Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Début de pourparlers -

Les nouveaux pourparlers entre la Russie et l'Ukraine, à la frontière entre le Bélarus et la Pologne, ont débuté jeudi, au huitième jour de l'invasion russe, a annoncé jeudi le conseiller de la présidence ukrainienne Mikhaïlo Podoliak.

Il a cité au menu des discussions "un cessez-le-feu immédiat, un armistice et des couloirs humanitaires pour l'évacuation des civils des villes et villages détruits ou constamment bombardés".

La partie russe a trois dossiers sur la table portant sur "l'aspect militaro-technique, l'humanitaire et l'international ainsi que le politique", d'après l'envoyé du Kremlin.

- L'opération en Ukraine "se déroule selon le plan" d'après Poutine -

Le président russe Vladimir Poutine a assuré jeudi que l'opération militaire en Ukraine se déroulait "selon le plan", martelant y combattre des "néonazis" pour sauver Russes et Ukrainiens, qui ne sont selon lui "qu'un seul peuple".

Le président français Emmanuel Macron, qui s'est entretenu plus tôt dans la journée avec le maître du Kremlin, pense que "le pire est à venir" en Ukraine, alors que Vladimir Poutine lui a fait part de "sa très grande détermination" à poursuivre son offensive, dont le but est "de prendre le contrôle" de tout le pays, selon la présidence française.

- Loukoïl appelle à arrêter la guerre en Ukraine -

Le numéro deux du secteur pétrolier russe Loukoïl a appelé jeudi à "arrêter rapidement" la guerre en Ukraine, devenant la première société nationale d'envergure à s'opposer à l'invasion du pays par Moscou.

- Si l'Ukraine tombe, Moscou attaquera l'Europe de l'Est selon Zelensky -

Le président ukrainien a appelé jeudi les Occidentaux à accroître leur soutien, martelant que si son pays était défait par la Russie, elle s'attaquerait au reste de l'Europe de l'Est, à commencer par les pays baltes, pour arriver "jusqu'au mur de Berlin".

Il s'est dit prêt à parler avec Vladimir Poutine.

- Menace nucléaire -

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé que les dirigeants occidentaux pensaient à une guerre nucléaire dans leur conflit avec la Russie. "Tout le monde sait qu'une troisième guerre mondiale ne peut être que nucléaire, mais j'attire votre attention sur le fait que c'est dans l'esprit des politiques occidentaux, pas dans celui des Russes", a-t-il dit.

La Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet a elle mis en garde la communauté internationale contre la menace nucléaire qui pèse sur "l'ensemble de l'humanité".

- Les Russes à Kherson, bombardements à Marioupol et Kharkiv -

Des responsables ukrainiens ont confirmé dans la nuit de mercredi à jeudi la présence de l'armée russe à Kherson (Sud), que Moscou avait auparavant annoncé avoir capturée. Plus à l'est, à Marioupol, le maire a accusé la Russie de vouloir assiéger la ville.

Les bombardements dans le centre de Kharkiv, la deuxième ville du pays, ont fait mercredi au moins 21 morts selon le gouverneur régional et d'autres pilonnages russes à Izioum, près de Kharkiv, ont fait huit morts dont deux enfants, selon les autorités locales.

Des frappes ont également fait 33 morts en visant une zone résidentielle de la ville ukrainienne de Tcherniguiv (nord), selon les services de secours.

La ville ukrainienne de Dnipro (centre-est) se prépare à faire face à un éventuel assaut.

- Enquête de l'OSCE -

L'OSCE va mettre en place une mission d'experts indépendants pour enquêter sur les violations du droit international perpétrées par la Russie depuis qu'elle a envahi l'Ukraine, a annoncé jeudi la délégation canadienne au nom de 45 Etats membres.

- UE: accord pour une protection temporaire des réfugiés -

Les ministres européens de l'Intérieur, réunis jeudi à Bruxelles, se sont mis d'accord pour accorder une "protection temporaire" dans l'UE aux réfugiés "fuyant la guerre" en Ukraine, ont annoncé le ministre français Gérald Darmanin et la commissaire européenne Ylva Johansson.

Ils n'ont pas précisé immédiatement si la mesure s'appliquerait aux réfugiés fuyant l'Ukraine mais n'ayant pas la nationalité ukrainienne.

Un million de réfugiés ont fui l'Ukraine à destination des pays voisins depuis le début de l'invasion, selon le haut-commissaire des Nations unies aux réfugiés, Filippo Grandi.

- Sanctions -

Les agences de notation financière Fitch et Moody's ont rétrogradé la Russie dans la catégorie des pays risquant de ne pas pouvoir rembourser leur dette, compliquant la possibilité pour le pays de se financer.

Le responsable du plus gros fonds souverain au monde, celui de la Norvège, a estimé jeudi que ses investissements en Russie étaient "perdus" du fait de la guerre en Ukraine et des sanctions économiques qu'elle a entraînées.

Le géant suédois de l'ameublement Ikea a annoncé suspendre ses activités en Russie et au Bélarus, affectant près de 15.000 employés.

Les groupes automobiles Toyota et Volkswagen ont suspendu également leur production en Russie.

Le promoteur du championnat du monde de Formule 1 a annoncé rompre définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie.

- Géorgie et Moldavie candidates pour intégrer l'UE -

La Géorgie et la Moldavie ont chacune déposé jeudi leur candidature pour intégrer l'Union européenne.

burs-jba-ang/mw/pb

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info