Macron défend son bilan et se projette dans l'avenir

Publié le à Paris (AFP)

Des réformes économiques au Covid-19 en passant par les "gilets jaunes", Emmanuel Macron a longuement défendu mercredi sur TF1 et LCI le bilan de son quinquennat, en laissant transpirer son envie de rester à l'Elysée cinq ans de plus, sans toutefois officialiser sa candidature.

Tout en dressant un tableau positif de son action, le chef de l'Etat a reconnu avoir fait quelques erreurs et, surtout, "avoir appris" des différentes crises qu'il a affrontées depuis 2017.

A quatre mois du premier tour de la présidentielle, le 10 avril, Emmanuel Macron n'a pas répondu, comme prévu, aux appels pressants des oppositions pour qu'il entre enfin dans la course et cesse de mener campagne "sans le dire".

"Certains sont en campagne, mais votre serviteur: non", assure-t-il, adressant tout de même des piques à des candidats déjà déclarés comme Valérie Pécresse (LR) et Eric Zemmour, sans jamais les nommer.

Relancé à plusieurs reprises sur son éventuelle candidature, il assure ne pas être "aujourd'hui dans la situation de répondre à cette question, à la fois compte tenu du pays (et) compte tenu de moi-même".

Mais "je n'ai jamais pensé qu'on pouvait, en cinq ans, tout faire", nuance-t-il, en souhaitant "continuer à (se) projeter".

"Les Françaises et les Français m'ont choisi (en 2017) et je n'étais pas connu. Nous avons appris à nous connaître, je n'étais pas familier de nos compatriotes", reconnaît le jeune président, qui fêtera ses 44 ans mardi prochain.

"Il y a quelqu'un qui tranche, j'assume", répond-il quand il est interrogé par les journalistes Audrey Crespo-Mara de TF1 et Darius Rochebin de LCI sur sa manière de présider, souvent qualifiée de "jupitérienne".

- "Pas la loi de la jungle" -

Il demande "le droit de ne pas être la caricature dans laquelle on veut (l') enfermer", comme celles de président déconnecté de la vraie vie des Français ou de président des riches. "Je n’ai jamais été ça! (...) Mes valeurs ne sont pas celles d'un président des riches", insiste-t-il.

Interrogé sur ses "petites phrases" polémiques du début du quinquennat, il reconnaît qu'il ne les redirait plus, même si elles montraient qu'il était "arrivé au pouvoir avec une forme de vitalité" et "une volonté de bousculer". "J'ai acquis, je crois pouvoir le dire, beaucoup plus de respect pour chacun", affirme-t-il.

Elu en 2017 avec la promesse de dépasser le clivage droite-gauche, Emmanuel Macron explique que son projet était bâti sur "le triptyque libérer/protéger/ unifier". "Je ne crois pas dans la sauvagerie, je ne suis pas pour la loi de la jungle! Je suis pour la responsabilité, le mérite, mais également l'entraide et la solidarité lorsque les coups durs sont là", détaille-t-il.

Emmanuel Macron justifie ainsi le "quoi qu'il en coûte" mis en place en 2020 après l'explosion de la pandémie. Cette politique a été possible "parce que nous avions une crédibilité, une solidité, liées aux réformes du marché du travail, à l'attractivité rebâtie".

Stoppée par la crise sanitaire, la réforme des retraite devra être relancée, a-t-il jugé, mais en allant "vers un système simplifié" avec "grosso modo trois grands régimes", pour la fonction publique, pour les salariés du privé et pour les indépendants. Il a reconnu que les faire passer de 42 à un seul, comme il en avait l'intention initialement, était "trop anxiogène".

- Les opposants remontés -

Cette émission intitulée "Où va la France?", enregistrée dimanche dans la salle des fêtes de l'Elysée, a mis en fureur adversaires et partisans du président à moins de quatre mois de la présidentielle. L'opposition a dénoncé une atteinte à l'"équité" du temps de parole tandis que la majorité défendait le droit du président à s'expliquer face aux Français.

Plusieurs prétendants à l'Elysée ont fait appel à l'arbitre, en saisissant le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Réagissant à chaud, le socialiste Boris Vallaud a déclaré voir dans cette émission un "confessionnal à ciel ouvert et pas une idée neuve".

"On était face à un candidat", a commenté Eric Ciotti (LR).

A l'extrême droite, Eric Zemmour a raillé le "bilan catastrophique" de M. Macron, "l'homme du grand remplacement et l'homme du grand déclassement", alors que le président du RN Jordan Bardella a estimé avoir "entendu un numéro d'autosatisfaction" d'un président "en campagne" qui "à un moment va devoir répondre de son bilan".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info