Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- "Progrès" dans les négociations -

La Russie a constaté "des progrès" dans les négociations menées avec l'Ukraine, a déclaré mercredi une porte-parole du gouvernement.

Les objectifs de la Russie "n'incluent ni l'occupation de l'Ukraine, ni la destruction de son État, ni le renversement du gouvernement actuel", a-t-elle déclaré, réaffirmant ne pas viser la population civile.

Le Kremlin a par ailleurs dénoncé la "guerre économique" déclarée par les Etats-Unis à la Russie, suite à l'annonce par Washington d'un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz, entre autres sanctions.

- Zelensky veut une décision rapide sur les Mig-29 -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mercredi les Occidentaux à "décider au plus vite" la question de l'envoi d'avions Mig-29 proposés par la Pologne.

Varsovie avait proposé mardi de mettre ses avions Mig-29 à la disposition des Etats-Unis, via une base en Allemagne, pour ensuite les livrer à l'Ukraine, mais Washington a jugé cette proposition "pas viable".

Moscou de son côté a dénoncé cette proposition, parlant d'un "scénario très indésirable et potentiellement dangereux".

- L'UE élargit ses sanctions -

Les Vingt-Sept ont décidé mercredi d'élargir leurs sanctions contre Moscou et Minsk, notamment en débranchant trois banques bélarusses de la plateforme financière internationale Swift, a annoncé la présidence française du Conseil de l'Union européenne.

De nouvelles sanctions ciblant le secteur maritime et les cryptomonnaies ont également été adoptées, et 14 oligarques et 146 sénateurs russes ont été ajoutés à la liste noire de l'UE.

- Accord sur des couloirs d'évacuation de civils -

Russes et Ukrainiens sont tombés d'accord mercredi matin pour respecter des cessez-le feu autour d'une série de couloirs humanitaires afin d'évacuer les civils, a annoncé le gouvernement ukrainien.

Selon Kiev, Moscou a confirmé son accord pour respecter une trêve de 07H00 à 19H00 GMT autour de six zones frappées par les combats. Des couloirs ont notamment été définis pour évacuer les civils depuis Energodar vers Zaporojie (sud), de Izioum à Lozova (est) et de Soumy à Poltava (nord-est), où un corridor avait déjà permis l'évacuation de milliers de civils mardi.

Dans la ville portuaire de Marioupol (sud-est), que 300.000 personnes cherchent à fuir, un couloir est aussi prévu. Mais selon les autorités ukraniennes, les Russes empêchent toujours l'évacuation via le couloir convenu.

- Plusieurs villes cibles d'attaques -

Au moins 10 personnes sont mortes mardi dans des tirs russes sur la ville de Severodonetsk, dans l'Est de l'Ukraine, a affirmé mercredi le responsable de la région administrative de Lougansk.

L'armée russe a également bombardé mardi soir la petite ville de Malyn, à l'ouest de Kiev, où cinq personnes dont deux bébés sont morts après la destruction de sept maisons, selon les secours ukrainiens. Dans la région de Jytomyr, à l'ouest de Kiev, neuf personnes sont décédées dans des frappes aériennes.

- Craintes de retombées nucléaires et biologiques -

L'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Tchernobyl et de ses équipements de sécurité est "complètement" coupée en raison des actions militaires russes, a annoncé son opérateur ukrainien. Le site comprend des réacteurs déclassés et des installations de déchets radioactifs.

Les Etats-Unis ont dit par ailleurs redouter que les forces russes puissent "prendre le contrôle" des structures de "recherche biologique" en Ukraine et s'emparer de matériaux sensibles.

- La Russie au bord du défaut de paiement -

L'agence de notation Fitch a de nouveau abaissé la note qu'elle accorde à la dette de la Russie, une décision signifiant que le risque d'un défaut souverain est à ses yeux "imminent".

- Pénurie de médicaments en Russie -

Les pharmacies russes manqueraient déjà d'insuline et d'autres produits pour le traitement du diabète fabriqués à l'étranger, a indiqué mercredi le quotidien russe Kommersant, qui décrit une pénurie de matières premières pour la fabrication de médicaments.

burs-paj/ber

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info