Législatives: la campagne entre dans le dur

Publié le à Paris (AFP)

A quatre jours du second tour des législatives, la campagne entre dans le dur après l'appel d'Emmanuel Macron aux électeurs à lui donner une majorité "solide" à l'Assemblée pour éviter le "désordre", qui suscite des critiques outrées ou moqueuses de ses opposants.

Mercredi, l'opposition a pilonné les déclarations du chef de l’État et son déplacement à l'étranger en Roumanie et Moldavie en plein entre deux tours, un "mépris" des Français selon l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon.

"Il faudra m'expliquer en quoi venir auprès de nos soldats est une forme de mépris. C'est un respect affiché", a rétorqué le chef de l'État lors d'un point presse sur le tarmac de la base militaire de Mihail Kogalniceanu, aux côtés du président roumain Klaus Iohannis.

Il a assuré jouer "pleinement son rôle" de chef des armées avec ce déplacement en Roumanie et en Moldavie, entièrement consacré à la guerre en Ukraine, où il pourrait se rendre dans la foulée.

"Oui c'est du mépris d'avoir prévu d'être trois jours hors de France entre les deux tours de l'élection qui va fixer la politique de notre pays", a aussitôt réitéré Jean-Luc Mélenchon.

Juste avant de décoller, Emmanuel Macron avait réclamé mardi, depuis le tarmac d'Orly, un "sursaut républicain" au second tour afin d'éviter "d'ajouter un désordre français au désordre mondial".

"Quelle outrance, quelle outrance ! Désormais on est macroniste ou on est antirépublicain", a fustigé mercredi le premier secrétaire du PS Olivier Faure, partie prenante de l'alliance de la gauche Nupes (LFI/PS/EELV/PCF) qui pourrait priver le camp macroniste de majorité absolue.

- "Preuve de fébrilité " -

Marine Le Pen, finaliste RN de la présidentielle, s'est dite choquée par l'intervention du président Macron, "une preuve de fébrilité" d'un chef de l’État "demand(ant) aux Français de lui donner les pleins pouvoirs", a-t-elle dénoncé mercredi sur le marché de Courrières, dans sa circonscription du Pas-de-Calais.

"Je pense que c'est complètement inapproprié au regard du fonctionnement de la République française", a-t-elle lâché, avant d'aller soutenir dans la Somme son ancien directeur de campagne adjoint, Jean-Philippe Tanguy.

En campagne dans le Calvados, avant un entretien au 20h de France 2, la Première ministre Élisabeth Borne a au contraire soutenu un président de la République "dans son rôle d'appeler (...) à donner les moyens d'agir dans un moment où il y a beaucoup d'instabilité dans le monde".

L'ambiance n'a cessé de se tendre depuis lundi entre les Insoumis, qui reprochent au ministère de l'Intérieur une "bidouille" des résultats du premier tour, et les macronistes, la Première ministre Élisabeth Borne accusant M. Mélenchon de "Premier menteur".

Une cohabitation avec la Nupes serait "impossible au plan politique", a fait valoir le président LREM de l'Assemblée sortante, Richard Ferrand.

En point presse avec ses alliés verts, communistes et PS, Jean-Luc Mélenchon s'est "alarmé" des propos "pas du tout rassurants" de M. Ferrand.

"Une cohabitation aura lieu si nous sommes majoritaires, et le président de la République devra s'y soumettre ou bien se démettre, comme on le disait dans la IIIème République", a réagi l'insoumis en invitant ses adversaires à "baisser d'un ton".

- "Obliger" Macron "à écouter" -

A droite, alors que Les Républicains espèrent regagner un rôle central avec l'objectif de faire élire une soixantaine de députés, Xavier Bertrand insiste: M. Macron, "on va l'obliger à écouter. On est beaucoup plus qu'une force d'appoint"

M. Bertrand est allé soutenir des candidats dans l'Oise pendant que Laurent Wauquiez en faisait autant dans le Beaujolais.

Le président Macron n'est pas assuré d'avoir une majorité absolue de 289 sièges: selon un sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Sud Radio, les macronistes obtiendraient entre 265 et 300 sièges contre 180 à 210 pour la Nupes.

L'un des enjeux de dimanche sera la mobilisation, après un premier tour où un électeur sur deux ne s'est pas déplacé.

Tous les candidats du camp présidentiel en lice au second tour ont prévu une réunion publique dans la soirée. L'ex-Premier ministre Édouard Philippe continue de multiplier les déplacements, notamment à Tonnerre (Yonne) avec le chef du MoDem François Bayrou.

Il est d'abord venu soutenir le ministre Clément Beaune, en danger à Paris face à l'Insoumise Caroline Mécary. "Je pense qu'une victoire de candidats qui ont tenu des propos extrêmement radicaux, qui traduisent une agressivité permanente, des tendances complotistes avec beaucoup de fake news, c'est dangereux", a taclé M. Beaune.

M. Philippe a de son côté souhaité pour la France "d’avoir de la stabilité, de la solidité, de la sérénité", "ce qui passe par une majorité" pour M. Macron.

Alors que les esprits se sont échauffés sur la question des éventuels désistements en cas de présence du RN au second tour, dans le Lot-et-Garonne, Maryse Combres, candidate Nupes-EELV de la 1ère circonscription, arrivée troisième d'une triangulaire, a annoncé sur Facebook retirer sa candidature.

Dans la 2e circonscription au contraire, Alexandre Freschi, député sortant LREM arrivé troisième au premier tour, se maintient face à des candidats Nupes-PS et RN, malgré les consignes de son parti.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info