L'Italie dans l'incertitude après une crise gouvernementale surprise

Publié le à Rome (AFP)

Elections rapides ou gouvernement technique? Décidé brutalement et en plein été par Matteo Salvini, chef de la Ligue et homme fort du gouvernement, l'éclatement de la coalition populiste au pouvoir depuis 14 mois plonge l'Italie dans l'incertitude.

Des élections sans doute, mais quand et avec quel gouvernement? Un exécutif technique pour mener le pays au scrutin? Ou avec le gouvernement actuel expédiant les affaires courantes dans l'attente du vote ?

L'annonce du chef de l'extrême droite a été brutale et a pris de court son désormais ex-allié, Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème).

"Allons tout de suite au Parlement pour prendre acte qu'il n'y a plus de majorité (...) et restituons rapidement la parole aux électeurs", a exigé Matteo Salvini dans un communiqué en fin d'après-midi.

Dans la foulée, il a pratiquement lancé sa campagne électorale lors d'un meeting à Pescara (centre).

"On nous dit qu'on ne peut pas réduire les impôts. Nous prouverons, si vous nous donnez la force de le faire, qu'il est possible de réduire les impôts aux travailleurs italiens", a-t-il lancé devant ses sympathisants.

Cette décision inattendue de Matteo Salvini a provoqué la colère du chef du gouvernement Giuseppe Conte et de Luigi Di Maio.

M. Conte a estimé que Matteo Salvini devra "expliquer et justifier" devant le peuple italien sa décision de mettre un terme à la coalition populiste au pouvoir, alors que la Ligue a obtenu pratiquement tout ce qu'elle voulait.

M. Di Maio a pour sa part accusé Matteo Salvini de négliger les intérêts du pays en raison de sondages qui lui sont favorables.

La crise au sein de la coalition a été déclenchée par le dernier vote de la session parlementaire sur la ligne Lyon-Turin, mercredi.

Le M5S s'est retrouvé à voter tout seul une motion contre cette liaison franco-italienne à grande vitesse, tandis que la Ligue apportait son soutien à deux motions de l'opposition en faveur du projet.

- Des élections dès octobre ? -

Selon les médias italiens, la Ligue voudrait que les élections législatives se déroulent dans la seconde moitié du mois d'octobre. Les dimanche 13, 20 et 27 sont évoqués.

Quelle que soit la date, la Ligue se présentera en position de force avec des sondages qui la donnent à 36/38% des intentions de vote, voire plus, lui permettant potentiellement de gouverner presque seule, ou avec l'appui déjà acquis d'avance du parti post-fasciste Fratelli d'Italia.

Le M5S reste lui en revanche loin derrière avec environ 17% des intentions de vote.

La grande inconnue reste la réaction du chef de l'Etat, Sergio Mattarella, qui a seul le pouvoir de dissoudre le Parlement, après consultation des présidents des deux chambres et des principaux dirigeants politiques avant de convoquer un scrutin.

Or M. Mattarella est notoirement opposé à des élections à l'automne, septembre-octobre étant la période où le gouvernement doit préparer le budget de l'année prochaine, en discuter avec Bruxelles et le présenter pour adoption au Parlement.

Un gouvernement sortant, expédiant simplement les affaires courantes, n'aurait pas le poids nécessaire pour négocier avec Bruxelles et cette situation pourrait nuire à l'Italie sur les marchés.

Selon l'agence AGI, le Sénat pourrait se réunir le 20 août pour acter la chute du gouvernement, et le Parlement pourrait être dissous quelques jours plus tard. De nouvelles élections devraient alors être convoquées dans un délai de 50 à 70 jours, selon la Constitution italienne.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous avez aujourd’hui les meilleurs atouts pour séduire et être séduit. On vous fait les yeux doux et vous adorez ça.

Taureau

Il semble que vous n’avez pas d’autre choix que de vous adapter à une situation ou aux desiderata des autres.

Gémeaux

Prévoyez un coup de cœur, un coup de foudre ou une nouvelle qui vous met de très bonne humeur.

Cancer

Ne cherchez pas à ce que tout soit parfait, et surtout pas ceux qui vous entourent. Acceptez les petites imperfections chez les autres.

Lion

C’est une journée sous haute tension au cours de laquelle vous risquez d’être bousculé de tous côtés.

Vierge

Vous vous stressez en pensant au travail qui vous attend au cours des prochaines semaines. Anticipez.

Balance

On ne peut que vous apprécier. Vous recevez mille compliments tant vous êtes une sorte de lumière, un guide pour les autres.

Scorpion

Attendez-vous à des échanges tendus, musclés avec l’un de vos proches, votre conjoint ou l’un de vos enfants.

Sagittaire

Vos relations avec votre entourage sont au premier plan. L’un de vos proches vous réserve une surprise.

Capricorne

Vous êtes préoccupé par une histoire d’argent qu’on vous doit et que vous êtes obligé de réclamer.

Verseau

Un projet professionnel sur lequel vous travaillez connaît un retournement de situation totalement inattendu.

Poissons

Ne vous lancez pas dans une discussion si vous n’êtes pas certain d’avoir le dernier mot. Cela risque de ne pas vous plaire.