Macron "demande pardon" aux harkis et annonce une loi de réparation

Publié le à Paris (AFP)

Soixante ans après la fin de la guerre d'Algérie, Emmanuel Macron a "demandé pardon" lundi aux harkis au nom de la France et annoncé un projet de loi de "reconnaissance et de réparation" à l'égard de ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française.

"Après la guerre d’Algérie, la France a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfants", a reconnu le chef de l'Etat en s'exprimant à l'Elysée devant quelque 300 représentants de cette communauté estimée à 800.000 personnes.

"La République a contracté à leur égard une dette (...) Aux combattants abandonnés, à leurs familles qui ont subi la prison, je leur demande pardon. Nous n’oublierons pas", a-t-il ajouté.

Jusqu'à présent, Emmanuel Macron s'était toujours gardé de demander pardon sur les questions mémorielles, comme le Rwanda ou les essais nucléaires dans le Pacifique. Mais, pour les harkis, il s'agissait d'un "impératif moral" pour "l'idée qu'on se fait de la France", selon un conseiller.

Six décennies plus tard, le drame des harkis reste "une plaie à vif", comme l'a montré l'émotion régnant dans la salle des fêtes de l'Elysée où, fait sans précédent, le discours du président a été interrompu par deux enfants de harkis. "On n'a pas de passé (...) Mon coeur est blessé", lui a lancé une femme, la voix tremblante et les larmes dans les yeux.

Mais Emmanuel Macron a été aussi applaudi lorsqu'il a annoncé la présentation "avant la fin de l'année d'un projet visant à inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation à l'égard des harkis".

Réclamée avec force par les associations, cette loi, qui devrait être votée avant la fin de la session parlementaire en février 2022, visera à mettre en place une commission nationale qui estimera notamment les demandes de réparation des anciens combattants et de leurs enfants et petits-enfants qui vivent dans la précarité.

Le Président n'a fait aucune évaluation du montant global de ce soutien, qui viendra s'ajouter aux 40 millions d'euros débloqués en 2018 sur quatre ans dans le cadre du "plan harkis" présenté par la secrétaire d'Etat aux Armées Geneviève Darrieussecq.

- "Historique" -

Cette loi "est un pas historique", a réagi Dalila Kerchouche, fille de harki et réalisatrice, en jugeant que, "pour la première fois, un président avait compris la gravité du drame des harkis", qui "ont été trahis par l'Etat français".

Cette loi "n'aura pas vocation" à établir la vérité historique, a toutefois affirmé Emmanuel Macron, en précisant que ce n'était pas son "rôle" de juger "les dirigeants de l'époque", qui revient aux historiens.

En 2016, François Hollande avait déjà reconnu "les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis".

Autre figure de la communauté des harkis, Mohand Hamoumou, ancien maire de Volvic (Puy-de-Dôme) a déclaré espérer que celle loi "permette enfin de sortir de la compassion et d'aller vers la vérité et la justice attendues depuis si longtemps".

Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit qui opposa de 1954 à 1962 des nationalistes algériens à la France.

A son issue, une partie d'entre eux, abandonnés par Paris, ont été victimes de représailles en Algérie. Tandis que plusieurs dizaines de milliers d'autres, souvent accompagnés de femmes et d'enfants, étaient transférés en France, où ils ont été placés dans des "camps de transit et de reclassement" aux conditions de vie indignes et durablement traumatisantes.

Après avoir pris différentes initiatives liées à la guerre d'Algérie (sur Maurice Audin, l'ouverture des archives ou l'assassinat de l'avocat Ali Boumendjel...), Emmanuel Macron entend encore participer à deux journées mémorielles d'ici à la fin du quinquennat: la répression par la police française d’une manifestation d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961, et la signature des accords d’Evian le 18 mars 1962 qui ont consacré la défaite française en Algérie.

Autant de rendez-vous politiquement sensibles à l'approche de la présidentielle d'avril 2022, alors que les harkis représentent un électorat traditionnellement courtisé par le Rassemblement national et la droite.

"La générosité électorale d’Emmanuel Macron ne réparera pas des décennies de mépris ainsi que l’outrage commis par le président à la mémoire de ces combattants de la France accusés, en 2017, avec d’autres, de +crime contre l’humanité+", a dénoncé Marine Le Pen dans un tweet posté avant la réception.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info