Les Salvadoriens élisent leur sixième président depuis la guerre civile

Publié le à San Salvador (AFP)

Les Salvadoriens élisent dimanche leur sixième président depuis la fin, en 1992, de la guerre civile qui a ensanglanté leur pays pendant 12 ans, avec une obligation de sobriété, la loi interdisant la consommation d'alcool.

Les bureaux de vote sont ouverts depuis 07H00 locales (13H00 GMT) et jusqu'à 17H00 (23H00 GMT) pour un scrutin qui voit s'affronter trois candidats, dont deux jeunes loups de la politique, pour un mandat présidentiel de cinq ans, non renouvelable.

Un peu plus de 5,2 millions d'électeurs sont appelés aux urnes et les résultats devraient être connus dans la soirée de dimanche, a indiqué le président du Tribunal suprême électoral Julio Olivo.

Selon les derniers sondages autorisés, deux semaines avant le scrutin, l'ancien maire de San Salvador Nayib Bukele (37 ans) fait la course en tête sous la bannière du parti conservateur Grande alliance pour l'unité (Gana). Il est talonné par le richissime homme d'affaires Carlos Calleja (42 ans), poulain du parti de droite Alliance républicaine nationaliste (Arena), majoritaire au Parlement.

Le président sortant Salvador Sanchez Ceren risque de voir son dauphin perdre. Candidat du parti de gauche Front Farabundo Martí pour la libération nationale (FMLN), l'ancien ministre des Affaires étrangères Hugo Martinez est relégué à une humiliante troisième place, après une décennie au pouvoir de l'ancienne guérilla.

Selon les sondages, au moins la moitié des électeurs devraient mettre leur confiance en Nayib Bukele pour briser enfin la double malédiction de la violence des bandes criminelles et de la misère.

Les Salvadoriens sont astreints depuis vendredi soir à la "loi sèche", qui interdit vente et consommation d'alcool jusqu'au lendemain de l'élection.

- Enfant terrible -

Un second tour opposant les deux candidats arrivés en tête sera organisé le 10 mars si aucun n'obtient dimanche la majorité absolue des suffrages.

Si l'enfant terrible de la politique salvadorienne Nayib Bukele l'emporte, il devra pour gouverner nouer une alliance avec la majorité parlementaire de l'Arena, au moins jusqu'aux élections législatives de 2021.

Le premier défi à relever pour le prochain président sera celui de la violence des bandes criminelles, responsables de la quasi-totalité des 3.340 meurtres qui ont ensanglanté le pays l'année dernière. Avec un taux de 51 homicides pour 100.000 habitants, le Salvador est l'un des pays les plus violents au monde en dehors des zones de guerre.

Quelque 54.000 membres des deux "maras" (gangs) toujours en activité (17.000 sont derrière les barreaux) font régner la terreur dans le pays en se livrant au racket, au trafic de drogue et aux assassinats.

Les différents gouvernements de gauche et de droite ont joué tour à tour de la répression et de la négociation avec les bandes criminelles, sans pouvoir en finir avec elles.

- Croissance insuffisante -

Cette violence endémique et la misère poussent chaque année des milliers de Salvadoriens à fuir leur pays. Ils ont été ainsi plus de 3.000 à prendre la route en "caravane" vers le rêve américain en octobre et novembre 2018, au grand dam du président Donald Trump.

L'économie désormais dollarisée marque le pas et 30,3% des 6,6 millions de Salvadoriens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Si le Salvador a enregistré l'année dernière sa plus forte croissance des cinq dernières années, à 2,6%, c'est insuffisant face à une démographie dynamique.

Pour Zulma Barrientos, une employée de supermarché de San Salvador âgée de 27 ans, "peu importe la couleur politique" du prochain président, elle veut "un pays meilleur pour tous".

Une aspiration sur laquelle surfe visiblement le favori des sondages, Nayib Bukele. Elu maire de San Salvador (2015-2018) sous la bannière du FMLN avant d'en être exclu, il promet un changement visible après l'alternance au pouvoir de l'Arena et de l'ancienne guérilla.

Lui qui affectionne les tenues décontractée, jeans et casquette de baseball vissée sur la tête, souvent à l'envers, cultive sa proximité avec la frange la plus jeune de l'électorat. Il promet à ses électeurs d'"écrire l'Histoire" du Salvador en ringardisant ses adversaires.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Au travail, vous êtes flatté, porté vers de nouvelles responsabilités qui vous font sortir de la routine.

Taureau

Votre bonne expérience de la vie vous permet d’éviter de tomber dans un piège.

Gémeaux

Vous apprenez une bonne nouvelle ou on vous fait une proposition que vous allez paradoxalement avoir beaucoup de mal à gérer.

Cancer

C’est une journée riche en émotions. Si vous êtes seul, une rencontre peut changer votre vie.

Lion

Essayez d’anticiper vos frais et vos charges afin de ne pas être pris au dépourvu.

Vierge

C’est une journée propice aux sentiments, aux émotions, aux sensations fortes. Pour une fois, laissez-vous aller.

Balance

Vous posez les bases d’un nouveau projet qui va rapidement devenir votre principal objectif au cours des jours à venir.

Scorpion

Vous êtes attentif à tout ce qui se passe autour de vous. Vous tirez habilement profit d’une situation.

Sagittaire

Vous cherchez à clarifier votre vie amoureuse. Vous vous sentez complètement perdu pendant quelques jours.

Capricorne

Vous prenez une décision qui va inévitablement surprendre votre entourage. Cela vous amuse.

Verseau

Vous cherchez à vous expliquer avec votre partenaire. Vous ne voulez pas rester sur un regrettable malentendu.

Poissons

Votre vie émotionnelle est en pleine révolution. Vous prenez des décisions importantes pour l’avenir.

Notre sélection d'annonces