Le pape reçoit une religieuse colombienne enlevée en 2017 au Mali et libérée samedi

Publié le à Bamako (AFP)

Le pape François a reçu dimanche la religieuse franciscaine colombienne, soeur Gloria Cecilia Narvaez, enlevée en février 2017 par des jihadistes au Mali, et libérée samedi, a annoncé le porte-parole du Vatican.

"Ce matin, avant la célébration de la Sainte Messe pour l'ouverture du synode des évêques, le pape a salué la soeur colombienne Gloria Cecilia Narvaez, enlevée en 2017 et récemment libérée", a précisé dans un bref communiqué Matteo Bruni.

Selon l'agence spécialisée sur le Vatican, I-media, à l’issue de la célébration, le pape François s’est dirigé vers elle pour la bénir.

Soeur Gloria Cecilia Narvaez a notamment été retenue en otage avec le prêtre italien Père Pierluigi Maccalli, libéré l’an dernier, selon la même source.

"Je remercie les autorités maliennes, le président, toutes les autorités maliennes pour tous les efforts que vous avez fait pour me libérer. Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse le Mali", a déclaré la religieuse à la télévision publique malienne après sa liberation.

Elle était apparue aux côtés du président par intérim, le colonel Assimi Goïta, et de l'archévêque de Bamako Mgr Jean Zerbo.

Mgr Zerbo a assuré à l'AFP que la religieuse "se porte bien". "Je remercie les autorités maliennes et les autres bonnes volontés qui ont permis cette libération", a-t-il dit.

Gloria Cecilia Narvaez fait partie des Franciscaines de Marie Immaculée, une congrégation d'origine suisse fondée en 1893 et présente dans 17 pays.

Elle avait été enlevée le 7 février 2017 près de Koutiala, à 400 km à l'est de Bamako. Elle travaillait alors comme missionnaire depuis six ans dans la paroisse de Karangasso avec trois autres religieuses.

- "Emmenez-moi" -

Selon une de ses collègues, sœur Carmen Isabel Valencia, sœur Gloria Cecilia Navarez s'était volontairement livrée à ses ravisseurs alors qu'ils s'apprêtaient à enlever deux religieuses plus jeunes. "Je suis la supérieure, emmenez-moi", avait-elle dit, selon cette collègue.

Le frère de l'ex-otage s'est dit ému, après avoir eu confirmation de la libération. "Dieu merci, elle est en bonne santé, ils m'ont envoyé des photos et elle a l'air bien", a réagi Edgar Narvaez, dans une brève conversation avec l'AFP.

"Je me réjouis énormément de la nouvelle de la libération au Mali de notre chère compatriote, la religieuse Gloria Cecilia Narváez, un objectif que nous nous étions fixé au sein du gouvernement national et pour lequel nous avons travaillé avec le président (colombien Ivan) Duque pendant de nombreux mois", a déclaré pour sa part dans un communiqué la ministre colombienne des Affaires étrangères, Marta Lucía Ramírez.

Mme Ramirez a également souligné les "efforts humanitaires du gouvernement français pour contribuer à cette réussite".

Une source proche de la médiation a confié à l'AFP que la religieuse n'avait pas été maltraitée pendant sa détention et qu'elle a appris le Coran. "Nous ne dirons pas de détails. Les négociations ont duré des mois, des années", a souligné cette source.

Le départ de Bamako samedi soir de la Colombienne en direction de Rome a été confirmé par l'archevêché de la ville.

Dans une lettre transmise en juillet dernier par la Croix-Rouge à son frère, soeur Gloria Narvaez expliquait être détenue par "un groupe du GSIM", le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, lié à Al-Qaïda.

Les enlèvements sont courants au Mali, pays sahélien pris dans la tourmente depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste dans le nord en 2012. Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention de forces onusiennes, françaises et africaines.

Un journaliste français, Olivier Dubois, a été enlevé début avril dans le Nord du Mali par des jihadistes affiliés à Al-Qaïda.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info