Malades, handicapés, des milliers de Syriens suspendus à l'aide de l'ONU menacée

Publié le à Azaz (Syrie) (AFP)

Victime d'un attentat, Mohamed al-Abdallah vit avec des éclats de métal logés dans son corps. Depuis, cet adolescent de 17 ans dépend pour son traitement de l'aide transfrontalière que l'ONU achemine jusqu'au nord-ouest de la Syrie.

Comme des millions d'autres Syriens, il risque d'en être prochainement privé: la Russie veut enterrer définitivement ce mécanisme d'assistance humanitaire en vigueur depuis 2014, et qui arrive en principe à échéance le 10 juillet.

Plus de 80% de la population du nord-ouest de la Syrie en dépend pour survivre, selon l'ONU. Le dispositif permet d'acheminer --sans l'aval de Damas-- médicaments, nourriture, couvertures, matelas et même vaccins anti-Covid, vers des territoires plongés dans la misère, échappant au régime, et contrôlés majoritairement par des rebelles et des jihadistes.

"Tous mes médicaments viennent de l'étranger", s'inquiète Mohamed al-Abdallah, qui vit sous une tente dans un camp de déplacés, au milieu des oliveraies d'Azaz, une grande ville du nord de la province d'Alep.

En 2014, un attentat à la voiture piégée a tué le père de l'adolescent et a blessé ce dernier au niveau de la colonne vertébrale.

"Si ça bouge d'un millimètre seulement, je serai paralysé, c'est ce que m'ont dit les médecins", déplore l'adolescent à la silhouette frêle, qui partage sa tente avec sa mère, sa soeur veuve, son neveu et sa nièce en bas-âge.

Contre ses douleurs neuropathiques, il ne peut compter que sur le traitement fourni par des ONG.

Le mécanisme transfrontalier, sauvé in extremis l'an dernier, a déjà été drastiquement réduit à un seul point d'entrée, celui de Bab al-Hawa (nord-ouest), qui permet de faire parvenir les aides de l'ONU et ses partenaires via la Turquie.

L'ONU et les Occidentaux réclament une prolongation d'une année supplémentaire. Un vote crucial est attendu au Conseil de sécurité des Nations unies, où Moscou a souvent recouru à son droit de véto.

"Si le poste-frontière ferme (...) je ne pourrais plus bouger", prédit Mohamed. "Je ne tiendrais pas sur mes jambes, la douleur est insupportable."

- "Catastrophe humanitaire" -

Dans le nord-ouest, quelque trois millions de personnes vivent dans la province d'Idleb, ultime grand bastion jihadiste et rebelle de Syrie. Il y a aussi plusieurs poches contrôlées par des factions proturcs.

Sans le renouvellement du mécanisme, la région "plongerait dans une catastrophe humanitaire", met en garde l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), précisant que le corridor est également "vital pour faire face au coronavirus."

L'an dernier, un millier de camions transportant de l'aide humanitaire ont traversé chaque mois la frontière pour soutenir 2,4 millions de personnes, a indiqué à l'AFP l'agence onusienne.

L'OMS fournit notamment des kits d'hémodialyse et d'anesthésie, des médicaments pour le diabète, la tuberculose ou encore la leishmaniose, maladie parasitaire de la peau largement répandue en Syrie, mais aussi des équipements pour les hôpitaux et les soins intensifs.

Préparé par l'Irlande et la Norvège, deux membres non permanents du Conseil de sécurité, un projet de résolution consulté par l'AFP demande le maintien pour un an de Bab al-Hawa et la réouverture de l'ancien couloir d'al-Yarubiyah. Celui-ci permettait, avant sa fermeture en 2020, d'acheminer l'aide depuis l'Irak voisin vers les territoires kurdes du nord-est.

Moscou, allié indéfectible du régime, réclame la fin de ce mécanisme et le retour à une pleine souveraineté syrienne où l'aide internationale passerait directement par Damas.

Dans un communiqué, l'ONG Amnesty International a jugé "absurde" de penser que le régime pourrait palier à la suppression de l'aide onusienne, rappelant que "les autorités sont notoirement connues pour bloquer systématiquement tout accès humanitaire".

- "Pas les moyens" -

Assis près de son fils Ahmed à la jambe amputée, Moustapha Chaabane raconte les drames en série qui ont déchiré sa famille.

L'un de ses fils est mort lors d'un raid contre sa camionnette: Ahmed a survécu mais a besoin d'une prothèse pour marcher. M. Chaabane, lui, souffre d'une fracture au crâne.

Lors d'un autre bombardement, sa fille a été blessée et a subi depuis trois opérations intestinales. Elle vit désormais avec une prothèse digestive. Le petit-fils de M. Chaabane a également été blessé.

"Sans mes anti-douleurs, je ne peux pas" vivre, lâche le sexagénaire. "Ma fille aussi prend des médicaments", ajoute-t-il.

Non loin, Ahmed Hamra s'inquiète lui aussi de voir l'aide transfrontalière supprimée. Amputée aux deux genoux, il a également été victime d'un raid aérien qui a tué son frère, et reçoit depuis quotidiennement des injections d'antalgiques.

"Ce sont des aides fournies par des cliniques", raconte ce déplacé de 37 ans. "Je n'ai pas les moyens d'acheter quoi que ce soit à la pharmacie."

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info