Ligue des nations: le spleen affiché de Mbappé, du PSG jusqu'aux Bleus

Publié le à Turin (Italie) (AFP)

Après un été désenchanté, Kylian Mbappé a affiché publiquement son spleen au Paris SG et en équipe de France, où le champion du monde de 22 ans est en panne d'efficacité avant sa 50e sélection attendue jeudi contre la Belgique en Ligue des nations (20h45).

L'attaquant français s'épanche peu souvent dans la presse mais quand il le fait, ce n'est jamais à moitié, livrant ses quatre vérités avec franchise et sans détour, quitte à confirmer voire amplifier les tiraillements qui escortent son début de saison.

L'épisode de son transfert manqué au Real Madrid, "usant" mentalement, l'a atteint. "Quand ton ambition est de partir, si tu restes, tu n'es pas content", a-t-il glissé à L'Equipe. L'attitude de son patron au PSG, Nasser Al-Khelaïfi, l'a également choqué. "Ça fait peur quand tu as ton président qui dit +il ne va jamais partir libre+. J'étais devant ma télé, j'ai avalé de travers. Je me suis dit +il va se passer quoi?+", a-t-il lâché sur RMC Sport.

Sifflé par une partie du public parisien après cet épisode, malgré une attitude irréprochable sur le terrain, Mbappé traverse une période mouvementée à un an de la fin de son contrat. Elle survient surtout après une séquence amère en sélection, illustrée par un Euro sans marquer, un tir au but manqué contre la Suisse en 8e de finale, puis un stage de rentrée écourté sur blessure.

- "Un problème" chez les Bleus? -

Le prodige de Bondy (17 buts en 49 sélections), impliqué dans la plupart des buts français cet été, fait encore trembler les adversaires, mais moins leurs filets: depuis mars, il n'a marqué qu'une seule fois en dix matches, une série très éloignée de ses standards personnels en club.

Mais au-delà des statistiques, Mbappé lui-même a laissé entendre qu'il pouvait y avoir un malaise autour de sa personne chez les Bleus, comme s'il était devenu "un problème" et que la sélection pouvait être "plus heureuse" en son absence. "Le message que j'ai reçu, c'est que mon ego nous faisait perdre, que je voulais prendre trop de place, et que sans moi, donc, on aurait peut-être gagné", a-t-il confié à L'Equipe.

La querelle avec Olivier Giroud avant l'Euro a pu brouiller l'image du Parisien, en externe mais aussi à l'intérieur du vestiaire, où l'avant-centre compte plusieurs amis. La complicité ostensiblement affichée avec Karim Benzema peut aussi avoir fait tiquer d'autres partenaires, au moment où il se tirait la bourre avec Antoine Griezmann pour frapper les coups de pied arrêtés.

- Hernandez en pompier -

Après son tir au but manqué contre la Suisse, synonyme d'élimination précoce, l'ancien Monégasque n'a en tous les cas pas reçu beaucoup de soutien sur le terrain, une scène qui n'a pas échappé aux suiveurs des Bleus, ni même à l'intéressé.

"Bien sûr que cela aurait été agréable, mais je n'irai jamais réclamer du soutien pour quelque chose que j'ai raté", a-t-il tenté de dédramatiser, rappelant que des partenaires étaient venus lui parler "plus tard".

Interrogé mercredi à ce sujet, Deschamps a martelé que Mbappé était "heureux d'être là". "Je ne sais pas ce qu’il a dit, je ne lis pas, ça ne m’intéresse pas. J’ai pu lui parler et discuter avec lui. C’est tout ce qui compte pour moi (...) Ce qui est passé est passé, on ne peut pas revenir en arrière", a relevé le sélectionneur.

Mardi en conférence de presse, c'est Lucas Hernandez qui était venu au secours de Mbappé, qu'il a vu "intégré à 100% avec l'équipe" durant l'Euro. "Kylian est un joueur énorme, tout le monde l'aime en équipe de France, il est très respecté".

Le soutien du vice-capitaine Raphaël Varane, venu ensuite dans l'amphithéâtre de Clairefontaine, a néanmoins été moins appuyé. "On assume ensemble, on ne laisse personne de côté, c'est notre philosophie, on ne va pas la changer", a dit le défenseur de Manchester United, sans prononcer le nom de l'attaquant.

Contre la Belgique, N.1 au classement Fifa, Mbappé aura l'occasion de ramener un peu de sérénité dans un environnement agité. Et de fêter au mieux sa cinquantième sélection, à seulement 22 ans.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info