Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- "Réponse" de l'Otan si Moscou utilise des armes chimiques -

L'Otan répondra en cas d'utilisation d'armes chimiques par la Russie en Ukraine, s'est engagé pour la première fois jeudi le président américain Joe Biden.

"Nous répondrons s'il y a recours. La nature de la réponse dépendra de la nature de cette utilisation", a déclaré M. Biden à l'issue des sommets de l'Otan et du G7 à Bruxelles.

Il se rendra vendredi en Pologne dans la ville de Rzeszow, à environ 80 kilomètres de la frontière avec l'Ukraine en guerre.

Le président français Emmanuel Macron s'est de son côté refusé à préciser si l'Otan avait défini des "lignes rouges" susceptibles de déclencher une intervention.

- Menaces chimique et nucléaire: l'Otan équipe l'Ukraine -

L'Otan va fournir à l'Ukraine des équipements de protection contre les menaces chimiques, biologiques et nucléaires, a annoncé le secrétaire général de l'Alliance.

Quatre nouveaux groupements tactiques vont être déployés en Roumanie, en Hongrie, en Bulgarie et en Slovaquie pour renforcer les défenses de l'Otan sur son flanc oriental.

Plus de 100.000 militaires américains sont actuellement présents en Europe et plus de 40.000 soldats sont sous commandement direct de l'Otan dans la partie est de l'Alliance.

Le président ukrainien accuse la Russie d'utiliser des "bombes au phosphore". Et pour lui, "le risque d'une utilisation à grande échelle d'armes chimiques par la Russie en Ukraine est bien réel".

- Risques de pénuries alimentaires -

Les Occidentaux se sont concertés jeudi pour répondre aux risques de pénuries alimentaires mondiales, l'Ukraine et la Russie étant deux exportateurs majeurs de blé.

"Les pénuries alimentaires vont se concrétiser", a mis en garde le président américain après des sommets du G7 et de l'Otan, assurant que les Etats-Unis comme le Canada allaient augmenter leurs exportations en conséquence.

Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient consacrer 11 milliards de dollars (environ 10 milliards d'euros) ces cinq prochaines années pour répondre aux menaces sur la sécurité alimentaire dans le monde, tandis que la France a proposé un plan d'urgence au niveau de l'UE et du G7.

- L'ONU exige la fin "immédiate" de la guerre -

L'Assemblée générale de l'ONU regroupant 193 Etats a adopté jeudi à une écrasante majorité une nouvelle résolution qui "exige" de la Russie un arrêt "immédiat" de son offensive militaire en Ukraine, une résolution "historique" mais non contraignante.

Cent quarante pays ont voté pour, 38 se sont abstenus et cinq ont voté contre dont la Russie, la Syrie et la Corée du Nord.

- Marioupol: Kadyrov affirme avoir pris la mairie, puis minore -

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a assuré jeudi que ses forces avaient pris la mairie de Marioupol, avant de publier une vidéo où il n'est question que d'un bâtiment officiel de la périphérie de cette grande ville du sud-est de l'Ukraine que l'armée russe assiège.

- Bombardements meurtriers -

Au moins cinq personnes sont mortes, dont deux enfants, et six autres blessées dans des frappes russes près de Lougansk (est), a indiqué le gouverneur de la région.

A Kharkiv (nord-est), au moins six civils ont été tués et 15 autres blessés dans un bombardement, selon le gouverneur régional. La frappe a touché un bureau de poste près duquel des habitants locaux recevaient de l'aide humanitaire, a-t-il précisé, dénonçant un nouveau "crime des occupants russes".

Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a fait part jeudi soir de son "inquiétude" après avoir été informée par les autorités ukrainiennes de bombardements de la ville où vit le personnel du site de Tchernobyl.

- Brasilia opposé à l'exclusion de la Russie du G20 -

Le ministre brésilien des Affaires étrangères a indiqué jeudi que le gouvernement du président Jair Bolsonaro était "clairement opposé" à l'idée d'exclure la Russie du G20.

Le président des Etats-Unis Joe Biden a appelé jeudi à exclure du G20 la Russie, déjà expulsée du G8 après l'annexion de la Crimée en 2014.

- 4,3 millions d'enfants déplacés -

Plus de la moitié des enfants en Ukraine, soit 4,3 millions, ont dû quitter leur foyer depuis le 24 février, a indiqué l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

Au total, près de 3,7 millions de personnes ont fui l'Ukraine, selon l'ONU.

- Echange de prisonniers -

Russes et Ukrainiens ont échangé pour la première fois des prisonniers, selon Kiev.

"En échange de dix occupants capturés, nous avons récupéré dix de nos militaires", a annoncé la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk, qui a également accusé les forces russes de détenir des civils et de se livrer à la torture.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info