Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Combats à Marioupol -

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé lundi que ses forces avaient conquis entièrement la zone portuaire de la ville stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, assiégée depuis plus d'un mois.

"Concernant le port de Marioupol, il est déjà sous notre contrôle", a déclaré Denis Pouchiline, cité par les agences de presse russes.

Le représentant de l'armée séparatiste, Edouard Bassourine, a lui affirmé que les derniers défenseurs ukrainiens se concentraient désormais dans les immenses usines "Azovstal" et "Azovmach".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lundi qu'il pensait que des "dizaines de milliers" de personnes avaient été tuées à Marioupol, affirmant que la Russie avait "complètement détruit" la ville.

- Le chancelier autrichien "pessimiste" -

Le chancelier autrichien Karl Nehammer s'est dit "plutôt pessimiste" après sa rencontre avec Vladimir Poutine, qui est selon lui dans une "logique de guerre" et veut enregistrer un "succès militaire" en Ukraine.

- Offensive russe dans l'est imminente -

L'armée ukrainienne a dit lundi s'attendre à une offensive russe "très prochainement" dans l'Est, devenu la cible prioritaire du Kremlin, après le retrait des troupes russes des régions du nord du pays et des alentours de Kiev.

"Selon nos informations, l'ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l'Est. L'attaque aura lieu très prochainement", a averti lors d'une conférence de presse le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

- Londres vérifie des affirmations sur une attaque chimique -

Le Royaume-Uni tente de vérifier des informations sur l'éventuelle utilisation d'armes chimiques par les forces russes à Marioupol.

"Des informations indiquent que les forces russes pourraient avoir utilisé des agents chimiques lors d'une attaque contre la population de Marioupol. Nous travaillons de toute urgence avec nos partenaires pour vérifier les renseignements", a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss sur Twitter.

Petro Andriouchtchenko, un conseiller du maire de Marioupol, a souligné que "les informations sur l'attaque chimique ne sont pas actuellement confirmées".

- UE: discussions sur de nouvelles sanctions -

Horrifiés par les exactions imputées aux forces russes en Ukraine, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont commencé lundi à discuter d'un sixième paquet de sanctions contre la Russie, mais le consensus devient de plus en plus difficile à trouver.

La plupart des ministres ont plaidé pour "une approche maximaliste" face à Moscou avec l'arrêt des achats de pétrole et de gaz russes dont les Européens sont très dépendants.

- La Russie "provoque la famine" (Borrell) -

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a accusé lundi la Russie de "provoquer la faim dans le monde" avec la guerre en Ukraine, en détruisant les stocks de blé et en empêchant de l'exporter à l'étranger.

- Commerce mondial menacé par la guerre (OMC) -

La guerre en Ukraine pourrait faire plier de moitié la croissance du commerce mondial, selon une analyse du secrétariat de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) publiée lundi.

Selon cette analyse, la crise devrait ramener la croissance du PIB mondial à un niveau compris entre 3,1 et 3,7% cette année, tandis que la croissance du commerce mondial devrait s'établir à un taux compris entre 2,4% et 3%. En octobre, l'OMC tablait sur une hausse de 4,7%.

- Des gendarmes français en Ukraine -

Des gendarmes français sont arrivés à Lviv, dans l'Ouest de l'Ukraine, pour assister leurs homologues ukrainiens "dans les investigations des crimes de guerre commis autour de Kiev", a annoncé lundi l'ambassadeur français en Ukraine.

- Violences faites aux femmes -

Plusieurs responsables de l'ONU ont réclamé lundi l'ouverture d'enquêtes sur les violences faites aux femmes dans la guerre de la Russie en Ukraine et la protection des enfants dans le conflit, lors d'une réunion du Conseil de sécurité initiée par les Etats-Unis et l'Albanie.

- Paris expulse six espions russes -

La France a décidé l'expulsion de six espions russes qui opéraient sous couvert de leur ambassade à Paris et "dont les activités se sont révélées contraires à (ses) intérêts nationaux", a indiqué lundi le ministère des Affaires étrangères.

De son côté, la Croatie a annoncé l'expulsion de 24 diplomates et personnels de l'ambassade de Russie, emboîtant le pas aux nombreux pays à avoir pris des mesures similaires.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info