Le prince Philip, spécialiste en blagues parfois de mauvais goût

Publié le à Londres (AFP)

Le prince Philip, décédé vendredi à l'âge de 99 ans, reste irrémédiablement associé aux blagues politiquement incorrectes - parfois teintées de racisme ou de sexisme - qu'il a distillées au cours de ses engagements officiels:

- Inaugurant une plaque dans un stade de cricket à Londres en 2017: "Vous êtes sur le point de voir l'expert mondial des inaugurations de plaques".

- A Malala Yousafzaï qui a survécu à une attaque des talibans contre un bus d'écolières en 2013: Les enfants "vont à l'école parce que leurs parents n'en veulent pas à la maison".

- A l'approche de son 90e anniversaire en 2011: "Ca commence à tomber en morceaux".

- A une jeune femme qui lui offre des fleurs, en 1984 au Kenya, il lance: "Merci Madame... Vous êtes bien une femme, n'est-ce-pas ?".

- "Je me ferais arrêter si j'ouvrais la fermeture éclair de cette robe", s'amuse-t-il auprès d'un policier, en avisant une jeune femme blonde moulée dans une robe rouge zippée sur le devant, en 2012.

- Il brise le coeur de millions de ménagères en 1966 en assénant en public que "les femmes britanniques ne savent pas cuisiner".

- "On dirait que vous êtes prêt à aller au lit !", lance-t-il en 2003 au président nigérian Olusegun Obasanjo, vêtu d'une tenue traditionnelle.

- Après un concert de Tom Jones en 1969, il félicite, à sa manière, le chanteur: "Avec quoi vous gargarisez-vous? Des cailloux ?".

- Lors d'un dîner à Rome en 2000, le Premier ministre italien Giuliano Amato lui propose du vin italien. Et le prince de répondre: "Que l'on m'apporte une bière. Je me fiche laquelle, mais que l'on m'apporte une bière".

- "Ah, c'est vous qui conduisez cette voiture horrible ? On la voit souvent en allant au château de Windsor", lance-t-il au chanteur Elton John en 2001.

- "Ne restez pas trop longtemps, sinon vous allez avoir des yeux bridés", recommande-t-il à des étudiants britanniques en stage en Chine en 1986.

- A une troupe de danseurs noirs, il lâche en 2009: "Vous êtes tous de la même famille?".

- "Vous vous battez toujours à coups de lances?", demande-t-il à un Aborigène lors d'une visite en Australie en 2002.

- "Donc, vous avez réussi à ne pas être mangé ?", lance-t-il en 1998 à un étudiant revenant d'un trek en Papouasie Nouvelle-Guinée.

- En 1994, à un riche habitant des îles Caïmans, il dit: "Vous descendez presque tous de pirates, non?".

- A propos d'un compteur électrique vieux et défectueux lors d'une visite dans une usine écossaise, en 1999, il avance: "Il a sans doute été installé par un Indien".

- "Mais comment faites-vous pour convaincre les gens du coin d'arrêter de boire le temps de passer leur permis ?", demande-t-il à un moniteur d'auto-école en Écosse en 1995.

- "Vous n'êtes pas ici depuis longtemps, vous n'êtes pas bedonnant!", lâche-t-il à un Britannique à Budapest en 1993.

- "Les Philippines doivent être à moitié vides, vous faites toutes fonctionner ici le NHS", le service de santé public britannique, décoche-t-il en 2013 à des infirmières philippines travaillant dans un hôpital au Royaume-Uni.

- Pendant la récession de 1981, il dit des chômeurs: "Je ne comprends pas: d'abord ils disent qu'ils veulent plus de loisirs, et maintenant ils se plaignent d'être sans emploi".

- "Combien de personnes avez-vous fauché ce matin avec ce truc?", demande-t-il à une personne en fauteuil roulant, à Londres en 2012.

- L'orchestre d'une école de jeunes élèves handicapés l'accueille en musique au Pays de Galles en 1999. Il lance aux malentendants: "Sourds? Ca ne m'étonne pas que vous le soyez si vous écoutez ça souvent!".

- "Tu ne pourras jamais voler là-dedans, tu es trop gros", affirme-t-il en 2001 à un adolescent de 13 ans qui rêve de devenir astronaute.

- Lors d'une visite au Canada en 1969: "Je déclare cette chose ouverte quelle qu'elle soit".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info