Le premier syndicat d'Amazon aux Etats-Unis échoue dans un deuxième entrepôt

Publié le à New York (AFP)

Le syndicat Amazon Labor Union (ALU), fort d'une première victoire retentissante début avril, n'a pas réussi à renouveler immédiatement son exploit: les employés d'un centre de tri d'Amazon à New York ont voté massivement contre l'arrivée de l'organisation sur leur site.

Selon un décompte retransmis en ligne, 618 employés de l'entrepôt appelé LDJ5 ont voté "non" à la question de savoir s'ils voulaient être représentés par ALU, contre 380 ayant voté "oui". Le taux de participation s'est élevé à 61%.

L'organisation a reconnu sa défaite mais a prévenu qu'elle allait continuer sa campagne.

"C'est un marathon, pas un sprint. On sait tous qu'il va y avoir des victoires et des défaites", a réagi peu après le dépouillement Christian Smalls, le président d'ALU.

Devant le bureau new-yorkais de l'agence chargée de superviser le scrutin, le NLRB, la déception s'affichait sur les visages de la dizaine de membres du syndicat présents, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une jeune femme était en pleurs, plusieurs dénonçaient des manœuvres d'intimidation effectuées par Amazon à l'approche du vote.

"Je suis assez contrarié", a souligné Michael Aguilar, salarié à LDJ5. "Beaucoup de travailleurs disaient ouvertement qu'ils étaient contre le syndicat (...) mais il y avait aussi beaucoup d'indécis", a-t-il expliqué. Ils ont visiblement "été convaincus par la propagande d'Amazon" qui a "employé tous les coups bas pour qu'on ne gagne pas sur un autre site".

ALU avait créé la surprise début avril en devenant le premier syndicat de l'entreprise aux Etats-Unis, au sein de l'entrepôt JFK8 dans le quartier de Staten Island à New York.

Deuxième employeur aux Etats-Unis après le géant de la distribution Walmart, Amazon avait jusqu'alors réussi à repousser les velléités des salariés souhaitant se regrouper dans le pays depuis sa création en 1994.

- "Retourner au combat" -

Dans la foulée de son premier succès, ALU a suscité l'engouement, ses membres assurant avoir été contactés par des représentants d'entrepôts un peu partout dans le pays.

L'organisation espérait engranger une nouvelle victoire au centre de tri LDJ5, situé en face de JFK8.

Le président américain Joe Biden lui-même avait livré début avril un plaidoyer énergique en faveur des syndicats, déclarant lors de son intervention: "D'ailleurs, Amazon, on arrive..."

Mais la pression de la part de l'entreprise fondée par Jeff Bezos a été "plus forte que la première fois", l'entreprise commettant "des actes illégaux" pour contrer la campagne syndicale, a assuré Eric Milner, l'avocat représentant ALU, en évoquant notamment des mesures disciplinaires contre des syndicalistes.

Pour Christian Smalls, la différence a surtout tenu au fait que les syndicalistes menant la campagne à JFK8 y travaillaient depuis plusieurs années, tandis que ceux qui animaient la lutte à LDJ5 "n'y étaient que depuis quelques mois".

Pour la suite, l'équipe "va faire une coupure, réévaluer la situation, reprendre des forces (...) et retourner au combat", a-t-il assuré.

ALU, mais aussi l'ensemble du mouvement syndical, doit maintenant trouver "comment faire vivre l'élan" généré par la première victoire, a déclaré à l'AFP Patricia Campos-Medina, co-directrice de l'Institut du travail à l'université Cornell.

Divers gros syndicats ont déjà exprimé leur volonté d'apporter un soutien logistique et juridique à ALU, et toutes ces organisations doivent se coordonner pour mener campagne dans plusieurs entrepôts à la fois, a-t-elle souligné.

Car au final, c'est seulement s'ils parviennent à engranger plusieurs victoires qu'Amazon "acceptera de négocier", a-t-elle ajouté.

Le groupe de son côté a fait part lundi de sa satisfaction, et indiqué "être impatient de continuer à travailler directement (avec les salariés)".

L'entreprise a déposé un recours contre le résultat du vote à JFK8, estimant notamment que des membres de l'ALU avaient "intimidé" les salariés et accusant l'antenne new-yorkaise du NLRB d'être biaisée.

Un responsable d'une autre antenne du NLRB où le dossier a été délocalisé, à Phoenix, a accepté de tenir une audience sur les objections de groupe le 23 mai.

Motivés par l'attitude de leur entreprise pendant la pandémie, notamment sur les protections sanitaires, et plus récemment par l'inflation, plusieurs groupes de salariés dans différentes entreprises tentent actuellement de s'organiser.

Chez Starbucks notamment, dans la foulée d'une première victoire symbolique en décembre, des employés de plus de 250 cafés ont déposé un dossier pour l'organisation d'un vote et plus d'une quarantaine ont jusqu'à présent voté pour la création d'un syndicat au sein de leur établissement.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info