Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- "Un moment dangereux" pour Kiev -

Les frappes russes se multiplient à Kiev, la capitale, qui vit "un moment dangereux et difficile", a déclaré le maire de la ville, Vitali Klitschko, en décrétant un couvre-feu de mardi 20H00 (18H00 GMT) à jeudi 07H00 (05H00 GMT).

Une frappe contre un immeuble d'habitation a causé la mort d'au moins quatre personnes, selon le dernier bilan fourni par le maire. Au total, quatre explosions ont été entendues mardi à Kiev, encerclée par les forces russes et vidée d'au moins la moitié de ses quelque trois millions d'habitants.

Dans l'est de l'Ukraine, l'aéroport de le ville de Dnipro a subi des "destructions massives" après deux bombardements russes dans la nuit, d'après les autorités régionales.

- Reprise des pourparlers -

La quatrième session de négociations pour tenter de trouver une issue à la crise a repris mardi après une pause la veille, a annoncé un haut responsable ukrainien, insistant sur la demande de cessez-le-feu formulée par Kiev.

Le Kremlin a estimé prématuré tout "pronostic" sur les négociations avec Kiev, après qu'un conseiller de la présidence ukrainienne a jugé possible un accord de paix d'ici mai.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé que les Russes avaient "déjà commencé à comprendre qu'ils ne parviendront à rien par la guerre".

- Un enfant réfugié chaque seconde -

Le nombre de personnes ayant fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion du pays par l'armée russe a atteint les trois millions, a indiqué un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations à Genève.

A quasiment chaque seconde qui passe, un enfant en Ukraine devient un réfugié, a affirmé le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Un total de 97 enfants ont été tués depuis le début de la guerre, selon le président Zelensky.

- Zelensky: "L'Ukraine ne pourra pas intégrer l'Otan" -

"Il faut reconnaître" que l'Ukraine ne pourra pas adhérer à l'Otan, a déclaré le président Zelensky, alors que ce dossier est un des motifs avancés par la Russie pour justifier son invasion du pays.

"Nous avons entendu pendant des années que les portes étaient ouvertes, mais nous avons aussi entendu que nous ne pourrions pas adhérer. C'est la vérité et il faut le reconnaître", a-t-il dit.

- Des dirigeants européens à Kiev -

Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène doivent se rendre mardi à Kiev, en qualité de représentants du Conseil européen, pour affirmer "le soutien sans équivoque" de l'Union européenne à l'Ukraine, selon le gouvernement polonais.

- La Russie recrute des milliers de Syriens -

La Russie a établi des listes de 40.000 combattants de l'armée syrienne et de milices alliées, prêts à être déployés en Ukraine, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Selon l'OSDH, des officiers russes, en coordination avec l'armée syrienne et des milices alliées, ont ouvert des bureaux d'enregistrement dans des zones tenues par le régime de Damas.

- Couloir humanitaire -

Quelque 2.000 véhicules ont pu sortir via un couloir humanitaire de Marioupol (sud), assiégée par les forces russes et les séparatistes prorusses, selon la municipalité.

Mais jusqu'à 300.000 personnes sont coincées, terrées dans des caves et privées de tout.

- Une amende pour la protestataire de la télé russe -

Marina Ovsiannikova, employée d'une chaîne de télévision russe qui a fait irruption pendant un journal télévisé pro-Kremlin pour dénoncer l'offensive en Ukraine, a été condamnée mardi à une amende et libérée.

Elle avait plaidé non coupable à son procès pour manifestation illégale, se disant "convaincue que la Russie commet un crime (...) et qu'elle est l'agresseur de l'Ukraine".

Le président français Emmanuel Macron a indiqué être prêt à lui offrir "une protection consulaire", soit à l'ambassade, soit en lui accordant l'asile.

- La Russie sanctionne Biden -

La Russie a annoncé des sanctions contre le président des Etats-Unis Joe Biden et plusieurs hauts responsables américains, dont le secrétaire d'Etat Antony Blinken, en réponse aux mesures punitives de Washington contre Moscou.

Au total, 13 personnalités américaines sont visées par ces sanctions, dont la nature exacte n'a pas été précisée.

- Londres vise le luxe et les oligarques -

Le gouvernement britannique a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie, en imposant notamment des droits de douane punitifs sur la vodka et des gels d'avoirs, visant plus de 350 personnes et entités, dont une cinquantaine d'oligarques.

burs-acm/cds/mba

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info