Les relations avec la Turquie d'emblée tendues sous Biden

Publié le à Washington (AFP)

En dent de scie pendant l'ère Trump, les relations entre les Etats-Unis et la Turquie apparaissent déjà tendues sous la présidence de Joe Biden. Et le bras de fer entre les deux pays pourtant alliés pourrait encore se durcir.

Si l'ordre dans lequel le nouveau président américain appelle ses homologues est un miroir de l'état des liens bilatéraux, Recep Tayyip Erdogan a du souci à se faire: plus de trois semaines après son entrée à la Maison Blanche, toujours pas de coup de fil.

Et le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken n'a pas non plus contacté son homologue Mevlut Cavusoglu.

Le dialogue entre Washington et Ankara n'était certes pas au beau fixe ces quatre dernières années, jalonnées de crises aussi vives qu'inédites.

Mais Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan "avaient une relation personnelle chaleureuse", rappelle le chercheur Steven Cook, du cercle de réflexion Council on Foreign Relations. Une "amitié" que les démocrates n'ont cessé de reprocher au milliardaire républicain -- et qui faisait grincer des dents jusque dans les rangs conservateurs.

L'ex-président a donc "protégé la Turquie de nombreuses mesures punitives potentielles", souligne le chercheur Galip Dalay dans un article du think tank Brookings Institution.

Ainsi, lorsqu'il s'est résolu, en fin de mandat, à sanctionner la Turquie pour l'acquisition de missiles russes S-400, comme l'y oblige la loi américaine, mais après avoir longtemps résisté, il l'a fait a minima.

- "Soi-disant partenaire" -

Antony Blinken a lui séduit plusieurs sénateurs républicains lors de son audition parlementaire de nomination comme secrétaire d'Etat en parlant de la Turquie comme d'un "soi-disant partenaire stratégique" qui "par de nombreux aspects ne se comporte pas comme un allié".

A droite comme à gauche, les membres du Congrès réclament en effet une ligne plus dure.

Cinquante-quatre sénateurs américains, toutes tendances confondues, ont écrit cette semaine au président Biden pour l'exhorter à hausser le ton face à son homologue en matière de droits humains.

Depuis trois semaines, le département d'Etat a déjà multiplié les avertissements très fermes à l'égard du pouvoir turc, critiqué pour ses attaques verbales contre les minorités sexuelles ou le maintien en détention du mécène Osman Kavala pour des motifs "spécieux".

La diplomatie américaine a aussi pris soin de démentir par communiqué toute "implication" dans le putsch raté de 2016 en Turquie, qui a déclenché une vague de répression sans précédent contre la société civile.

Pour Steven Cook, "c'est un changement bienvenu". "La Turquie mène une répression et le silence américain à cet égard était remarquable", estime-t-il.

S'il pense qu'une amélioration des relations n'est pas à exclure, "il ne faut pas avoir trop d'attentes". "La Turquie et les Etats-Unis ont des intérêts différents et ne partagent pas les mêmes valeurs", constate-t-il. "Les deux pays peuvent travailler ensemble sur certains dossiers, mais il n'y a plus rien qui les lie vraiment."

Les sujets de friction demeurent en effet très nombreux.

- "Approche réaliste" -

Au-delà de la nature même du pouvoir du président Erdogan -- qualifié par le passé d'"autocrate" par Joe Biden --, le sort des combattants kurdes en Syrie, alliés de Washington dans la lutte antijihadistes mais qualifiés de "terroristes" par Ankara, reste en suspens.

La crise turco-grecque en Méditerranée orientale a encore envenimé les relations entre la Turquie et le reste de l'Otan.

Les poursuites pénales américaines contre Halkbank, une des plus grandes banques de Turquie, pour violation des sanctions contre l'Iran, restent aussi un obstacle à une embellie -- d'autant plus que Joe Biden, lorsqu'il était vice-président de Barack Obama, avait opposé une fin de non recevoir à Recep Tayyip Erdogan qui souhaitait un classement du dossier, là où Donald Trump, selon plusieurs témoignages, s'était montré plus avenant.

Mais le dossier stratégique le plus pressant reste celui du système de défense russe S-400.

Ankara, qui dit vouloir améliorer les relations, a suggéré être disposée, dans le cadre d'une négociation, à ne pas rendre opérationnels ces missiles controversés.

"Les S-400 menacent la sécurité de la technologie de l'Otan", a balayé la diplomatie américaine.

Pour Gönül Tol, du Middle East Institute à Washington, "c'est un sujet difficile à résoudre" car "le président Erdogan peut difficilement faire marche arrière" sans perdre la face.

"Mais s'il le fait, je pense que le gouvernement américain se montrera beaucoup moins rancunier, et aura une approche réaliste", estime-t-elle. Certains, auprès de Joe Biden, pourraient selon elle le pousser à adopter une position "plus souple" s'ils arrivent à "coopérer avec la Turquie sur les sujets qui comptent pour la sécurité nationale".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info