La faiblesse de la monnaie turque attire les chalands transfrontaliers

Publié le à Edirne (Turquie) (AFP)

La marée de bus immatriculés en Bulgarie, serrés sur le parking du marché d'Edirne, près de la frontière, trahit à elle seule l'ampleur de la crise monétaire dans laquelle son président a entrainé la Turquie.

Autrefois capitale de l'Empire Ottoman entre les XIVe et XVe siècle, la ville d'Edirne, avec ses innombrables mosquées, est désormais un marché géant pour les voisins des Balkans et de Bulgarie - eux-mêmes parmi les plus pauvres de l'Union européenne.

Des fruits et légumes aux sous-vêtements bas de gamme, tout s'achète au prix faible et s'entasse dans les soutes des bus.

"Pour nous, c'est bien mais c'est vraiment dur pour les Turcs", convient une guide, Daniela Mircheva, avant de remonter dans le bus qui la ramène chez elle à Yambol en Bulgarie. "On était dans la même situation il y a 10, 12 ans", ajoute la presque quinquagénaire en référence à la crise financière mondiale de 2008. "C'est très difficile".

- "A moitié prix" -

La livre turque a entamé une longue descente aux enfers, en pente raide à partir de l'automne, touchant de nouveaux fonds presque chaque jour, victime de la politique économique du président Recep Tayyip Erdogan qui persiste, à rebours des dogmes économiques, à favoriser la baisse des taux d'intérêt malgré l'inflation.

Celle-ci a dépassé en novembre les 21% sur un an et la monnaie a perdu près de 45% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l'année.

Les prix à la consommation flambent pour le citoyen turc. Mais Daniela Mircheva peut entasser encore plus de bidons d'huiles de tournesol dans son bus bondé d'acheteurs bulgares en quête de bonnes affaires. "C'est moitié prix comparé à la Bulgarie. C'est vraiment beaucoup, beaucoup moins cher pour nous".

Mais du côté des marchands turcs, l'humeur est morose.

- Humiliant -

"C'est humiliant", avoue Gulsen Kaya derrière les piles de sweatshirt et de vêtements d'hiver entassés sur son comptoir. "Regardez ce qu'il a fait de la Turquie!"

Le chef de l'Etat a parié sur une livre à vil prix qui encouragerait les exportations et transformerait la Turquie en une sorte de fournisseur incontournable sur le marché mondial, à la manière de la Chine.

Comme Premier mnistre puis comme président, il s'est appuyé sur les classes populaires pour maintenir son parti islamo-conservateur, l'AKP, au pouvoir depuis 2002.

Grâce à une croissance vigoureuse la première décennie, il a également ouvert la Turquie aux investissements étrangers. Mais pour les observateurs, économistes et diplomates, l'attitude du chef de l'Etat est aujourd'hui difficile à suivre.

"Pour moi, si les gens qui dirigent la Turquie faisaient ce qu'ils ont à faire, la livre reviendrait au niveau où elle était avant très, très vite", professe Tinko Garev, un client bulgare. "Je suis vraiment désolé pour les Turcs parce que je comprends ce que ces prix bas signifient pour eux".

- Sous le choc -

Bulent Reisoglu dirige le marché d'Edirne depuis qu'il s'est installé il y a 15 ans sur le site actuel, semblable à un vaste hangar. Selon lui, le nombre de clients est passé de 50.000 par semaine environ à près de 150.O00 depuis que les effets de la crise se font ressentir.

"Le nombre de clients étrangers a été multiplié par quatre ou cinq", précise-t-il. Cependant, les commerçants gagnent moins bien leur vie parce que les ventes supplémentaires ne compensent pas l'effondrement de la livre turque.

"Nos fournisseurs nous envoient de nouvelles listes de prix chaque semaine", se plaint un commerçant, Utku Bitmez. "Toutes les matières premières viennent de l'étranger, d'Europe, de Chine et d'Italie", explique-t-il. "Le prix des produits a doublé depuis l'année dernière".

M. Reisoglu, le responsable du marché, confie qu'il voit les commerçants rivés à leur téléphone pour surveiller l'évolution des taux de change. "Nous sommes sous le choc", ajoute-t-il. "Personne ne s'attendait à une dévaluation pareille".

Les clients bulgares eux-mêmes semblent mal à l'aise. "Les locaux ne peuvent pas acheter toutes ces choses", confirme Ilyana Todorova qui fait des emplettes de vêtements avec sa fille adolescente. "Pour les gens ordinaires, ce n'est pas bon."

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info