Leonarda: Hollande reprend la main, immédiatement contesté dans son propre camp

Publié le à Paris (AFP)

François Hollande a rompu samedi un long silence sur l'affaire Leonarda et a offert à la collégienne de rentrer en France sans sa famille expulsée au Kosovo, un jugement de Salomon censé mettre fin à une intense polémique mais qui n'a pas fait taire les critiques, même à gauche.

"Si elle en fait la demande, compte tenu des circonstances (...) un accueil lui sera réservé, et à elle seule", a tranché le chef de l'Etat, seul face à une caméra sous les ors de la Salle des fêtes de l'Elysée.

Une proposition immédiatement repoussée par l'adolescente de 15 ans depuis le Kosovo. "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille", a répliqué Leonarda Dibrani, soulignant qu'elle n'était "pas la seule à devoir aller à l'école" parmi ses cinq frères et soeurs expulsés avec ses parents une dizaine de jours plus tôt.

Seconde annonce présidentielle: les arrestations d'enfants dans le cadre scolaire seront désormais "prohibées" quelles qu'en soient les circonstances, à l'intérieur ou hors des établissements. Une "instruction" en ce sens sera adressée - "dès lundi", selon Matignon - à l'ensemble des préfets, a dit le chef de l'Etat.

Mais cette démonstration d'ascendant présidentiel a fait long feu, mise à mal par le premier secrétaire du PS Harlem Désir en personne. "Tous les enfants de la famille de Leonarda (doivent pouvoir) finir leurs études en France accompagnés de leur mère", a-t-il déclaré à l'AFP. Non sans saluer la "décision d'humanité" du président envers Leonarda.

Le Parti de gauche, coprésidé par Jean-Luc Mélenchon et qui avait "exigé" la démission du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, y a vu lui une "cruauté abjecte".

"La jeune collégienne est sommée par le président de la République de choisir entre vivre en famille ou revenir seule en France poursuivre ses études", a-t-il dénoncé.

Le chef de l'Etat a commis une "grave faute politique et morale" en demandant "à une enfant de 15 ans de choisir entre la France et sa famille", a abondé le Parti communiste. "C'est inhumain, indécent et illégal", a renchéri l'association la Voix des Rroms en référence à la convention internationale des droits de l'enfant.

Au centre, Jean-Louis Borloo (UDI) a jugé la position de M. Hollande "incompréhensible tant en terme du respect de la loi que du respect de l'unité d'une famille".

En revanche, pour le patron du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, François Hollande a tiré des "conclusions justes" dans l'affaire Leonarda, susceptible d'y "mettre fin dignement".

"L'école doit être préservée"

L'épisode rappelle l'annonce du plan de "moralisation de la vie publique" après l'affaire Cahuzac, quand ces mesures solennellement et fermement annoncées par François Hollande depuis l'Elysée s'étaient heurtées aux critiques du président (PS) de l'Assemblée Claude Bartolone.

Samedi matin, l'Elysée avait pourtant soigneusement orchestré la communication de l'exécutif. Rentré précipitamment des Antilles pour prendre connaissance du rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA) sur les circonstances de l'expulsion de la collégienne, Manuel Valls a fait son entrée au Palais présidentiel par une porte dérobée.

Il y a rejoint, autour du chef de l'Etat, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon qui ont quitté comme lui, en catimini, le palais présidentiel.

La seule image de la matinée restera celle de l'intervention solennelle du chef de l'Etat. Il "assume ses choix", fait-on valoir à l'Elysée. Et ceux-ci ménagent également la compagne du président, Valérie Trierweiler pour qui la jeune collégienne n'était "pas responsable de ce que son père à pu faire".

Pour François Hollande qui a repris à son compte les conclusions du rapport d'enquête, l'administration n'a pas commis de "faute" dans cette affaire, mais fait preuve d'un "manque de discernement dans l'exécution de l'opération", l'adolescente ayant été interpellée par la police en pleine sortie scolaire avec sa classe.

Des milliers de lycéens avaient manifesté jeudi et vendredi pour réclamer le retour de la collégienne ainsi que celui de Khatchik Kachatryan, un élève arménien de 19 ans scolarisé à Paris et expulsé il y a une semaine. Quelques 500 lycéens parisiens sont encore descendus dans la rue samedi.

Selon un sondage BVA publié samedi par Le Parisien toutefois, deux tiers des Français (65%) sont opposés à une éventuelle annulation de l'expulsion de Leonarda. Quant à la position de Manuel Valls, elle est approuvée trois sondés sur quatre (74%).

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info