Jour d'affluence dans les stations: la remise à la pompe entre en vigueur

Publié le à Paris (AFP)

"Je suis trop content!" A neuf jours de l'élection présidentielle, les automobilistes se pressaient vendredi pour profiter de la ristourne gouvernementale d'au moins 15 centimes par litre de carburant et certaines stations connaissaient l'affluence des grands jours.

Face à des prix qui ont passé la barre des 2 euros par litre en moyenne, et parmi d'autres mesures contre l'inflation, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé mi-mars cette remise pour le 1er avril et pendant quatre mois.

Certains prétendants à l'Elysée avaient alors jugé cette annonce "électoraliste" ou insuffisante.

"Je suis trop content!", s'enthousiasme Sidali Lameche, 25 ans, livreur à domicile en scooter, rencontré dans une station parisienne où les prix sont passés sous les 2 euros comme dans de nombreuses stations. "Je mets toujours environ 15 euros dans mon scooter. Avant ça me faisait un jour, un jour et demi maximum en fonction du travail. La çà va me durer au moins 2 jours avec le même prix".

"C’est juste insuffisant mais on fait avec", relativise Mohammed Belaich, 54 ans, qui travaille chez un loueur de voitures.

Dans une station de Strasbourg, à quelques centaines de mètres de la frontière allemande, les six pompes ne suffisent pas à tout-à-fait à absorber le flux de clients. Une légère file d’attente se forme... dont beaucoup d'Allemands, au moins la moitié des clients vendredi matin selon l'employée.

Klauss Brandenburg, retraité de 68 ans, au volant d'un 4x4 Opel noir, a traversé la frontière pour profiter de l'aubaine. "C'est vraiment intéressant financièrement", se réjouit-il. "En Allemagne, il y a une dizaine de jours les prix sont montés jusqu'à 2,24 euros".

Dans cette station, le SP95 est passé de 1,917 euro jeudi à 1,737 euro vendredi. A Kehl, sur l'autre rive du Rhin, il restait à 2,01 euros.

"Ca fait quelques jours que j'attendais cette date, je savais que ça serait moins cher aujourd'hui", confirme Nevenka Bencherd, 56 ans, qui travaille dans un magasin de meubles en Allemagne. Calcul fait, il a profité de 6,75 euros de ristourne gouvernementale française.

- 3 milliards d'euros -

Les professionnels prévoient une forte affluence pendant quelques jours.

"On s'attend à un coup de bélier pendant les premiers jours d'avril", indique Frédéric Plan, délégué général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffage (FF3C), qui représente notamment des stations-services indépendantes.

"C'est un point de vigilance", a confirmé le gouvernement, qui "n'exclut pas que de-ci, de-là, il y ait des situations avec des stations qui soient temporairement à sec".

La ristourne monte en réalité jusqu'à 18 centimes TTC par litre en métropole continentale, une différence qui s'explique par le montant de la TVA appliquée dans les différents territoires français.

Elle sera d'environ 17 centimes en Corse où la TVA est moindre et de 15 centimes Outre-mer où il n'y a pas de TVA sur les produits pétroliers.

Certains réseaux de distributeurs ajoutent leur propres promotions à la mesure du gouvernement qui va y consacrer trois milliards d'euros.

- La remise affichée -

Le prix affiché à la pompe inclue la ristourne. Les distributeurs bénéficient de la remise en amont, au niveau des centrales d'achat, depuis dimanche.

Le gouvernement a aussi prévu une avance pour les petites stations indépendantes, souvent situées à la campagne, qui parfois ne renouvellent leur cuve que tous les 10 voire 20 jours, afin qu'elles puissent appliquer la remise dès vendredi.

"On sera extrêmement vigilant sur la mise en oeuvre, sur le fait que l'intégralité de l'argent public versé en amont soit bien répercuté jusqu'au consommateur final", a-t-on assuré au gouvernement.

"Tous les prix sont rapportés en temps réel sur le site prix-carburants.gouv.fr, où on invite les Français à aller pour voir qui pratique les prix les plus concurrentiels", a-t-on ajouté de même source.

Mécontents des annonces du gouvernement, certains professionnels avaient toutefois rejoint la semaine dernière des barrages filtrants, des blocages de dépôts pétroliers et de raffineries dans toute la France.

adr-apz-jmi-ngu/ico/or

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info