La solidarité s'organise à Mayfield après la tornade meurtrière

Publié le à Mayfield (Etats-Unis) (AFP)

Un patron aide son salarié, des jeunes dégagent la maison d'une personne âgée, les collectes se succèdent: à Mayfield, ville meurtrie par le passage d'une tornade au coeur des Etats-Unis, la solidarité entre habitants s'organise sous l'oeil réconfortant de leur Dieu.

L'Etat du Kentucky, où se situe Mayfield, fait partie de la "Bible Belt", la "ceinture de la Bible", où la vie s'organise encore beaucoup autour des églises chrétiennes et, dimanche, les habitants mentionnaient souvent leur foi comme moteur pour avancer, ou aider.

Assis sur une chaise devant ce qu'il reste de sa maison, Marty Janes a le regard vide alors que des jeunes volontaires, membres d'une église locale, s'affairent autour de lui.

A quelques encablures du centre-ville, son quartier a été dévasté par la tornade. Un arbre est tombé sur son perron, son toit s'est effondré, les murs extérieurs de la façade ont été arrachés.

"C'était comme une guerre nucléaire", raconte-t-il. Il s'est retrouvé piégé à l'arrière de la maison, sa femme, Theresa, était dans la chambre donnant sur la rue. Secourus par les pompiers, les époux ont été séparés pendant deux jours, raconte-t-il, les larmes aux yeux.

Il n'a pas voulu que sa femme voit les dégâts de la maison, désormais inhabitable. "Je suis sans-abri", dit l'homme de 59 ans, qui n'a récupéré qu'une vieille photo de sa remise de diplôme et deux drapeaux américains, immédiatement replantés devant le bâtiment éventré.

Les amis de son jeune voisin sont venus pour l'aider à déblayer, mais la tâche est immense. Venus à la rescousse, les jeunes bénévoles de l'église découpent les murs et parois intérieures à la scie, et vident les pièces des meubles ou des équipements inutilisables.

D'autres volontaires tronçonnent l'arbre couché sur la maison.

- "Beaucoup d'amour" -

Un peu plus loin, Vanessa Cooper, 40 ans, tente de récupérer ce qu'elle peut de l'appartement de sa mère, dont il ne reste que deux murs. Trois amis déblaient les décombres et évacuent les débris pendant qu'elle fouille les meubles abîmés.

"Ces gens m'ont déjà aidée par le passé, ils savent que je ne peux pas le faire moi-même", dit cette employée d'un lycée technique de la ville qui est handicapée d'une jambe.

"Je ne sais pas de quoi sera fait l'avenir, mais Dieu m'a déjà fait surmonter beaucoup d'épreuves", affirme-t-elle.

La solidarité vient naturellement dans les petites communautés, explique Vanessa Cooper, alors qu'une voisine lui demande si elle a besoin de quelque chose. A Mayfield, ville de 10.000 habitants, "on a toujours été proches les uns des autres, on montre beaucoup d'amour".

Face au nombre de gens sans toit, plusieurs centres d'hébergement ont été mis en place dans les nombreux lieux de culte de la région.

A Paducah, à une quarantaine de kilomètres au nord de Mayfield, le pasteur Hank Garner a transformé l'église baptiste de Lone Oak en centre d'accueil et de collecte.

"Des gens voulaient faire tout leur possible pour aider la famille et les amis", explique-t-il.

"Sachant que leurs voisins avaient un besoin urgent d'aide, ils ont commencé à rassembler tout ce qui pourrait être utile", ajoute le pasteur, alors que l'eau et l'électricité sont coupées à Mayfield.

Parmi sa collecte: des vêtements chauds, des couvertures, des produits pour bébés ou de première nécessité, des bouteilles d'eau et de la nourriture.

Réfugié dans ce centre, Randy Guennel, un retraité de 79 ans, est un miraculé. Il a survécu deux jours avec sa femme malade dans leur maison. Dimanche, il a inscrit "à l'aide" sur un carton à pizza et l'a mis sur sa boîte aux lettres.

"Des membres merveilleux de cette église l'ont vu, et nous ont amenés ici", raconte-t-il des sanglots dans la voix.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info