Le procès de l'Irano-Britannique détenue en Iran est reporté

Publié le à Londres (AFP)

Initialement prévu ce dimanche, le nouveau procès de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-Britannique détenue par Téhéran depuis 2016, a été repoussé, a annoncé dimanche son mari à l'AFP.

"L'audience d'aujourd'hui a été reportée", a déclaré Richard Ratcliffe, ajoutant que l'avocat iranien de sa femme, emprisonnée en Iran pour des appels à la sédition qu'elle nie, s'était vu annoncer que "l'affaire ne serait pas traitée aujourd'hui".

Employée de la Fondation Thomson Reuters - la branche philanthropique de l'agence de presse canado-britannique du même nom -, Mme Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée avec sa fille en avril 2016 en Iran, où elle venait de rendre visite à sa famille.

Accusée d'avoir cherché à renverser le régime iranien, ce qu'elle nie, elle a été condamnée à cinq ans de prison.

Après avoir purgé plus de quatre ans de sa peine en prison ou en résidence surveillée depuis la pandémie de nouveau coronavirus, l'Irano-Britannique de 41 ans s'est vue notifier mardi un nouvel acte d'accusation à son encontre, selon la télévision d’État iranienne, qui ne précise pas les charges retenues.

Son mari avait alors dénoncé un "coup politique de l'Iran" pour "faire pression sur le gouvernement britannique" au sujet d'une vieille dette -400 millions de livres (432 millions d'euros) que Téhéran avait versé en 1979 au Royaume-Uni pour des chars qui n'ont jamais été livrés-, qualifiant sa femme d'"otage".

Amnesty International UK a accusé dimanche les autorités iraniennes de "jouer à un jeu politique cruel" avec Mme Zaghari-Ratcliffe, et a appelé le gouvernement britannique à faire de son retour à la maison pour Noël sa "priorité absolue".

Celui-ci a fait savoir, via un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qu'il se "félicitait du report de cette audience sans fondement". "Nous appelons l'Iran à rendre la libération de Nazanin permanente afin qu'elle puisse retourner dans sa famille au Royaume-Uni", a ajouté le porte-parole.

Les autorités iraniennes n'ont pas réagi pour le moment.

Selon la députée britannique Tulip Siddiq, responsable de la circonscription dont dépend le couple et qui affirme sur Twitter avoir échangé avec M. Ratcliffe, l'Irano-Britannique serait à la fois "soulagée, frustrée, stressée et en colère" face à ce revirement de dernière minute.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info