Licences de pêche post-Brexit: la France dénonce des décisions "inacceptables"

Publié le à Paris (AFP)

Le gouvernement français a dénoncé mercredi des "décisions totalement inacceptables et inadmissibles" après le refus des autorités britanniques et de Jersey de délivrer à des bateaux français toutes les licences de pêche demandées.

Ce "sont des décisions qui contreviennent à l'accord qui a été signé dans le cadre du Brexit", a déploré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en assurant comprendre "l'inquiétude" et "la colère" des pêcheurs français.

"L'État français restera évidemment aux côtés de ses pêcheurs dans cette discussion", a-t-il insisté.

"Nous allons poursuivre le travail avec la Commission (européenne) et même l'amplifier pour avancer sur ce sujet, et explorer aussi de possibles mesures de rétorsion qui pourraient être prises si l'accord venait à ne pas être respecté", a-t-il ajouté, en précisant que "c'est évidemment la compétence de la Commission".

L'accord post-Brexit conclu in extremis à la fin de l'année dernière entre Londres et Bruxelles prévoit que les pêcheurs européens puissent continuer à travailler dans certaines eaux britanniques à condition d'obtenir une licence, accordée s'ils peuvent prouver qu'ils y pêchaient auparavant.

Loin des demandes de Paris, l'île anglo-normande de Jersey a annoncé mercredi qu'elle allait accorder 64 licences définitives à des bateaux français pour pêcher dans ses eaux, provoquant la colère des pêcheurs de l'Hexagone au sujet de l'un des principaux sujets de tensions post-Brexit.

Londres a accordé de son côté seulement 12 autorisations supplémentaires.

Au total, en incluant les autorisations délivrées précédemment par Londres, 100 licences sur 175 ont été accordées, selon le ministère français de la Mer.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info