un "sans aucune condition". Concernant la Chine, il a déclaré que c'était certes le "plus gros partenaire commercial" du Japon, mais "nous dirons fermement ce que nous avons à dire".

Le président américain Joe Biden a très vite félicité M. Kishida, en se disant impatient d'oeuvrer avec lui à "renforcer la coopération" entre Washington et Tokyo, alliés très proches.

- Législatives le 31 octobre -

Mercredi dernier, cet homme de consensus s'était largement imposé à l'élection du nouveau chef du Parti libéral-démocrate (PLD, droite conservatrice), qui domine la scène politique japonaise depuis les années 1950.

Alors que des élections législatives devaient être organisées en novembre au plus tard, M. Kishida a choisi d'aller vite en annonçant lundi la dissolution de la Chambre basse le 14 octobre pour organiser une élection le 31 octobre.

Même s'il risque de perdre des sièges, le PLD est quasiment assuré de remporter ce scrutin face à une opposition fragmentée.

Le nouveau gouvernement, composé de 21 membres avec M. Kishida (moyenne d'âge: 61,8 ans), révèle une certaine continuité avec l'équipe sortante et l'influence de deux grandes factions du PLD: celle dirigée par l'ex-Premier ministre Shinzo Abe, 67 ans, et celle du ministre sortant des Finances, Taro Aso, 81 ans.

Le soutien des parlementaires de ces deux factions avait été décisif pour la nette victoire de M. Kishida au second tour de l'élection interne du PLD la semaine dernière.

Le nouveau ministre des Finances, Shunichi Suzuki, 68 ans, est ainsi le beau-frère de Taro Aso et fait partie de sa faction au sein du PLD. Cet ancien ministre de l'Environnement et des Jeux olympiques est par ailleurs fils d'un Premier ministre, Zenko Suzuki, en poste au début des années 1980.

L'actuel chef de la diplomatie nippone, Toshimitsu Motegi, 65 ans, a conservé son poste, tout comme Nobuo Kishi à la Défense. Agé de 62 ans, M. Kishi est le frère cadet de Shinzo Abe.

- Trois femmes ministres -

Hirokazu Matsuno, 59 ans, ancien ministre et membre de la faction de M. Abe, a été nommé au poste-clé de secrétaire général du gouvernement.

Quelques nouvelles têtes ont également été installées pour la première fois à la tête d'un ministère. Et un nouveau portefeuille (Sécurité économique) a été créé, reflétant les inquiétudes grandissantes des responsables nippons vis-à-vis de la concurrence technologique chinoise.

Trois femmes seulement entrent au gouvernement. Parmi elles, Seiko Noda, 61 ans, arrivée quatrième et dernière à l'élection interne du PLD. Elle sera chargée de lutter contre la dénatalité et les inégalités hommes-femmes, ses thèmes de prédilection.

M. Kishida a aussi remplacé l'équipe dirigeante du PLD en fin de semaine dernière. Le nouveau numéro deux du parti est Akira Amari, 72 ans, un ancien ministre de l'Economie, tandis que l'ultra-nationaliste Sanae Takaichi, 60 ans, arrivée troisième à l'élection interne du PLD et proche de Shinzo Abe, a été nommée responsable de la stratégie du parti.

Quant au finaliste malheureux de ce scrutin interne, Taro Kono, 58 ans, qui était pourtant plus populaire que M. Kishida auprès de la base du PLD et du grand public, il s'est vu octroyer la responsabilité de la communication du parti, un poste mineur.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info