La Russie vire son dérangeant patron de l'antidopage

Publié le à Moscou (AFP)

La Russie a limogé vendredi le patron de son agence antidopage (Rusada) Iouri Ganous, rare voix russe crédible dans le domaine, une décision qui risque de ralentir encore les efforts de réintégration du pays dans le sport mondial.

Mis en cause début août par le conseil de surveillance de Rusada après un audit révélant des infractions dans la gestion interne, Iouri Ganous a été écarté à l'issue d'une assemblée générale des Comités olympique et paralympique russes, qui chapeautent l'agence.

"L'assemblée générale a décidé de destituer Ganous. La décision a été prise à l'unanimité", a déclaré durant une conférence de presse le président du Comité olympique, Stanislav Pozdniakov, ajoutant qu'un directeur par intérim avait été nommé et qu'un nouveau patron serait nommé dans les six mois.

"Cette décision n'a été prise que sur la base des révélations de violations administratives, économiques et financières" de Rusada, a-t-il précisé en se disant "persuadé" que l'agence antidopage russe restera "indépendante".

- "Vengeance" -

Iouri Ganous, qui s'attendait à cette décision, a déclaré à l'AFP qu'elle "ne signifie rien de bon (pour le sport russe) car Rusada était devenu un pont pour le rétablissement de la confiance" entre la Russie et les instances sportives mondiales.

Pour l'agence mondiale antidopage (AMA), cette décision "renforce ses préoccupations" déjà exprimées le 5 août après la recommandation de l'écarter, lorsqu'elle avait rappelé que les agences nationales devaient rester à l'abri de toute ingérence des comités olympiques.

Si le motif officiel de son licenciement est lié à cet audit, Iouri Ganous avait dénoncé dès juillet une "vengeance" pour sa campagne face à l'inaction des autorités contre le dopage et ses prises de position souvent à rebours du Kremlin. Il avait aussi dénoncé l'audit l'ayant mis en cause comme "incomplet, infondé et discutable".

Personnage haut en couleur nommé en 2017, sans expérience sportive ou scientifique, Iouri Ganous avait multiplié les prises de position à contre-courant, interpellant Vladimir Poutine, attaquant l'ex-ministre des Sports Pavel Kolobkov ou éreintant la diplomatie russe répandant la thèse d'un complot occidentalo-médiatique quant au dossier du dopage.

Iouri Ganous, 56 ans, a aussi accusé les autorités de son pays d'être responsables des falsifications du laboratoire antidopage de Moscou, qui ont conduit en fin d'année dernière à l'exclusion de la Russie des Jeux olympiques et des compétitions sportives mondiales pour quatre ans.

Il avait jugé logique cette mise au ban du sport mondial, compte tenu de l'ampleur des fraudes.

A son arrivée à Rusada en 2017, il avait licencié 90% du personnel et entrepris de bouleverser de fond en comble le travail de l'agence, notamment l'organisation des contrôles antidopage.

- "J'aime la vie" -

Son image de Monsieur Propre avait permis à Rusada d'être l'un des rares acteurs du sport russe à retrouver une certaine crédibilité en matière de lutte antidopage, même si certains l'accusait d'être acteur d'un plan de Moscou visant à redorer son image.

Iouri Ganous assumait lui ses positions, alors qu'il occupe un poste marqué par les morts soudaines de deux de ses prédécesseurs, Nikita Kamaïev et Viatcheslav Sinev, après les révélations en 2015 sur le dopage institutionnel en Russie.

"Je déclare officiellement que j'aime la vie, que je ne me suiciderai pas", a-t-il d'ailleurs écrit sur Twitter en juillet, alors que les premières accusations de mauvaise gestion financière étaient parues dans la presse, sous-entendant que sa vie pourrait être menacée.

Selon les accusations qui le visent, au moins 110 millions de roubles (1,24 million d'euros aux taux actuels) auraient été utilisées de façon frauduleuse en 2018 et 2019, évoquant notamment des frais de taxi trop élevées, des cours d'anglais payés à Iouri Ganous ou des signatures falsifiées.

Stanislav Pozdniakov a précisé que le nouveau directeur par intérim de Rusada se mettrait en relation avec les forces de l'ordre et la justice concernant ces violations financières.

video-tbm/alf/fbr/dif

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info