Le chef du Pentagone en Afghanistan pour sa première visite à l'étranger

Publié le à Kaboul (AFP)

Le chef du Pentagone par intérim Patrick Shanahan se trouvait lundi en Afghanistan pour évaluer la situation avant une nouvelle série de négociations entre Washington et les talibans.

Après des entretiens avec le général Scott Miller, commandant en chef des forces américaines et de l'Otan stationnées en Afghanistan, M. Shanahan a rencontré le président afghan Ashraf Ghani.

Il s'était rendu auparavant sur la base militaire de Morehead, installée à flanc de montagne près de Kaboul, où les militaires américains forment les forces de sécurité afghanes.

L'objectif de ce voyage est de rassurer le gouvernement afghan sur les négociations de paix en cours avec les talibans, que Washington mène depuis l'été directement avec les insurgés.

Le président Ghani a également été tenu à l'écart de discussions la semaine dernière à Moscou entre le groupe insurgé et une importante délégation d'opposants à son gouvernement.

"Il est important que le gouvernement afghan soit impliqué dans des discussions qui concernent l'Afghanistan", a déclaré M. Shanahan dans l'avion l'acheminant de Washington à Kaboul.

"Les Etats-Unis ont investi de façon importante, très importante, dans la sécurité (de l'Afghanistan) mais ce sont les Afghans qui doivent décider de leur avenir", a-t-il précisé.

Les insurgés refusent jusqu'ici de négocier avec le gouvernement d'Ashraf Ghani, qu'ils ont toujours snobé en le taxant de "marionnette" des Américains.

Les pourparlers entre Washington et les talibans devraient reprendre le 25 février à Doha, selon ces derniers.

Donald Trump a promis durant sa campagne de mettre fin à ce conflit qui a tué des milliers de civils afghans et 2.400 soldats américains, ou en tout cas de retirer ses troupes. Une intention réitérée mardi dernier lors de son discours annuel sur l'état de l'Union.

En décembre, des responsables américains avaient même fait savoir que le locataire de la Maison Blanche avait déjà décidé de rapatrier la moitié des 14.000 soldats américains déployés en Afghanistan.

- "Beaucoup d'opportunités" -

Mais M. Shanahan, un ancien dirigeant de Boeing devenu numéro deux du Pentagone en 2017 avant de succéder le 1er janvier à l'ex-général des Marines Jim Mattis, a assuré qu'une réduction imminente des forces américaines en Afghanistan n'était pas prévue.

M. Mattis avait démissionné avec fracas pour protester contre l'annonce surprise et unilatérale des Etats-Unis de se retirer de Syrie.

"Je n'ai pas reçu pour instruction de réduire nos effectifs en Afghanistan", a-t-il affirmé.

"La présence telle que nous la souhaitons en Afghanistan doit assurer la défense de notre territoire et soutenir la stabilité régionale", a-t-il ajouté. Toute discussion sur la taille des effectifs "se tient de façon coordonnée et disciplinée".

Cette visite coïncide avec l'ouverture d'une enquête par la Mission des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) sur de possibles victimes civiles lors de bombardements aériens durant le week-end sur le district de Sangin, dans la province du Helmand (sud).

Depuis la fin 2018 l'aviation américaine, qui soutient l'armée de l'air afghane, a considérablement intensifié les frappes aériennes.

Il s'agit de forcer les talibans à s'asseoir à la table des négociations, selon une source diplomatique. Selon le Centre de commandement de l'US Air force, 7.362 missiles et drones ont visé en 2018 les positions ennemies, soit près du double de l'année précédente, déjà record.

M. Shanahan a affirmé son soutien à l'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, qui mène les négociations avec les talibans. Mais son objectif affiché était aussi de recueillir l'avis du général Miller sur ces négociations, auxquelles assiste toujours un représentant du Pentagone.

Zalmay Khalilzad est parti dimanche pour une longue tournée en Belgique, Allemagne, Turquie, Qatar, Afghanistan et Pakistan, a annoncé le département d'Etat américain.

Sa dernière rencontre avec les talibans, fin janvier, avait selon les deux parties conduit à "des progrès". M. Khalilzad avait souligné qu'une "ébauche" d'accord avait été trouvée mais que "beaucoup de travail" restait à accomplir pour parvenir à la paix. Il avait également démenti l'existence d'un calendrier de retrait des troupes, sans cependant exclure clairement une possible réduction des effectifs sans attendre un accord de paix définitif.

"Mon objectif n'est pas de chercher un accord de retrait mais un accord de paix". "Un accord de paix peut permettre le retrait", a-t-il souligné vendredi lors d'une conférence à Washington.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Même si cela ne vous enchante pas, vous devez vous plier aux exigences de votre activité.

Taureau

N’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un ami avant de prendre une décision.

Gémeaux

Ne vous mêlez pas systématiquement des affaires des autres. Balayez d’abord devant votre porte.

Cancer

Votre activité professionnelle revient au cœur de vos préoccupations. Vous êtes face à un choix.

Lion

Il n’est pas trop tard pour prendre une bonne résolution financière. Ne vous enfoncez pas davantage.

Vierge

L’ambiance familiale est au beau fixe et votre vie de couple harmonieuse. Que demander de plus ?

Balance

De nouveaux contacts vous ouvrent de belles perspectives dans votre cadre de travail. Vous pouvez les saisir sans crainte.

Scorpion

Vous constatez beaucoup de jalousie tout autour de vous. Vous préférez l’ignorer.

Sagittaire

Optimiste comme souvent vous pouvez l’être, vous vivez aujourd’hui l’instant présent sans vous poser de question.

Capricorne

Vous redoublez de vigilance dans votre cadre professionnel. Vous ne voulez pas prendre le risque de perdre un avantage.

Verseau

C’est le volet financier d’un contrat qui vous préoccupe aujourd’hui. Lisez bien entre les lignes.

Poissons

Vous avez une bonne concentration, idéal si vous devez faire preuve de précision, au travail ou dans une activité.

Notre sélection d'annonces