Japon: les principaux candidats à la succession d'Abe

Publié le à Tokyo (AFP)

Un fidèle lieutenant de Shinzo Abe, un ex ministre de la Défense plus critique et un ancien chef de la diplomatie japonaise un brin effacé: voici une brève présentation des trois principaux candidats pour succéder au Premier ministre japonais.

Yoshihide Suga, le fidèle conseiller

Agé de 71 ans, Yoshihide Suga apparaît comme le grandissime favori de l'élection interne du Parti libéral-démocrate (PLD) annoncée pour le 14 septembre.

Il avait joué un rôle déterminant dans le retour au pouvoir de M. Abe fin 2012, après l'échec de son premier mandat de Premier ministre en 2006-2007.

M. Abe l'avait récompensé en le nommant au poste stratégique de secrétaire général du gouvernement, un poste traditionnellement considéré comme un tremplin vers la fonction suprême, même si M. Suga avait régulièrement démenti toute ambition de succéder à son chef.

Fils d'agriculteur de la région d'Akita (nord) ayant lui-même financé ses études, ses origines modestes détonnent au sein d'un PLD dominé par des héritiers de grandes familles politiciennes.

M. Suga a activement participé à la mise en place de politiques clé du gouvernement Abe, incarnant ainsi la continuité. Considéré comme pragmatique et neutre au sein du PLD, il aurait déjà obtenu le soutien des principales factions du parti, selon les médias locaux.

Le personnage, jusque-là plus connu pour son rôle de porte-parole de l'exécutif, est par ailleurs devenu plus populaire auprès de l'opinion publique depuis l'an dernier en dévoilant le nom de la nouvelle ère impériale du Japon devant la nation entière, Reiwa. Il est depuis souvent surnommé affectueusement "Oncle Reiwa".

Shigeru Ishiba, le franc-tireur

Ancien ministre de la Défense (2007-2008) et expert des questions militaires, Shigeru Ishiba a aussi occupé d'autres portefeuilles par la suite et a été le secrétaire général du PLD entre 2012 et 2014.

Cet ancien banquier de 63 ans est l'une des rares voix critiques de M. Abe au sein du PLD. Son charisme et sa langue bien pendue l'ont rendu populaire dans l'opinion publique, mais pas auprès de nombreux élus de son propre parti, qui n'apprécient guère ses volte-face et sa tendance à vouloir se démarquer à tout prix. Il avait notamment quitté le PLD entre 1993 et 1997.

M. Ishiba a récemment estimé que le Japon devait resserrer les liens avec la Corée du Sud, actuellement au plus bas, et suggéré de renouer le dialogue avec la Corée du Nord via la création de bureaux de liaison à Tokyo et Pyongyang.

Une position diamétralement opposée à celle qu'il avait exprimée en 2017, au plus fort des tensions avec la Corée du Nord, où il avait suggéré de revoir l'interdiction d'accueillir des armes nucléaires sur le sol japonais.

Il dresse aussi un bilan mitigé de la politique économique de M. Abe, qui selon lui a surtout favorisé les marchés financiers et les grandes entreprises, au détriment des revenus modestes et des zones rurales. Il a également remis en cause la politique énergétique pro-nucléaire du gouvernement.

Fumio Kishida, un stratège discret

L'ancien ministre des Affaires étrangères de 63 ans Fumio Kishida, actuel stratège politique en chef du PLD, a longtemps été considéré comme le favori de M. Abe pour lui succéder, mais il pâtit d'un déficit de notoriété et de charisme.

M. Kishida a cependant dû gérer des dossiers sensibles en tant que patron de la diplomatie nippone entre 2012 et 2017, comme la tentative de négocier un traité de paix entre le Japon avec la Russie, toujours bloqué par une dispute territoriale remontant à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il a également oeuvré à un accord signé fin 2015 avec la Corée du Sud qui devait régler définitivement un autre contentieux historique, les "femmes de réconfort" ou l'esclavage sexuel organisé pour l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Mais cet accord n'a pas survécu à une alternance politique en Corée du Sud en 2017.

Son succès le plus visible est d'avoir contribué à la venue de Barack Obama à Hiroshima en 2016, la première visite d'un président américain en exercice dans cette ville martyre de la bombe atomique, dont M. Kishida est député.

Plus modéré que M. Ishiba s'agissant du bilan de M. Abe, il a notamment souligné la nécessité pour le Japon de davantage épouser les nouvelles technologies pour s'assurer une croissance durable.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info