Les milices prorégime en Syrie

Publié le à Damas (AFP)

Les milices pro-régime, formées depuis le début de la guerre en 2011 en Syrie, comptent environ 150 à 200.000 membres, selon des sources militaires et de sécurité.

Les Forces de défense nationale (FDN), créées en 2012 comptent 90.000 combattants de toutes confessions répartis à travers la Syrie, sous le commandement du général de brigade Hawach Mohammad.

- 'Milices politiques' -

- "Kataëb al-Baas" (Les Phalanges du Baas, le nom du parti au pouvoir): fortes de 10.000 hommes, elles sont dirigées par Hilal Hilal et sont présentes à Alep (nord) et Damas.

- "Souqour al-Sahraa" (faucons du désert): leurs 7.000 hommes sont entraînés par des officiers iraniens et combattent dans la région désertique de l'est de la province de Homs contre le groupe Etat islamique (EI). Ils sont spécialisés dans les embuscades.

- "Noussour al-Zaoubaa" (Aigles de la tempête): cette milice compte 6.000 sympathisants du Parti syrien national social, une formation prorégime.

- "Jaich al-Wafaa" (Armée de la loyauté): depuis 2014, cette milice a enrôlé des dizaines d'ex-rebelles de la Ghouta orientale à l'est de Damas.

- Milices confessionnelles -

- Dareh al-Sahel ("Bouclier de la côte"): composée de centaines de miliciens la plupart alaouites (communauté dont est issu le président Bachar al-Assad), elle se bat à Lattaquié.

- Dareh al-Arine ("Bouclier de la tanière du lion"; Assad signifiant "lion" en arabe): elle est formée de combattants originaires de Qardaha, berceau de la famille Assad.

- "Groupe de la résistance syrienne": elle combat dans la province de Lattaquié, sous la direction d'Ali Kayali, un caïd local.

- Al-Hosn (le Fort): cette compagnie de sécurité fondée par Rami Makhlouf, homme d'affaires et cousin du président Assad, a participé aux combats à Damas et Lattaquié. 6.000 hommes.

- "Dareh al-Watan" (bouclier de la patrie): milice druze créée en avril 2015 (2.000 hommes).

- "Sotoro": à Hassaké (nord-est), ce groupe chrétien est fort de 500 combattants.

- Milices tribales -

- Les Maghaouir: une force formée de centaines de membres des tribus dans la Badia (désert syrien), elle est financée par l'Iran.

- Les Chaitat (connu sous le nom d'Oussoud al-Charqiya, les lions de l'Est): dans la région de Deir Ezzor (est), ils comptent environ 700 à 900 combattants. Une partie de la tribu avait été massacrée par l'EI.

- Milices étrangères -

- Les Gardiens de la révolution iraniens: au moins 7.000 combattants sont déployés sur les fronts de la province d'Alep. Ils sont en Syrie par roulement pour une courte période.

- Le Hezbollah libanais: avec 5.000 à 8.000 hommes, selon Philippe Smith, expert des groupes chiites armés, ils sont sur les fronts chauds et ont joué un grand rôle dans les combats du Qalamoun, de Zabadani et Qousseir à la frontière avec le Liban.

- Abou al-Fadl al-Abbas: un groupe de 3.000 volontaires irakiens qui défend le lieu saint chiite de Sayeda Zeinab, au sud de Damas.

- Les "Fatimides" afghans: au nombre de 3.000, ils ont participé aux combats à Deraa (sud).

- Dans le camp palestinien de Yarmouk, des organisations palestiniennes prorégime combattent rebelles et jihadistes.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info