L'ouragan Laura fait une première victime en Louisiane, d'autres attendues

Publié le à Lake Charles (Etats-Unis) (AFP)

Une première victime a été annoncée en Louisiane, une fille de 14 ans tuée par la chute d'un arbre sur sa maison, et d'autres sont attendues jeudi après le passage destructeur de Laura, l'un des ouragans les plus violents à avoir jamais frappé cet Etat.

"Je pense que ce ne sera pas le dernier, bien que je prie pour qu'il n'y en ait pas d'autres", a déclaré sur la chaîne MSNBC le gouverneur John Bel Edwards en confirmant ce premier décès alors que l'ouragan perdait rapidement en vigueur.

Il a touché terre en catégorie 4 (sur 5) vers 01H00 locale (06H00 GMT) au niveau de la ville côtière de Cameron, près de la frontière avec le Texas, dans le golfe du Mexique, avec des vents soutenus de 240 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Cela en fait le plus puissant à avoir touché la Louisiane depuis plus d'un siècle et demi, d'après les données compilées par un chercheur de l'université du Colorado spécialisé dans les ouragans, Philip Klotzbach.

Alors que le jour commençait à se lever sur la région, les premières images montraient les scènes de désolation habituelles: arbres et lignes électriques à terre, bâtiments détruits, toits arrachés, rues inondées ou couvertes de débris...

Plus de 650.000 personnes étaient privées d'électricité jeudi matin en Louisiane et au Texas, selon le site PowerOutage.us.

Des vidéos publiées sur son compte Twitter par le "chasseur de tempêtes" Reed Timmer témoignaient de la violence des vents, qui ont arraché les vitres de plusieurs bâtiments dans le centre de Lake Charles, ville de Louisiane connue pour ses raffineries de pétrole, principale ressource économique de la région.

"Les dégâts sont importants", a dit le gouverneur John Bel Edwards sur CNN, soulignant que le vent semblait avoir été plus destructeur que la montée des eaux annoncée.

- Rétrogradé en catégorie 1 -

Selon le dernier bulletin du (NHC) à 14H00 GMT, l'ouragan a considérablement faibli après avoir touché terre, avec des vents soutenus de 140 km/h, ce qui le rétrograde en catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui en compte cinq.

Mais les météorologues continuaient de mettre en garde contre les inondations, jusqu'assez loin dans les terres, alors que Laura poursuivait sa route vers le nord en direction de l'Arkansas, qu'elle doit atteindre la nuit prochaine.

"Il faudra plusieurs jours après le passage de la tempête pour que les eaux se retirent", prévient le NHC.

Le président Donald Trump est régulièrement tenu informé de la situation sur place et s'est engagé à mettre à disposition tous les moyens fédéraux nécessaires pour "secourir les personnes en danger" et "soutenir les régions affectées", a déclaré dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche.

Quinze ans presque jour pour jour après l'ouragan Katrina, qui avait ravagé la Nouvelle-Orléans et profondément marqué les esprits en Louisiane, les autorités locales avaient appelé la population à la plus grande prudence.

Le NHC avait encouragé les habitants à se préparer à l'arrivée de Laura comme s'il s'agissait d'une tornade, en se tenant éloigné des fenêtres, sous une table et protégé de matelas ou de couvertures.

Plus d'1,5 million de personnes au total se trouvaient sous le coup d'ordres d'évacuation en Louisiane et au Texas, l'un des Etats américains les plus touchés par la pandémie de Covid-19.

De nouveaux protocoles ont d'ailleurs dû être mis en place dans les centres d'hébergement d'urgence afin de pouvoir faire respecter au mieux les gestes barrière.

La saison des ouragans dans l'Atlantique, qui dure officiellement du 1er juin au 30 novembre, s'annonce particulièrement intense cette année. Le Centre national des ouragans s'attend à 25 dépressions. Laura est déjà la douzième.

Elle avait déjà provoqué d'importantes inondations en Haïti et en République Dominicaine, entraînant la mort d'au moins 25 personnes.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info