Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- La Russie bombarde la plus grande centrale nucléaire d'Europe -

La plus grande centrale atomique d'Europe, Zaporijjia, située dans le centre de l'Ukraine, a été touchée vendredi par des frappes de l'armée russe qui ont provoqué un incendie, mais sa sécurité est "garantie" selon Kiev, qui a accusé Moscou d'avoir recours à la "terreur nucléaire".

Selon Kiev, des tirs de chars russes sur la centrale ont mis le feu à un bâtiment consacré aux formations et à un laboratoire. Les services de secours ont indiqué avoir pu accéder au site et éteindre l'incendie, après en avoir été un temps empêchés par les soldats russes.

"La sécurité nucléaire est maintenant garantie", a affirmé sur Facebook Oleksandre Staroukh, chef de l'administration militaire de la région de Zaporijjia. L'attaque n'a fait aucune victime, ont indiqué les secours ukrainiens sur Facebook.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce sont des chars russes qui ont ouvert le feu sur la centrale.

Les niveaux de radioactivité restent inchangés sur le site de la centrale, qui compte six réacteurs nucléaires et fournit une grande partie de l'énergie du pays, a indiqué de son côté l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon qui aucun équipement "essentiel" n'a été endommagé.

L'AIEA "appelle à cesser l'usage de la force et avertit d'un grave danger si les réacteurs sont touchés", a tweeté l'organisation.

- Zelensky appelle à une "action européenne immédiate" -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé vendredi Moscou de recourir à "la terreur nucléaire" après le bombardement d'une centrale atomique dans le centre de l'Ukraine, et a appelé à "une action européenne immédiate" pour "empêcher que l'Europe ne meure d'un désastre nucléaire".

"Nous alertons tout le monde sur le fait qu'aucun autre pays hormis la Russie n'a jamais tiré sur des centrales nucléaires. C'est la première fois dans notre histoire, la première fois dans l'histoire de l'humanité. Cet Etat terroriste a maintenant recours à la terreur nucléaire", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

"L'Ukraine compte quinze réacteurs nucléaires. S'il y a une explosion, c'est la fin de tout. La fin de l'Europe. C'est l'évacuation de l'Europe", a-t-il poursuivi. "Seule une action européenne immédiate peut stopper les troupes russes. Il faut empêcher que l'Europe ne meure d'un désastre nucléaire", a ajouté le président ukrainien.

- Boris Johnson demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité -

Boris Johnson a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU et a indiqué que "les actions irresponsables" du président russe Vladimir Poutine peuvent "directement menacer la sécurité de toute l'Europe".

- Kiev et Moscou s'accordent sur des "couloirs humanitaires" -

L'Ukraine et la Russie ont convenu jeudi, à l'issue d'une deuxième session de pourparlers, d'organiser des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils des zones de combats, ont annoncé les deux parties.

"La deuxième session de négociations est terminée. Malheureusement, il n'y a pas encore les résultats escomptés pour l'Ukraine. Il n'y a qu'une solution pour organiser des couloirs humanitaires", a écrit sur Twitter un conseiller de la présidence ukrainienne.

- Problèmes d'accès à Facebook -

Les pages internet de Facebook et plusieurs médias indépendants étaient en partie inaccessibles vendredi en Russie, au moment où les autorités russes resserent leur étau autour des voix critiques, en pleine guerre en Ukraine.

Le service de surveillance GlobalCheck et des journalistes de l'AFP à Moscou ont constaté des problèmes pour accèder à Facebook, de même qu'aux sites des médias Meduza, Deutsche Welle, RFE-RL et du service russophone de la BBC.

- Google Maps et Tripadvisor s'engagent -

Google a bloqué l'ajout de commentaires, photos et vidéos sur son service de cartographie Maps en Russie, en Ukraine et au Bélarus, tout comme la plateforme Tripadvisor sur les fiches de certains restaurants et hôtels en Russie.

Les deux services ont fait face à une campagne de militants ukrainiens qui se servaient de leur section "avis" pour tenter d'alerter les Russes sur l'invasion orchestrée par leurs dirigeants en Ukraine.

- Neutralité du Canal de Panama -

L'Autorité du Canal de Panama (ACP) a réaffirmé jeudi la neutralité de la voie interocéanique, et a annoncé qu'elle ne refusera pas le passage de navires russes en dépit des sanctions imposées à Moscou par la commmunauté internationale.

- Oligarques russes sanctionnés -

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont inscrit jeudi de nouveaux oligarques proches du Kremlin sur leur liste noire dans l'espoir d'augmenter la pression sur Vladimir Poutine au moment où certains milliardaires russes commencent à prendre leurs distances.

Le président américain Joe Biden a accusé les oligarques de "s'en mettre plein les poches avec l'argent des Russes pendant que les Ukrainiens se cachent dans le métro pour échapper aux tirs aveugles de missiles".

- Vilnius rend hommage à l'Ukraine -

Le maire de Vilnius a annoncé jeudi que la ville nommerait "rue des Héros ukrainiens" une petite voie qui conduit à l'ambassade de Russie dans la capitale lituanienne.

- Les Tchèques autorisés à se battre pour l'Ukraine -

Les Tchèques qui voudraient rejoindre l'Ukraine pour participer à la lutte contre l'invasion russe n'encourront aucune sanction, ont décidé jeudi soir les dirigeants tchèques.

- Le prince héritier saoudien propose sa médiation -

Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a proposé lors d'un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine sa médiation pour mettre fin à la guerre en Ukraine, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle saoudienne (SPA).

- Le Congrès américain veut boycotter le pétrole russe -

De nombreux élus du Congrès américain ont exhorté jeudi Joe Biden à interdire l'importation par les Etats-Unis de pétrole russe en riposte à l'invasion de l'Ukraine, ce que la Maison Blanche s'est pour l'instant refusée à faire.

- UE: accord pour une protection temporaire des réfugiés -

Les ministres européens de l'Intérieur, réunis jeudi à Bruxelles, sont d'accord pour accorder une "protection temporaire" dans l'UE aux réfugiés "fuyant la guerre".

En une semaine, un million de réfugiés ont fui l'Ukraine, selon le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies.

Les Etats-Unis ont fait de même. Cela empêche l'expulsion des Ukrainiens et leur donne le droit de travailler.

- Marchés -

L'inquiétude liée au conflit ont fait chuter les places boursières vendredi en Asie, l'indice vedette Nikkei de Tokyo plongeant de 2,5%, tandis que le Hang Seng de Hong Kong perdait 2,6%. Shanghai, Séoul, Sydney et Singapour piquaient aussi du nez.

Ces pertes avaient été précédées par celles des Bourses occidentales jeudi. Paris a cédé 1,84% à 6.378,37 points, au plus bas depuis 6 mois, Londres a perdu 2,57% et Francfort 2,16%. Madrid a même chuté de 3,72%.

A Wall Street, le Dow Jones a cédé 0,29%, l'indice Nasdaq à perdu 1,56%, et l'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,53%.

Les prix du pétrole repartaient à la hausse après une pause la veille consécutive à leur envolée à des niveaux inédits depuis 2008: le cours du baril de WTI américain atteignant 109,65 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait à 112,19 dollars.

burs-nzg-mlb/roc

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info