La France poursuit son déconfinement, de la vie municipale aux cérémonies religieuses

Publié le à Paris (AFP)

Les Français continuent à sortir du confinement en ce pont de l'Ascension, avec l'entrée en fonctions des conseils municipaux élus en mars, et la reprise des cérémonies religieuses, sur fond de données encourageantes sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

Au 12e jour de déconfinement, les chiffres restent à la baisse, mais les spécialistes demeurent prudents face à une maladie dont le temps d'incubation peut atteindre deux semaines.

Vendredi, 1.701 patients étaient en réanimation, soit 44 de moins en 24 heures. Un indicateur important de la baisse de la pression sur le système hospitalier.

Par ailleurs, Santé Publique France a comptabilisé 17.944 décès dans les hôpitaux (+74 depuis jeudi), portant le total depuis le 1er mars (maison de retraite incluses) à 28.289. Cependant, pour cause de long week-end de l'Ascension, les données concernant les Ehpad ne seront mises à jour que lundi.

- Reprise des cultes -

Les cérémonies religieuses vont pouvoir reprendre dès ce samedi. A une semaine de la fête de la Pentecôte, c'est une satisfaction pour l'épiscopat catholique qui s'était plaint du maintien d'une interdiction qui lui semblait discriminatoire, alors que les magasins pouvaient rouvrir.

Le Conseil d'Etat avait ordonné lundi au gouvernement de lever dans un délai de "huit jours" l'interdiction totale de réunion de cultes.

Curés, pasteurs, rabbins, imams vont devoir s'assurer que les fidèles respectent la distanciation physique, portent un masque et se désinfectent les mains. A l'entrée de chaque lieu de culte, une personne devra réguler les flux.

Les autorités musulmanes appellent les fidèles à faire chez eux la prière de l'Aïd-el-Fitre, qui marque dimanche la fin du ramadan. "Nous recommandons vivement d'envisager une reprise progressive (du culte, ndlr) à partir du 3 juin", a déclaré Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman.

Les autorités juives sont sur la même ligne. Le grand rabbin de France Haïm Korsia a martelé qu'il ne fallait pas "se ruer sur la réouverture des synagogues".

- Derrière nous? -

Les autorités jugent qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais certains scientifiques n'hésitent plus à dire que l'épidémie de Covid-19 est derrière nous, avec l'éventualité qu'une partie de la population soit immunisée.

Parmi eux, le controversé Pr Didier Raoult, mais aussi l'épidémiologiste Laurent Toubiana qui estime que l'épidémie a touché tous ceux qu'elle pouvait toucher. "Une partie non négligeable de la population pourrait ne pas être sensible au coronavirus, parce que des anticorps non-spécifiques de ce virus peuvent l'arrêter", a-t-il expliqué à l'AFP.

"On est sur la décroissance, il y a une baisse des appels" mais "l'épidémie n'est pas terminée et ça va continuer un petit peu. Il faut garder les habitudes de la barrière sanitaire", a estimé sur Europe 1 Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France. Il a appelé les Français à faire preuve de "citoyenneté" en continuant à porter le masque" là où il est nécessaire.

L'hydroxychloroquine, remède prôné et promu par le Pr Raoult, est de plus en plus sur la sellette: le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé samedi au Haut conseil de la santé publique de proposer "sous 48 heures une révision des régles dérogatoires de prescription" de divers traitements comme l'hydroxychloroquine (dont l'usage en France est déjà très restreint). Cela survient après une étude pointant l'inefficacité et les risques pour les malades du Covid-19 de cette molécule controversée.

C'est dans ce contexte encore incertain mais teinté d'optimisme que les Français passent ce long week-end, avec des appels à respecter les règles : ne pas s'éloigner de plus de 100 km du domicile, des accès restreints aux loisirs, le maintien des gestes barrière, le port du masque.

Si les plages et plans d'eau ont rouvert, c'est le plus souvent sans l'autorisation de s'asseoir ou de faire des châteaux de sable, encore moins de s'allonger.

A Paris, parcs et jardins restent fermés malgré les demandes réitérées de la maire socialiste Anne Hidalgo.

- La vie démocratique reprend -

Par ailleurs, l'exécutif a annoncé que le second tour des municipales aurait lieu le 28 juin dans les 5.000 communes où il est nécessaire, même si cette décision est réversible.

Dans les 30.000 communes où un seul tour aura suffi le 15 mars, les conseils municipaux entraient en fonction ce samedi pour élire les maires. En raison de la crise sanitaire, il aura fallu deux mois pour mettre en place les nouvelles équipes.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a été élu samedi maire de Tourcoing (Nord). Il entend cumuler ses fonctions municipales et ministérielles.

Parmi les secteurs ayant souffert de la crise sanitaire, l'édition se mobilise. Un collectif de plus de 600 éditeurs, auteurs et libraires a publié samedi une tribune adressée au chef de l'État afin qu'il agisse pour "sauver" la filière du livre, au moment où le gouvernement dit travailler à un "plan de soutien".

Dans un courrier adressé au gouvernement, plusieurs associations de chômeurs et de précaires, ainsi que des syndicats, ont réclamé "une année blanche" --c'est-à-dire la prolongation sur un an de l'ensemble des droits des chômeurs-- et qu'il n'y ait pas de radiations afin d'éviter "une catastrophe sanitaire et sociale".

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info