Le "médecin des pauvres", héros national, béatifié au Venezuela

Publié le à Caracas (AFP)

"Le médecin des pauvres", José Gregorio Hernandez (1864-1919), héros national vénézuélien qui dépasse tous les clivages politiques, religieux ou sociaux, a été béatifié vendredi lors d'une cérémonie religieuse télévisée à Caracas.

"Avec notre autorité apostolique, nous concédons au vénérable serviteur de Dieu, José Gregorio Hernandez Cisneros (...) qu'à partir de maintenant il soit qualifié de bienheureux et que chaque année il soit célébré (...) le 26 octobre", a déclaré le nonce apostolique Aldo Giordano dans la chapelle du Lycée de La Salle de Caracas devant un comité réduit en raison de la pandémie.

Privés d'une messe en grande pompe en raison du coronavirus, des millions de Vénézuéliens ont suivi cette cérémonie à la télévision.

Au Venezuela, José Gregorio Hernandez, dont le chapeau et la moustache sont devenus légendaires, fait l'objet d'une réelle dévotion. Il s'est illustré en portant gratuitement secours aux plus humbles lors de l'épidémie de grippe espagnole au début du XXe siècle, qui a tué 1% de la population. Il est mort en 1919, à 54 ans, renversé par une voiture à Caracas.

Dans les maisons, il n'est pas rare de voir une image ou statuette du médecin devant lesquelles sont déposées des bougies ou un verre d'eau.

- Microscope béni -

"Ce jour (de béatification) a été longtemps attendu et espéré. On imaginait une cérémonie populaire mais la pandémie ne l'a pas permise. Cela ne doit pas diminuer notre joie", a souligné le nonce lors de son homélie.

"Il paraît providentiel de célébrer la béatification d'un médecin pendant cette pandémie qui touche le monde entier (...) Que le Bienheureux José Gregorio intercède pour que nous obtenions les vaccins sans divisions", a-t-il poursuivi, soulevant des applaudissements.

"Le docteur José Gregorio est un des plus grands Vénézuéliens de tous les temps", a-t-il conclu.

Pendant la cérémonie, les prélats ont notamment béni un microscope présenté par deux docteurs en tenue blanche.

Scientifique de haut niveau, le docteur, qui s'était notamment perfectionné à Paris grâce à une bourse, a introduit le premier microscope au Venezuela.

Dans le quartier historique de la Candelaria (où il était enterré avant son exhumation provisoire en octobre), quelque 300 fidèles ont bravé les interdictions pour prier alors que l'église faisait sonner ses cloches.

De nombreux Vénézuéliens espèrent une canonisation prochaine.

"Pour moi c'est déjà un saint et il fait des miracles à côté de Dieu", assure Brileidis Perez, 31 ans, image de José Gregorio à la main et qui dit prier pour que le Bienheureux et Dieu "délivrent le pays de la pandémie qui a tué beaucoup de gens".

Le pays de 30 millions d'habitants est confronté à une forte deuxième vague épidémique depuis mars. Il a enregistré au total plus de 2.000 décès pour plus de 200.000 cas de Covid-19, selon les chiffres officiels, des statistiques jugées "fausses" par l'opposition.

- "Réconciliation" -

Le décret de béatification de "JGH" a été signé par le pape François en juin 2020. Il correspond à l'approbation d'un miracle attribué en 2017 au défunt médecin. Yaxury Solorzano, 10 ans, a survécu après avoir été très grièvement blessée par balles. Sa mère a prié José Gregorio Hernandez, en lui demandant de sauver sa fille.

Yaxury et ses proches, ainsi que des membres de la famille de José Gregorio Hernandez, faisaient partie des 150 privilégiés qui assistaient à la cérémonie.

"La béatification du docteur Hernandez est une bénédiction spéciale de Dieu pour le Venezuela et elle nous invite à une plus grande solidarité (...) pour que le pays revive, renaisse après la pandémie dans un esprit de réconciliation", a affirmé le pape François dans un message jeudi.

Alors que le pouvoir a souvent par le passé associé l'Eglise à l'opposition, le président Nicolas Maduro a profité de l'évenement pour recevoir vendredi au palais présidentiel des prélats de haut-rang: "C'était une réunion de réconciliation, de pardon (...) et j'espère que ces choses aideront les Vénézueliens", a-t-il dit à la télévision.

Le pays est secoué depuis plusieurs années des troubles politiques. Le président Maduro a été réélu en 2018 lors d'un scrutin boycotté par l'opposition.

Le pays traverse en outre une crise économique aggravée par les sanctions économiques d'une partie de la communauté internationale dont les Etats-Unis, qui cherchent à évincer M. Maduro du pouvoir.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info