Le pape salue les fidèles depuis un balcon de son hôpital

Publié le à Rome (AFP)

Le pape François -hospitalisé depuis une semaine après une opération du côlon- s'est adressé dimanche aux fidèles depuis son balcon du dixième étage, d'une voix un peu enrouée, "content" d'honorer son traditionnel rendez-vous dominical.

"Chers frères et soeurs, bonjour! Je suis content de pouvoir maintenir le rendez-vous dominical de l'Angelus, également ici depuis la polyclinique Gemelli", a lancé le chef des 1,3 milliard de catholiques, acclamé par quelque 200 personnes rassemblées devant l'établissement, dont beaucoup de personnel en blouses blanches.

"J'ai senti votre proximité et le soutien de vos prières. Merci du fond du coeur!", a-t-il ajouté, avec un léger toussotement, semblant aussi par moments essoufflé.

"Au cours de ces jours de convalescence à l'hôpital, j'ai expérimenté combien est important un bon service de soins, accessible à tous, comme ceux qui existent en Italie et dans d'autres pays", a-t-il souligné. "Il faut les maintenir!", a plaidé le pape.

"Je veux exprimer ma reconnaissance et mon encouragement aux médecins et à tous les employés des services de santé et au personnel de cet hôpital et d'autres hôpitaux. Ils travaillent tant!", a poursuivi François, en saluant sur son balcon trois enfants malades soignés à l'hôpital universitaire.

Après la prière de l'Angelus, le pape a aussi eu une pensée pour Haïti après l'assassinat de son président, en espérant que "la spirale de la violence cessera".

En ce "dimanche de la mer" dédiée aux marins, il a en outre appelé à "prendre soin de la santé des mers", ajoutant: "pas de plastique dans la mer!". Avant de conclure pas sa rituelle demande: "n'oubliez pas de prier pour moi!"

Le Vatican n'a pas encore précisé quand le pape rentrerait dans sa petite résidence hôtelière Sainte-Marthe de la Cité du Vatican où il loge dans un modeste deux pièces de 50 m2.

La convalescence de François a été documentée par un court bulletin de santé quotidien, une démarche inhabituelle du Saint-Siège peu encline à commenter la santé de ce pape discret. Aucun bilan n'a toutefois été publié dimanche.

-Opéré sous anesthésie générale-

Son opération de dimanche dernier, sous anesthésie générale, a consisté en une "colectomie gauche" (chirurgie consistant à retirer une portion de côlon), programmée pour une sténose diverticulaire symptomatique du côlon.

Le pape souffrait d'une inflammation potentiellement douloureuse des diverticules, hernies ou poches qui se forment sur les parois de l'appareil digestif. Une des complications possibles de cette affection est la sténose, c'est-à-dire un rétrécissement de l'intestin.

Le pape a attendu le mois de juillet pour cette intervention, lorsque son programme est allégé.

Pour sa convalescence, François se trouve dans la même chambre au dixième étage de l'hôpital Gemelli que celle utilisée par le pape Jean Paul II, opéré à de nombreuses reprises dans cet établissement: après une tentative d'assassinat en 1981, pour une tumeur au côlon en 1992, des chutes en 1993 et 1994, une opération d'appendicite en 1996. Il y avait aussi séjourné début 2005, au bout de ses forces, juste avant de mourir à l'âge de 84 ans.

Jean Paul II, dont la statue trône devant l'hôpital, avait également récité ici l'Angelus et salué les fidèles depuis une fenêtre.

Dimanche dernier, avant de se rendre à l'hôpital, le pape François avait annoncé son prochain voyage, à Budapest pour un congrès et en Slovaquie à la mi-septembre, son second déplacement à l'étranger cette année, après sa visite historique en Irak en mars.

Dans l'avion qui le ramenait de Bagdad à Rome, François avait confié s'être senti beaucoup plus fatigué que lors de ses précédents déplacements à l'étranger.

"Je ne sais pas si les voyages se ralentiront", avait commenté le pape argentin, qui avait semblé avoir beaucoup plus de mal que de coutume à marcher durant ses étapes aux quatre coins de l'Irak.

François a souffert à nouveau au début de l'année d'une sciatique récurrente qui l'avait obligé à annuler plusieurs engagements à Rome.

Il est néanmoins considéré comme en relative bonne santé pour un homme de 84 ans, bien qu'il ait subi une ablation partielle d'un poumon lorsqu'il avait 21 ans.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info