Le gouvernement veut ouvrir le dialogue en Corse, les élus attendent des "signes forts"

Publié le à Bastia (AFP)

Au lendemain d'une manifestation en soutien au militant indépendantiste Yvan Colonna qui a viré à l'"émeute", le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé lundi une visite dans l'île, qualifiée de "bon début" par la présidente de l'assemblée de Corse.

Depuis la violente agression en prison d'Yvan Colonna, condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, les tensions ne faiblissent pas sur l'île, et ont atteint un pic dimanche à Bastia avec des heurts très violents qui ont fait 67 blessés dont 44 chez les forces de l'ordre.

Lundi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé qu'il se rendrait en Corse mercredi et jeudi pour "ouvrir" un "cycle de discussions" avec "l'ensemble des élus et des forces vives".

Le gouvernement a "entendu les demandes des élus de Corse sur l'avenir institutionnel, économique, social ou culturel" de cette île de 340.000 habitants, a ajouté le ministre, notamment "celles du président du conseil exécutif" de ce territoire, Gilles Simeoni, favorable à une autonomie plus large.

"Cela nous semble être un bon début mais nous attendons des signes forts avant d'y croire", a réagi auprès de l'AFP Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l'Assemblée de Corse.

"C'est la mauvaise gestion du dossier corse par le gouvernement qui a créé la situation extrêmement tendue dans laquelle nous nous trouvons", a-t-elle ajouté.

"On regrette les violences, mais le seul et unique responsable, c'est l'Etat, le gouvernement", a abondé le député corse Jean-Félix Acquaviva (groupe Libertés et territoires), qui a reçu le soutien d'une dizaine d'autres députés. Pour lui, "il n'y aurait rien de pire qu'un énième rendez-vous manqué, l'embrasement serait devant et pas derrière nous".

Depuis l'agression d'Yvan Colonna par un codétenu condamné pour terrorisme le 2 mars -- qui l'a laissé dans le coma --, les nationalistes corses ont exprimé leur colère qualifiant l'Etat français d'"assassin", et réitérant avec force leur souhait de voir lever le statut de "détenu particulièrement signalé" des membres du commando Erignac.

Une demande finalement acceptée, après des années de refus par le Premier ministre, pour Yvan Colonna puis, vendredi, pour Pierre Alessandri et Alain Ferrandi qui devraient donc pouvoir purger le reste de leur peine dans une prison corse.

Mais les responsables nationalistes corses attendent désormais le retour physique dans l'île des prisonniers et même leur libération. Ils demandent aussi la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions de l'agression d'Yvan Colonna et l'ouverture un véritable processus politique qui prenne en compte les demandes des Corses pour davantage d'autonomie.

- Poste centrale endommagée -

Pour Gérald Darmanin toutefois, "aucun dialogue ne peut débuter" sans un préalable "retour au calme".

"Les scènes de la nuit étaient d'une extrême violence", a déclaré lundi à l'AFP Arnaud Viornery le procureur de Bastia. Une personne interpellée est en garde à vue, a ajouté le magistrat qui avait regretté dès dimanche les "émeutes" dans la ville.

D'après le procureur, les émeutiers ont utilisé "des pièces de tuyauteries bouchées des deux côtés, remplies de poudre et de plomb et mises à feu par des mèches" ainsi que des "grenades artisanales avec des clous".

Un engin explosif a provoqué d'importants dégâts à l'intérieur de la poste centrale de Bastia, a ajouté le procureur. Lundi, la poste était fermée, l'entrée barrée par des planches en bois, a constaté une journaliste de l'AFP. Sur un des murs était écrit: "Gaulois de merde" et "IFF" (pour "Français dehors" en langue corse).

Un feu avait aussi été allumé par des protestataires dans les locaux de la direction départementale des finances publiques, dont des bureaux ont été détruits par les flammes.

Un autre engin explosif a été retrouvé à proximité de la préfecture et "neutralisé par les démineurs".

Il s'agissait de la plus importante manifestation depuis l'agression d'Yvan Colonna, rassemblant 7.000 personnes selon les autorités, 12.000 selon les organisateurs contre 4.200 selon les autorités et 15.000 selon les organisateurs une semaine plus tôt à Corte (Haute-Corse).

Selon un sondage Ifop diffusé par le quotidien Corse-Matin dimanche, 53% des Français sont favorables à l'autonomie de la Corse, et 35% seulement à son indépendance. Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de plus de 1.000 personnes représentatif de la population française entre jeudi et vendredi.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info