Les Sud-Coréens choisissent leur nouveau président

Publié le à Séoul (AFP)

Les bureaux de vote ont ouvert mercredi matin en Corée du Sud pour l'élection d'un nouveau président, avec comme principale préoccupation des électeurs l'accroissement des inégalités, loin devant la Corée du Nord et ses provocations pourtant de plus en plus fréquentes.

Le taux de participation s'élevait à 65% à 14H00 (05H00 GMT), confirmant l'intérêt des électeurs, malgré une campagne marquée par les coups bas entre les deux favoris, le candidat de gauche Lee Jae-myung, du Parti démocratique actuellement au pouvoir, et le conservateur Yoon Suk-yeol, du Parti du pouvoir au peuple (PPP).

MM. Lee et Yoon sont au coude-à-coude dans les sondages, la différence entre les deux hommes n'excédant pas la marge d'erreur, et, bien qu'impopulaires, ils cumulent à eux deux 90% des intentions de vote, ne laissant que des miettes au dix autres candidats.

Les bureaux de vote, où masques et désinfection des mains sont de rigueur, fermeront à 18 heures (09H00 GMT), et les urnes seront ensuite accessibles jusqu'à 19H30 (10H30 GMT) pour les malades du Covid.

Le pays de 52 millions d'habitants traverse actuellement une vague du variant Omicron, avec 342.446 nouveaux cas enregistrés mercredi.

Plus d'un million de Sud-Coréens testés positifs sont actuellement à l'isolement chez eux, selon les autorités sanitaires. La loi électorale a été modifiée le mois dernier pour leur permettre de voter séparément en fin de journée.

Les Sud-Coréens ont déjà eu la possibilité de voter par anticipation les 4 et 5 mars. Quelque 37% des 44 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes à cette occasion, un record.

Les deux partis concurrents sont très éloignés idéologiquement et la question est de savoir, selon les observateurs, si les électeurs voudront tourner le dos au Parti démocratique pacifiste en faveur du PPP plus guerrier.

"Ce dont le pays a besoin maintenant, c'est de changement", explique Hong Sung-cheon, 71 ans, à l'AFP dans un bureau de vote de Séoul.

"Nous ne pouvons pas continuer comme ça".

- Revenu universel -

Selon les sondages, la montée en flèche des prix de l'immobilier à Séoul, les écarts de richesse croissants et le fort taux de chômage chez les jeunes sont les principales préoccupations des électeurs.

Le nouveau président sera aussi confronté à une Corée du Nord de plus en plus agressive, qui poursuit une série record de tests d'armement cette année, dont un samedi dernier.

Séoul a annoncé mercredi avoir procédé la veille à des tirs de semonce contre un patrouilleur nord-coréen qui tentait d'intervenir après la saisie par Séoul d'un navire également nord-coréen et de ses sept membres d'équipage.

M. Lee, 57 ans, ancien ouvrier et gouverneur de la province la plus peuplée du pays, a proposé des mesures originales, notamment un revenu universel minimum et des uniformes scolaires gratuits.

Mais il est dans le collimateur pour une opération foncière suspecte, notamment après le suicide de deux témoins-clés de cette affaire.

Il a commencé sa campagne en s'excusant pour avoir injurié des membres de sa famille au téléphone. Sa femme a été accusée de détournement de fonds publics, et il a fait l'objet de rumeurs sur des liens supposés avec la mafia.

Son rival Yoon Suk-yeol, 61 ans, propose un assouplissement du droit du travail, visant notamment le salaire minimum et le temps de travail maximum.

Mais sa proposition qui a le plus retenu l'attention vise à supprimer le ministère de l'Egalité hommes-femmes, au motif que, malgré les données prouvant le contraire, les Sud-Coréennes ne souffrent pas de "discrimination systémique entre les sexes", selon lui.

"Le large soutien dont jouit M. Yoon auprès des hommes jeunes est absolument effrayant du point de vue d'une femme", se désole l'universitaire et électrice Keung Yoon Bae auprès de l'AFP.

La loi interdit au président sortant Moon Jae-in de briguer un second mandat de cinq ans.

A ce jour, tous les anciens chefs d'Etat encore vivants ont fait de la prison pour corruption après leur départ.

M. Yoon, un ancien procureur général nommé par Moon Jae-in, a déjà averti qu'il ordonnerait une enquête sur son ancien patron s'il était élu, citant des "irrégularités" présumées dont il n'a pas précisé la nature.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info