La langue dans les écoles catalanes envenime le débat politique en Espagne

Publié le à Barcelone (AFP)

Une polémique autour de la place de l'espagnol dans les écoles de Catalogne attise de nouveau les tensions en Espagne entre des indépendantistes catalans cherchant à remobiliser leur base et une opposition de droite accusant le gouvernement Sanchez de rester les bras croisés.

Avec pour slogan "Maintenant et toujours, l'école en catalan!", des milliers de personnes ont manifesté samedi à Barcelone à l'appel notamment de syndicats et de partis indépendantistes pour défendre le modèle linguistique des écoles publiques de cette région du nord-est du pays où toutes les matières - à part bien sûr le "castillan", c'est à dire l'espagnol - sont enseignées en catalan.

Même s'il ne date pas d'aujourd'hui, ce débat sur l'éducation en Catalogne s'est envenimé suite à la demande de parents d'un enfant de cinq ans de la localité de Canet de Mar de faire respecter une décision judiciaire datant de novembre et exigeant un minimum de 25% de cours en espagnol.

Cette famille a été la cible d'un torrent d'insultes sur les réseaux sociaux tandis que le gouvernement régional dirigé par les indépendantiste et compétent, comme dans les autres régions, en matière d'éducation, s'est montré réticent à l'idée de faire respecter cette décision.

En face, l'opposition de droite a fait de cette affaire l'angle de toutes ses attaques contre le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez.

Lors d'un débat enflammé au parlement mercredi, le numéro un du Parti Populaire (PP, droite) Pablo Casado a fait preuve d'une rare vulgarité en lançant sur un ton agressif à M. Sanchez: "Mais putain, que doit-il se passer en Espagne pour que vous preniez vos responsabilités?".

- Système "discriminant" -

A la tête d'un gouvernement minoritaire, qui a besoin des voix des indépendantistes catalans pour faire passer ses mesures clés comme son budget, le socialiste s'est contenté de faire part de sa "solidarité" avec la famille de Canet de Mar et de rappeler que les décisions de justice doivent s'appliquer.

Avant de critiquer la droite pour "enflammer" le débat en allant jusqu'à parler "d'apartheid linguistique".

La Catalogne - dont l'idiome est comme le basque ou le galicien, l'une des langues co-officielles de l'Espagne - applique depuis des décennies ce que l'on appelle "l'immersion linguistique" et réserve au castillan seulement deux heures dans la majorité des écoles.

Les indépendantistes défendent ce modèle en affirmant que le catalan est une langue en danger qui a besoin d'être sauvegardée, contrairement au castillan.

Les détracteurs de ce modèle l'accusent de ne pas garantir un apprentissage satisfaisant de l'espagnol dans cette riche région de 7,8 millions d'habitants.

Ce système "est discriminant car les enfants dont la langue maternelle est le catalan peuvent être scolarisés dans cette langue alors que nos enfants ne le peuvent pas", affirme auprès de l'AFPTV Doris López Rodríguez, de l'association Hispanohablantes qui défend l'usage du castillan.

- Remobiliser les séparatistes -

En plein doute, quatre ans après l'échec de la tentative de sécession de 2017, les indépendantistes voient dans cette affaire l'occasion de remobiliser leurs troupes.

Le mouvement séparatiste "est très affaibli, les enquêtes d'opinion le montrent. La langue est le sujet auquel il se raccroche (...) pour tenter de revitaliser sa base électorale", explique à l'AFP Oriol Bartomeus, professeur de sciences politiques à l'Université Autonome de Barcelone.

L'électorat séparatiste "est démotivé" et marqué "par une grande frustration, une grande fatigue", ajoute-t-il.

Une frustration qui vient notamment des divisions entre les différentes franges du mouvement, de nouveau manifestes dans cette affaire.

Le parti Ensemble pour la Catalogne de l'ex-président régional Carles Puigdemont, aux postures plus radicales, exige que le gouvernement régional, dont il fait partie, affiche clairement sa volonté de désobéir à la justice.

La Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), qui est à la tête de ce gouvernement, a proposé au contraire une position intermédiaire revenant à mettre deux professeurs, un en catalan et un en castillan.

Une solution en ligne avec le positionnement de cette formation modérée qui prône le dialogue avec le gouvernement central et a notamment obtenu ces derniers jours de l'exécutif de M. Sanchez des financements publics pour la production en catalan à destination des plateformes comme Netflix, en échange de son soutien crucial au budget.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info