Le pape achève sa visite en Grèce, axée sur un soutien vibrant aux migrants

Publié le à Athènes (AFP)

Le pape François a quitté la Grèce lundi, clôturant une visite historique de deux jours et demi notamment sur l'île de Lesbos, marquée par son appel vibrant en faveur d'une meilleure intégration des migrants en Europe, thème central de son pontificat.

Peu avant de décoller pour Rome en fin de matinée, le pontife argentin de 84 ans est allé à la rencontre de jeunes d'une école catholique de la banlieue d'Athènes, qu'il a exhortés à ne pas se "contenter de rencontres virtuelles" mais à "rechercher les rencontres réelles".

Dans une ambiance joyeuse, rythmée par des chants religieux d'enfants et adolescents, il a souligné la nécessité de s'ouvrir à l'autre, "surtout ceux qui ont besoin" d'eux. "Lorsque la tentation de se refermer sur soi-même vient, cherchez les autres", a-t-il exhorté.

S'adressant à trois jeunes Katerina, Ioanna et Aboud, qui ont fait part de leurs "doutes" ou de leur expérience, le pape, vivement applaudi, a estimé que "se consacrer aux autres, ce n'est pas pour les perdants, c'est pour les gagnants!".

Traditionnellement très proche des jeunes, François, tout sourire, a estimé qu'"aujourd'hui beaucoup sont très réseaux sociaux mais pas très sociables, repliés sur eux-mêmes, prisonniers du téléphone portable".

- "Sur l'écran, il manque l'autre" -

"Mais sur l'écran, il manque l'autre personne, ses yeux, son souffle, ses mains", a-t-il assuré devant un parterre d'adolescents, habitués des téléphones portables. "L'écran devient facilement un miroir, devant lequel tu crois être face au monde, alors qu'en réalité tu es seul".

A Aboud Gabo, un jeune Syrien de 18 ans qui lui a raconté son "voyage périlleux jusqu'en Grèce" après avoir fui la guerre à Alep, le pape l'a appelé, à l'image de Télémaque dans l'Odyssée, à ne pas se "laisser paralyser" par ses peurs.

"Rêvez en grand et rêvez ensemble ! (...) Nourrissez le courage de l'espérance", s'est exclamé le pape, longuement acclamé par des "Papa Francisco" en grec.

La veille, sur l'île de Lesbos, François, ardent défenseur de la cause des migrants, a appelé à mettre fin à un "naufrage de civilisation" dans un vibrant discours au camp de Mavrovouni.

Le pontife a longuement salué et béni des familles, parmi lesquelles de nombreux enfants dont certains l'ont enlacé. "Welcome!" (bienvenue), "We love you" (nous vous aimons), "Merci", pouvait-on entendre.

La Méditerranée "est en train de devenir un cimetière froid sans pierres tombales (…). Je vous en prie, arrêtons ce naufrage de civilisation!", a lancé le souverain pontife, dimanche.

- "Mare mortuum" -

Sous une tente du camp, il a écouté, visiblement ému, les chants joyeux d'une chorale d'exilés, avant de déplorer que la Méditerranée, "berceau de tant de civilisations" soit "désormais comme un miroir de la mort", rappelant "les images crues des petits corps gisant sur les plages".

"Ne permettons pas que la mare nostrum se transforme en une désolante mare mortuum, que ce lieu de rencontre devienne le théâtre de conflits! Ne laissons pas cette mer des souvenirs devenir la mer de l'oubli", a-t-il exhorté devant la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou, le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas et le ministre grec des Migrations Notis Mitarachi.

Arrivé samedi en Grèce après un voyage à Chypre, d'où 50 migrants seront transférés à Rome, François, lui-même issu d'une famille de migrants italiens, a été chaleureusement accueilli par une foule de demandeurs d'asile massés entre les conteneurs du camp qui abrite près de 2.200 demandeurs d'asile.

En avril 2016, François avait déjà visité un camp de migrants à Lesbos, celui de Moria, détruit par les flammes il y a un an, quand l'île était la principale porte d'entrée de migrants en Europe, et avait créé la surprise en ramenant avec lui douze réfugiés syriens.

Au cours de ce 35e voyage papal, le pape a été reçu deux fois par le chef de l'Eglise orthodoxe grecque, Mgr Hiéronyme II, lui demandant à nouveau "pardon" pour les "erreurs commises par de nombreux catholiques", comme l'avait fait Jean-Paul II en 2001 à Athènes.

Dans la capitale grecque, où c'était la première visite d'un pape en deux décennies, il a célébré une messe dimanche devant quelque 2.000 fidèles où il a prêché pour "la petitesse et l'humilité".

Avant de quitter la Grèce, François a également rencontré lundi matin le président du parlement grec, Konstantinos Tassoulas, et le chef de l'opposition Alexis Tsipras, après s'être entretenu samedi avec la présidente de la République hellénique Katerina Sakeropoulou et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

Le pape donnera une ultime conférence de presse à bord de l'avion qui le ramène à Rome.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info