Macron met la junte malienne sous pression et le Sahel face à ses responsabilités

Publié le à Bamako (AFP)

Le nouveau président malien, le colonel Assimi Goïta, se retrouve sous forte pression après l'annonce par Emmanuel Macron d'une réduction prochaine de la présence militaire française au Sahel et ses vives critiques sur la légitimité de celui qu'il a qualifié de "putschiste".

C'est toute une partie du Sahel que le président français a mise jeudi face à ses responsabilités en annonçant la fin de l'opération française antijihadiste Barkhane, présente au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, au profit d'une coalition internationale dont les contours restent à préciser.

"Barkhane s'en va, inutile de pleurnicher ou de distiller des diatribes contre la France. Sahéliens, préparez-vous", lance dans son éditorial le quotidien privé burkinabè "Aujourd'hui au Faso", alors que le pays est lui aussi confronté à une forte poussée jihadiste.

Mais c'est bien le colonel Goïta, investi lundi président de la transition au Mali, deux semaines après son deuxième coup d'Etat en neuf mois, qui est directement visé. Il n'avait pas encore réagi 24 heures après l'intervention du président français.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Assimi Goïta et ses frères d'armes vont devoir attacher solidement les lacets de leurs godasses", estime un autre journal burkinabé, Le Pays.

Assimi Goïta pensait sans doute avoir fait le plus dur en assurant lors de son investiture que le retour au pouvoir des civils aurait bien lieu début 2022. Il s'était aussi engagé au respecter d'un accord de paix crucial pour la stabilité au Sahel.

- "No man's land" -

Emmanuel Macron a néanmoins durci le ton jeudi, en déplorant que de vastes territoires restent privés de services de base "parce que les Etats décident de ne pas prendre leurs responsabilités".

"C'est clairement un défi lancé aux autorités maliennes actuelles sur cette question du retour de l'Etat dans les zones qui sont largement restées des no man's land", estime Ornella Moderan, cheffe du programme Sahel de l'Institut d'études de sécurité (ISS).

Emmanuel Macron a aussi reproché aux Etats ouest-africains d'avoir "reconnu" comme président de transition un "putschiste militaire six mois après lui avoir refusé ce droit".

"Les relations entre Bamako et Paris sont clairement tendues et cela ne va pas faciliter les choses", souligne à cet égard Mme Moderan, en soulignant toutefois que la reconfiguration annoncée n'est "pas un retrait" et que le "dialogue n'est pas rompu" entre Paris et Bamako.

Pour le consultant en sécurité Mohamed Coulibaly, les derniers soubresauts au Mali sont un "prétexte" saisi par Paris pour annoncer une "voie de sortie honorable" face à "la crainte de l'enlisement".

L'armée française a tué samedi dernier dans le nord du Mali "quatre terroristes", parmi lesquels Baye Ag Bakabo, cadre du groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) responsable du rapt en 2013 de deux journalistes français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés après avoir été pris en otage, a annoncé vendredi la ministre des Armées Florence Parly.

Le résultat de cette opération "illustre l'une des principales priorités de la France au Sahel: faire tomber les principaux chefs des groupes terroristes qui sévissent dans la région", qu'ils soient liés à Al-Qaïda ou a l'organisation Etat islamique, a souligné la ministre.

- "Construire une armée digne de ce nom" -

Elle a aussi dit que "l'engagement militaire restera très significatif", alors que Paris déploie actuellement dans le Sahel quelque 5.100 soldats contre les jihadistes.

Après huit ans de présence ininterrompue de l'armée française, qui avait stoppé en janvier 2013 une colonne armée de jihadistes menaçant de s'emparer de Bamako, l'ancien Premier ministre malien Moussa Mara a estimé sur les réseaux sociaux que la "balle est maintenant dans le camp des pays sahéliens et de leurs forces armées respectives".

"Nos autorités doivent nous dire comment elles compte relever les défis de la lutte contre le terrorisme, de la présence effective de nos administrations sur les territoires et de la sécurisation durable de nos populations. Chacun chez lui d'abord, ensuite collectivement face aux menaces transnationales".

"Il ne s'agit pas de chasser la France pour faire venir X ou Y. Pendant huit ans, nous n'avons pas su construire une armée digne de ce nom, tout cela n'est pas la faute de la France", estime l'imam Oumarou Diarra, figure du Mouvement du 5-Juin, dont est issu le nouveau Premier ministre de transition.

Aboubacar Siddick Fomba, membre du Conseil national de transition (CNT), qui fait office d'organe législatif, et réputé proche de la junte, estime pour sa part que la "conduite unilatérale et incohérente du président Macron" va se retourner contre lui.

Il est temps "d'adresser des demandes de coopération militaires à la Russie, à la Chine, à la Turquie", dit-il.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info