La vague de chaleur se met en place en France, avant la barre des 40°C

Publié le à Bordeaux (AFP)

La vague de chaleur arrivée d'Espagne se met en place par le sud du pays mercredi, avec des températures qui dépassent souvent les 30°C dans la plupart des régions, mais le pire est à venir avec un mercure qui devrait encore s'affoler en franchissant la barre des 40°C localement vendredi.

Signe de cette aggravation, Météo-France a activé l'alerte orange "canicule" pour 23 départements d'un grand quart sud-ouest, de l'Anjou aux Pyrénées, sans compter un îlot de chaleur en Drôme/Ardèche, selon le dernier point de Météo-France.

Dans le sillage de la masse d'air chaud venu du Maghreb en passant par l'Espagne, les maximales oscillaient à 15H00 entre 30 et 35°C sur le sud du pays, selon Météo-France. Et ce n'est que le début.

"A partir de vendredi, on a un affolement du mercure avec 40°C régulièrement atteint sur le Sud-Ouest et possible jusqu’à la Loire, comme en vallée du Rhône", prévient Olivier Proust, prévisionniste à Météo-France.

"Samedi s'annonce comme le pic de la vague de la chaleur, avec des 35 à 39°C assez généralisés sur une bonne partie du territoire, de la Garonne jusqu'au nord-est en passant par la vallée du Rhône, la région parisienne, le Centre Val-de-Loire", a insisté Tristan Amm, un autre prévisionniste à Météo-France.

Météo-France avait estimé mardi que seuls quelques départements pourraient être placés en vigilance orange, mais "cela a été revu à la hausse, on est parti sur un scénario plus pessimiste qui induit des températures plus chaudes que ce qu'on prévoyait hier (mardi)", a-t-il précisé à l'AFP.

Attribuées au réchauffement de la planète, les vagues de chaleur se multiplient dans le monde, y compris en France où cet épisode est d'une précocité inédite, la plus précoce, devant celles de 2017 et 2005 qui avaient commencé le 18 juin.

Cette vague de chaleur "a un effet aggravant sur la sécheresse des sols" après un printemps et un hiver particulièrement sec et accentue "le risque de feu de forêt", met en garde M. Proust.

- "C'est devenu invivable!" -

Dans ce contexte étouffant, plus de 500.000 lycéens de terminale ont planché pendant quatre heures sur l'épreuve redoutée de philo, munis d'eau en quantité, en bouteilles et brumisateurs, comme au lycée général Victor-Louis de Talence, en banlieue de Bordeaux, où les salles d'examen ont été aménagées "sur la face nord", cachée du soleil brûlant.

Ici le personnel a "fait très attention à choisir les plus fraîches et à aérer depuis 5H30 ce (mercredi) matin", relève Anne Bisagni-Faure, rectrice de l’Académie de Bordeaux.

Dans sa résidence universitaire de Toulouse, Gabriel, 19 ans, trouve lui déjà l'atmosphère "insupportable". "Je ne peux même pas ouvrir la seule fenêtre de mon logement de 20 m2 parce qu'elle donne sur un jardin où il y a énormément d’insectes. Et l’aération de la salle de bain ne marche plus depuis trois jours".

Même inconfort pour Louis Layrac, 23 ans, apprenti en maintenance industrielle dans la ville rose. "Avec la blouse, les chaussures de sécurité, ça devient invivable", assure-t-il.

C'est tout le contraire pour Chadi, 55 ans qui travaille dans l'agriculture ou le bâtiment selon les opportunités et qui se dit "très content". "Je suis Algérien et j’ai fait mon service militaire dans le Sahara. Il faisait 60°", raconte-t-il.

Face à des températures qui mettent les corps à rude épreuve, certaines entreprises s'adaptent en modulant les horaires, notamment dans le BTP. "On commence plus tôt, 6H30-7H00 au lieu de 8H00.

Par contre, une fois qu’on a commencé à le couler [le béton], on ne peut pas s’arrêter", explique Emmanuel Corbi, sur un chantier à Toulouse.

De leur côté, les collectivités multiplient les mesures pour soulager les riverains. A Bordeaux, des brumisateurs vont être installés "dans des places de la ville qui sont des fours, indique l’adjointe à la santé et aux seniors de la mairie EELV, Sylvie Justome.

A Lyon comme à Bordeaux, deux municipalités écologistes, on a étendu les horaires d’ouverture des parcs et jardins.

A Lyon, on a aussi remis en eau certaines fontaines arrêtées pour cause de Covid-19 et publié une carte interactive des lieux et parcours frais, comme les musées ouverts gratuitement pour l’occasion.

Dans le Tarn, le maire du village de Saint-Benoît-de-Carmaux a décidé de fermer l'école communale jeudi et vendredi, tout en assurant un service de garderie.

bur-laf-abd-nal/pjl/tes

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info