Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Publié le à Paris (AFP)

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Croiseur russe touché mais pas coulé -

Les Russes ont essuyé un important revers au 50e jour de la guerre avec de sérieux dommages infligés à leur navire amiral Moskva basé à Sebastopol, en Crimée.

Les Ukrainiens affirmaient jeudi l'avoir frappé avec des missiles de croisière.

Le croiseur Moskva "gravement endommagé", n'a pas coulé et les explosions à bord ont cessé, a affirmé jeudi le ministère russe de la Défense.

"Le foyer de l'incendie a été circonscrit, il n'y a pas de flammes. Les explosions de munitions ont cessé. Le croiseur Moskva garde sa flottabilité" et "l'armement principal de missiles n'a pas été abîmé", selon le ministère. L'équipage de plus de 500 hommes a été évacué.

Le ministère ne donne aucune indication quant aux raisons du sinistre, disant enquêter pour en établir les causes.

- Deux villages russes bombardés: Kiev dément -

L'Ukraine a rejeté les accusations de Moscou selon lesquelles elle aurait bombardé deux villages russes frontaliers.

Elle l'accuse au contraire de planifier des "attaques terroristes" dans cette région pour alimenter "l'hystérie anti-ukrainienne" en Russie.

Des enquêteurs russes affirment que deux hélicoptères ukrainiens ont procédé à "au moins six frappes sur des immeubles d'habitations dans le village de Klimovo", dans la région de Briansk.

Le gouverneur de la région de Belgorod, elle aussi limitrophe de l'Ukraine, a également accusé les Ukrainiens d'avoir bombardé le village de Spodariouchino.

- Un "génocide" selon le parlement ukrainien -

Le parlement ukrainien qualifie de "génocide" les agissements de l'armée russe en Ukraine.

Le président américain Joe Biden avait mardi utilisé le terme de "génocide" pour qualifier l'invasion russe en Ukraine au grand dam du Kremlin.

En France, le président Emmanuel Macron n'a pas repris ce terme, mettant en doute l'utilité d'une "escalade des mots" pour mettre fin à la guerre. Une position qualifiée de "très blessante" par le président Zelensky.

- Trente Ukrainiens libérés dans un nouvel échange de prisonniers -

Trente Ukrainiens ont été libérés jeudi dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé Kiev, cinq jours après la libération de 12 soldats et de 14 civils ukrainiens.

L'Ukraine n'a pas précisé le nombre de Russes échangés contre ses ressortissants.

- Couloirs d'évacuation depuis Marioupol -

L'Ukraine a annoncé jeudi une reprise des évacuations de civils via neuf couloirs humanitaires, notamment depuis la ville assiégée de Marioupol dans le sud-est du pays, après une journée de suspension due selon Kiev à des violations russes du cessez-le-feu.

"Neufs couloirs humanitaires sont prévus aujourd'hui", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

De son côté, le maire de Marioupol Vadim Boïtchenko a démenti jeudi la prise de contrôle russe du port de Marioupol, la qualifiant de "fausse nouvelle".

- La guerre "affecte sévèrement" l’économie de la zone euro -

La guerre en Ukraine a des répercussions "sévères" sur l'économie de la zone euro, a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

"La persistance des coûts énergétiques élevés, conjuguée à la perte de confiance, pourrait aussi faire baisser la demande et freiner la consommation", plombant ainsi la croissance de la zone euro, a-t-elle estimé.

Le FMI a par ailleurs abaissé jeudi ses prévisions de croissance mondiale pour 2022 et 2023. Ce conflit a aggravé l'inflation qui représente "actuellement un réel danger" pour la reprise" de l'économie mondiale déjà ralentie par le variant Omicron.

- Les sanctions "majeures" ont été prises (Maison Blanche) -

Les Etats-Unis estiment avoir désormais pris "les sanctions majeures" contre la Russie et se concentrent sur leur exécution, notamment sur la lutte contre toute tentative d'"évasion", c'est-à-dire de contournement, a assuré un haut conseiller du président Biden.

- Plus de 4,7 millions de réfugiés ukrainiens -

Plus de 4,7 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays 50 jours après l'invasion russe, selon les chiffres du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

L'Europe n'a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième guerre mondiale.

burs-kd-rap/mw/mm

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info