Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Biden poursuit sa visite en Pologne -

Au deuxième jour de sa visite en Pologne, le président américain Joe Biden s'est entretenu samedi à Varsovie avec les ministres ukrainiens des Affaires étrangères et de la Défense, lors de leurs discussions avec leurs homologues américains, première rencontre avec des hauts responsables ukrainiens depuis le début de la guerre.

En milieu de journée, lors d'un entretien avec son homologue polonais Andrzej Duda, le président Biden a réaffirmé que l'article 5 du traité de l'Otan -stipulant que l'attaque contre un pays membre est une attaque contre tous- constitue un "devoir sacré" pour les Etats-Unis.

Le chef de l'exécutif américain devait rencontrer ensuite des réfugiés ukrainiens dans un centre d'accueil et prononcer en fin d'après-midi un discours au château royal de Varsovie, avant de repartir pour Washington.

- Ralentissement du rythme d'arrivée des réfugiés -

Près de 3,8 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis l'invasion de l'armée russe le 24 février, selon le décompte de l'ONU publié samedi, mais le nombre d'arrivées s'est très nettement ralenti depuis le début de la semaine.

Depuis le 22 mars, le nombre de personnes cherchant ainsi à fuir les combats et les conditions de vie de plus en plus difficiles en Ukraine est passé nettement en dessous de 100.000 personnes par jour.

L'ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine.

- Sur le front militaire -

Autour de Donetsk et Lougansk, les deux grandes villes du Donbass, où Moscou a annoncé concentrer désormais ses efforts, l'état-major de l'armée ukrainienne assure "avoir infligé des pertes importantes aux envahisseurs russes", dans son bulletin, publié samedi à l'aube. Il fait état de trois avions abattus, huit chars détruits et quelques 170 soldats tués côté russe.

De son côté, le ministère russe de la Défense a fait état d'une bataille pour le contrôle de deux villages près de Donetsk, à Novobakhmutivka et Novomykhailivka.

Au nord, l'armée russe a pris le contrôle de la ville de Slavoutitch, où réside le personnel de la centrale de Tchernobyl, arrêtant le maire (relâché ensuite) et suscitant des manifestations pro-ukrainiennes, ont indiqué samedi les autorités régionales ukrainiennes.

Un convoi humanitaire parti de la ville assiégée de Marioupol (sud) avec des ambulances transportant des enfants blessés était bloqué à un check-point russe, a annoncé Lioudmyla Denissova, chargée des droits humains de l’Ukraine, faisant état d'un embouteillage de plusieurs kilomètres.

- Le maire de Kiev renonce à un nouveau couvre-feu -

Le maire de Kiev a finalement renoncé samedi à imposer un nouveau couvre-feu de 35 heures, qu'il avait annoncé à partir de samedi soir, pour revenir à un couvre-feu ne s'appliquant que de 20 heures à 7 heures, comme tous les soirs.

Pendant le couvre-feu, les habitants de la capitale "ne peuvent sortir que pour se rendre dans un abri en cas de sirène d'alerte. Les transports en commun, les magasins, les pharmacies et les stations service seront fermés" et seules les personnes munies de laisser-passer peuvent se déplacer dans la ville.

- Moscou pousse à la course aux armements (Zelensky) -

Le président ukrainien a accusé la Russie d'alimenter une dangereuse course aux armements en mettant en avant son arsenal nucléaire, lors d'une intervention vidéo au Forum de Doha.

M. Zelensky a également appelé le Qatar, un des principaux pays exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, à augmenter sa production pour contrer les menaces russes d'utiliser l'énergie "pour faire du chantage au monde entier".

- Russie: le ministre de la Défense réapparaît sur les écrans -

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a fait une première apparition publique en deux semaines, selon des images diffusées samedi, une absence qui avait nourri des interrogations que le Kremlin s'était efforcé de balayer.

Dans ce contexte, le plus grand flou règne quant au sort des généraux russes morts en Ukraine, au nombre de sept selon Kiev. Selon des responsables occidentaux. un autre général, Vladislav Yerchov, a été démis de ses fonctions par le Kremlin à cause des lourdes pertes subies par les troupes russes. Alors que des médias ukrainiens évoquent une "purge", seule la mort de deux hauts gradés a été confirmée par Moscou.

- Démenti russe d'une mobilisation générale -

Le ministère de la Défense russe a assuré samedi ne pas prévoir d'appeler ses réservistes pour rejoindre les combats en Ukraine, dénonçant de "faux appels" reçus par des Russes qu'ils imputent aux services secrets ukrainiens.

La crainte d'une mobilisation générale des hommes russes avait provoqué une ruée à l'étranger dans les jours ayant suivi le début de l'offensive en Ukraine.

burs-fm/frd/mr

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info