Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Kharkiv sous les bombes -

Alors que l'armée russe continue de se déployer pour tenter de prendre le contrôle de Kiev, le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine non loin de la frontière russe, est bombardé par l'armée russe, a annoncé mardi le gouverneur de la région.

"L'occupant russe continue d'user d'armes lourdes contre la population civile", a écrit Oleg Sinegoubov, publiant des images d'une énorme explosion sur la place centrale de la ville.

La ville de Marioupol, dans l'Est de l'Ukraine sur la mer d'Azov, était par ailleurs sans électricité mardi après une offensive russe, selon le gouverneur de la région de Donetsk.

L'armée russe est arrivée aux portes de la ville de Kherson, dans le Sud du pays, a aussi déclaré le maire de la ville dans la nuit de lundi à mardi.

- Nouvelles victimes -

Deux soldats tchétchènes sont morts et six ont été blessés en Ukraine, a annoncé mardi sur Telegram Ramzan Kadyrov, le dirigeant de cette république du Caucase, un fidèle du Kremlin.

La Russie a admis que des soldats russes étaient morts en Ukraine, sans en préciser le nombre. Moscou affirme ne pas viser les zones civiles, alors que des quartiers résidentiels sont bombardés.

L'Ukraine a, elle, annoncé que 350 civils étaient morts depuis le début de l'offensive russe jeudi.

- Sanctions économiques -

Le gouvernement britannique a placé la plus grande banque russe, le géant public Sberbank, sur la liste des entités soumises à des sanctions du Royaume-Uni.

En France, TotalEnergies a annoncé qu'"il n'apportera plus de capital à de nouveaux projets en Russie".

"Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe" à travers les sanctions économiques occidentales, avait auparavant affirmé le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. Il y a désormais un "problème de principe à travailler avec toute personnalité politique ou économique proche du pouvoir russe", avait-il dit, interrogé sur les activités des géants français TotalEnergies et Engie en Russie.

Le géant danois du transport maritime Maersk a annoncé la suspension des nouvelles commandes depuis et à destination des ports russes, hors denrées alimentaires, médicales et humanitaires.

- Mise en garde sur les "crimes de guerre" -

Le vice-Premier ministre britannique, Dominic Raab, a prévenu mardi que le président russe Vladimir Poutine sera "tenu responsable" d'éventuels crimes de guerre commis en Ukraine.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a annoncé l'ouverture "aussi vite que possible" d'une enquête sur la situation en Ukraine, tandis que les ONG Amnesty International et Human Rights Watch dénonçaient l'utilisation en Ukraine de bombes à sous-munitions qui ont touché des civils.

- RT et Sputnik bloqués dans toute l'Europe -

Les chaînes YouTube des médias russes RT et Sputnik ont été bloquées dans toute l'Europe par la plateforme de vidéos "compte tenu de la guerre en cours en Ukraine", a annoncé YouTube dans un courriel transmis à l'AFP.

Lundi, Facebook (groupe Meta) avait déjà décidé de bloquer, dans les pays de l'Union européenne, les contenus publiés par la chaîne RT (ex-Russia Today) et le site Sputnik, tous deux considérés comme des émanations du pouvoir russe.

Toutes ces annonces font suite à celle de l'interdiction des deux médias, dimanche par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

- Déjà 520.000 réfugiés dans les pays frontaliers -

Près de 520.000 réfugiés ukrainiens fuyant l'invasion de leur pays par la Russie ont afflué depuis jeudi dans des pays frontaliers, selon le dernier recensement de l'ONU.

La Chine a de son côté commencé à évacuer ses ressortissants piégés par l'invasion russe en Ukraine, a rapporté un quotidien chinois.

- Répercussions dans la culture -

L'orchestre philharmonique de Munich a décidé de "se séparer" du chef d'orchestre Valery Gergiev, réputé proche de Vladimir Poutine, a annoncé le maire de la ville allemande qui reproche au maestro de ne pas avoir dénoncé l'invasion de l'Ukraine.

burs-jba/mw/lch

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info