L'Afrique du Sud célèbre les 90 ans de Desmond Tutu

Publié le à Le Cap (AFP)

Le petit homme dans sa robe violette d'archevêque a une aura et un rire qui ont passé les frontières de l'Afrique du Sud. Desmond Tutu, héros de la lutte contre l'apartheid et prix Nobel de la paix, fête jeudi ses 90 ans au Cap.

Le premier archevêque anglican noir du pays est arrivé peu avant midi en fauteuil roulant, accompagné de sa femme Leah, à la cathédrale St George où il a longtemps prêché.

Le service organisé pour l'occasion s'est ouvert avec le traditionnel chant "Joyeux anniversaire", entonné par toute l'assemblée.

Plus tard dans la journée, une conférence en ligne avec le Dalaï Lama, l'ancienne présidente de l'Irlande Mary Robinson, la militante des droits de l'Homme et veuve de Nelson Mandela, Graça Machel, et l'ex médiatrice sud-africaine Thuli Madonsela qui a dénoncé la corruption d'Etat, est organisée par la fondation Desmond Tutu.

Lui passera le reste de la journée avec sa famille et ses proches.

Soulignant son "honnêteté, intégrité, intrépidité", le président sud-africain Cyril Ramaphosa a présenté ses voeux dans un communiqué: "Pendant près de trois décennies, vous avez été une voix de la conscience, nous guidant et nous poussant à faire mieux pour notre peuple".

Le président américain Joe Biden a salué "le courage et la clarté morale" du religieux, qui l'ont inspiré en tant qu'homme politique.

"L'archevêque est un être humain extraordinaire", a pour sa part déclaré Sello Hatang, à la tête de la fondation Nelson Mandela.

Le célèbre dessinateur de presse sud-africain, Zapiro, qui a maintes fois croqué le prélat, a lui aussi glissé "ses meilleurs vœux" sur Twitter.

La veille, le Tutu Trust avait décrit "un déluge d'amour et de bons vœux" venus du monde entier sur le Cap à l'approche du 90e anniversaire de l'archevêque.

Sur les réseaux sociaux, les messages d'internautes pleuvaient. La fameuse vidéo de Desmond Tutu dansant avec le Dalaï Lama lors des 80 ans de ce dernier en Inde, était largement partagée.

- "Arc-en-ciel" -

Voix des Sud-Africains noirs en lutte contre le régime raciste blanc chassé par la démocratie il y a près de 30 ans, Desmond Tutu s'est peu exprimé publiquement ces dernières années. Le vieil homme souffre d'un cancer de la prostate depuis plus de vingt ans, il avait été hospitalisé en 2019 pour une infection.

Retraité depuis 2010, sa dernière apparition publique date de mai lors de sa vaccination contre le Covid. En fauteuil roulant, il a souri et salué de loin, sans s'adresser aux journalistes.

Infatigable défenseur des droits humains et proche de l'icône Nelson Mandela, premier président noir d'Afrique du Sud, il a reçu le Nobel en 1984 pour son engagement contre l'apartheid aboli en 1994.

Organisant de grandes marches pacifiques au Cap, Desmond Tutu avait milité pour l'adoption de sanctions internationales contre le gouvernement d'apartheid.

Plus tard à la tête de la commission Vérité et réconciliation chargée de solder les crimes de l'apartheid, il fait entrer le pays dans une démarche de pardon. Il a baptisé son pays la "nation arc-en-ciel", intimement convaincu que l'expérience sud-africaine pouvait aider le reste du monde à comprendre comment surmonter les conflits.

Mais pour une nouvelle génération de Sud-Africains, la population noire a fait trop de concessions dans la transition vers la démocratie et n'a pas suffisamment réclamé de comptes.

Chacun reconnaît toutefois à Tutu d'avoir continuellement dénoncé l'injustice: il s'est attaqué à l'homophobie, a défié Mandela sur la générosité du salaire de ses ministres et vivement critiqué l'ex-président Jacob Zuma.

En 2013, il a promis de ne plus jamais voter pour l'ANC, dénonçant la corruption endémique, l'état des écoles publiques et la pauvreté persistante.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info