L'Arménie commence son retrait d'une région avoisinante du Nagorny Karabakh

Publié le à Stepanakert (Azerbaïdjan) (AFP)

Les forces arméniennes devaient commencer leur retrait dimanche de la région de Kalbajar près du Nagorny Karabakh, dont une partie revient sous le contrôle de l'Azerbaïdjan à la faveur d'un accord de paix, après six semaines de combats meurtriers.

Symbole de ce revers humiliant pour l'Arménie, des habitants des villages locaux ont préféré brûler leurs maisons plutôt que de les voir tomber entre les mains de leur voisin honni, avec lequel Erevan se dispute le contrôle de cette enclave montagneuse du Caucase depuis des décennies.

Samedi, des dizaines de maisons ont été ainsi incendiées par leurs propriétaires dans le village de Charektar, dans la région de Kalbajar, qui était sous contrôle des forces arméniennes depuis une première guerre au début des années 1990 qui avait fait 30.000 morts.

Cette région fait partie du "glacis protecteur" formé par les forces arméniennes autour du Nagorny Karabakh à proprement parler, dont une partie doit également revenir à l'Azerbaïdjan selon les termes de l'accord de paix signé en début de semaine.

Sur les routes, l'AFP a vu de nombreux habitants déménager leurs affaires dans des camions surchargés partant pour l'Arménie. Plusieurs stations hydroélectriques locales ont été démontées et évacuées, l'une d'entre elles incendiée.

L'accord de paix prévoit la présence au Nagorny Karabakh de forces de maintien de la paix russes, qui sont arrivées dès vendredi à Stepanakert, la capitale locale, où elles contrôlaient les abords et la ligne de front tout proche.

En partie défigurée par les roquettes, Stepanakert, qui reste sous contrôle arménien, est vidée de ses habitants. Les autorités locales les ont appelés à rentrer au plus vite mais la quasi-totalité des magasins sont encore fermés.

Les troupes russes sont, elles, bien présentes, à la faveur de l'accord de paix qui prévoit le déploiement de près de 2.000 soldats de Moscou avec des engins blindés et des véhicules spéciaux. Ils contrôlent routes et carrefours, vérifiant les voitures qui passent.

En attendant le déploiement complet des forces russes, et la réouverture du corridor de Latchin, cordon ombilical reliant l'Arménie à l'enclave, la seule voie d'accès au Nagorny Karabakh est la route passant par le nord de l'enclave, par le district de Kalbajar, qui doit être rétrocédé dimanche à l'Azerbaïdjan.

Sur place samedi, nul n'avait la moindre idée précise des modalités de cette rétrocession. Selon des policiers locaux, la route devait être coupée dans la nuit. Les autorités du Karabakh arménien ont assuré qu'elle resterait ouverte. Tandis que des habitants évoquaient l'arrivée des troupes azerbaïdjanaises par hélicoptère.

Précisément le long de cette même route, des soldats russes ont pris position samedi au monastère de Dadivank, fondé au XII-XIIe siècle, dont les autorités arméniennes ont dit craindre qu'il ne soit dégradé ou profané par les forces azerbaïdjanaises.

Samedi soir, d'ultimes célébrations y étaient en cours, tous les objets liturgiques y avaient été enlevés, de même que de précieux khachkars vieux de 800 ans, croix de pierre sculptées typiquement arméniennes. "Je n'ai pas l'intention de partir dimanche", a assuré à l'AFP le père Hovhannes.

A Erevan, les réseaux sociaux bruissent de rumeurs de possibles profanations des lieux de culte arménien par les Azerbaïdjanais. Des images de la façade de la cathédrale de Choucha (Chouchi) dégradées par des tags circulaient samedi sur internet.

L'Arménie a reconnu samedi avoir perdu 2.317 soldats dans le conflit, soit près du double des pertes annoncées jusque là. Le ministère de la Santé a indiqué qu'il ne s'agissait pas d'un bilan définitif, le processus d'échange des corps avec Bakou ne faisant que commencer.

L'Azerbaïdjan pour sa part ne communique pas ses pertes militaires, rapportant simplement que 93 civils ont été tués par les bombardements arméniens, tandis que Erevan compte 50 morts dans les tirs azerbaïdjanais.

Selon le président russe Vladimir Poutine, qui fait office d'arbitre dans la région, les combats ont fait plus de 4.000 morts et 8.000 blessés.

L'annonce de l'accord de paix lundi avait été suivi par des manifestations de colère à Erevan, où des protestataires avaient brièvement investi le siège du gouvernement et le Parlement. L'opposition a exigé la démission du Premier ministre arménien Nikol Pachinian en dénonçant une "trahison".

Le texte signé entre Erevan et Bakou ne prévoit cependant aucun mécanisme de règlement durable du conflit du Nagorny Karabakh, qui empoisonne la région depuis la chute de l'URSS.

La Turquie, grand soutien de Bakou, a aussi gagné en influence et devra jouer un rôle dans l'observation de l'application du cessez-le-feu, même si les contours de son action restent à définir.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info