Kaboul: un mort, 17 blessés dont un journaliste dans une triple explosion

Publié le à Kaboul (AFP)

Une série de trois explosions consécutives a frappé dimanche matin un autobus dans Kaboul puis les secours accourus sur place, tuant une personne et en blessant 17 autres dont un journaliste afghan, ont indiqué les autorités.

"A 07H50 (03H20 GMT) il y a d'abord eu l'explosion d'une bombe magnétique placée sous un autobus transportant des officiels de l'Université de Kaboul", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi.

"Un moment après, deux autres bombes artisanales ont explosé dans la même zone", alors que les forces de sécurité et les secours accouraient sur place.

Ces attentats n'ont pas été revendiqués dans l'immédiat.

Selon M. Rahimi, au moins un civil a été tué et 17 personnes ont été blessées, dont cinq membres des forces de sécurité et un journaliste qui s'étaient précipités sur les lieux de la première explosion.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Wahidullah Mayar, a fait part d'un bilan identique, précisant que quatre femmes font partie des blessés.

Selon des images diffusées sur les réseaux sociaux, le journaliste a été blessé à la jambe.

Neuf journalistes avaient été tués en avril 2018 à Kaboul lors d'une seconde explosion survenue alors qu'ils s'étaient rendus sur les lieux d'un premier attentat. Parmi eux figurait Shah Marai, chef de la photo pour l'AFP en Afghanistan.

De nombreuses attaques ont visé la capitale afghane ces derniers jours.

Vendredi, quatre civils afghans ont été tués et quatre soldats américains légèrement blessés dans l'explosion d'une voiture piégée revendiquée par les talibans qui visait un convoi militaire.

Jeudi, un attentat-suicide revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique devant une école militaire de Kaboul a fait au moins six morts.

L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, est attendu dans la région pour tenter de parvenir à un accord de paix avec les talibans qu'il rencontrera au Qatar.

"Nous avons fait des progrès significatifs le mois dernier. Au cours de ce voyage, je veux me saisir de cet élan pour accélérer" le processus de paix en Afghanistan, a-t-il tweeté samedi, se disant "optimiste".

Le même jour, le dirigeant des talibans Hibatullah Akhundzada a indiqué dans un communiqué que "les portes du dialogue" demeuraient ouvertes avec les Etats-Unis. Il a cependant douché les espoirs d'un cessez-le-feu à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, fête qui marquera la fin du mois de ramadan la semaine prochaine, que la population appelle de ses voeux.

Samedi soir dans la province de Ghazni (sud), huit policiers ont été tués dans un attentat-suicide taliban, selon le porte-parole provincial de la police Ahmad Khan Seera.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.