Marine Le Pen présidente? La question électrise la campagne

Publié le à Paris (AFP)

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen peut-elle remporter la présidentielle? A un peu plus d'une semaine du scrutin, la question électrise vendredi la campagne longtemps marquée par la pandémie du Covid et la guerre en Ukraine.

Les sondages ne sont qu'un instantané à un moment donné et n'anticipent en rien le résultat des urnes. Mais ils se suivent et se ressemblent depuis plusieurs mois, donnant Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour, pour un match retour de 2017.

Avec toutefois un écart qui se resserre entre le plus jeune président de la Ve République, candidat qui se veut "en même temps" de gauche et de droite. Et la candidate d'un parti d'extrême droite attirant un électorat populaire et qui s'évertue à lisser son image.

Pour Arnaud Mercier, chercheur en communication politique à l’université Paris Panthéon-Assas, l'ancien polémiste d'extrême droite Eric Zemmour constitue "le meilleur argument de dédiabolisation que Marine Le Pen puisse trouver" car "à coté de Zemmour, n’importe qui passe pour un modéré".

- "Réservoir de voix" -

La candidate RN "surjoue le côté +classe populaire+ et Eric Zemmour doit lui assurer un réservoir de voix pour le second tour que la famille Le Pen n’a jamais eu. Les choses s’arrangent bien pour elle", a-t-il assuré à l'AFP.

En marge d'un déplacement au marché de gros de Rungis (Val-de-Marne) pour opposer la "France des travailleurs du matin" à celle "des assistés et des profiteurs", Eric Zemmour a accusé les médias d'avoir fait preuve de "bienveillance" et de "complaisance" avec sa rivale Marine Le Pen.

Préoccupation numéro un des Français, le pouvoir d'achat est au coeur de cette campagne, une thématique encore plus d'actualité avec les répercussions de la guerre en Ukraine qui ont fait flamber les prix de l'énergie et des céréales.

En déplacement dans l'est du pays, Marine Le Pen abordera ce sujet phare sans délaisser la lutte contre l'immigration et l'insécurité. Après une visite de marché à Haguenau (Bas-Rhin), elle tiendra une réunion publique à Stiring-Wendel (Moselle).

Elle fait ainsi le choix de la "proximité" contre le "gigantisme" alors qu’Emmanuel Macron prépare un grand meeting samedi près de Paris.

Mais pas question de s'endormir sur des sondages porteurs. "La victoire est possible mais elle n’est pas acquise. Chaque voix compte", a insisté Laurent Jacobelli, un porte-parole de Marine Le Pen.

Défense du pouvoir d'achat aussi au menu de la candidate de droite Valérie Pécresse, au coude-à-coude avec l'ancien polémiste autour de 10% des intentions de vote, et qui tient une réunion publique à Toulon en soirée, dans une région où la droite et l'extrême droite réalisent traditionnellement des scores élevés.

Toujours ferme sur le régalien, elle s'est rendue jeudi soir dans les quartiers nord de Marseille pour y affirmer, près de points de trafic de drogue, sa volonté d'une "impunité zéro".

- "Catastrophe" -

Le Premier ministre Jean Castex, en tant que soutien du président-candidat, se déplace aussi dans le sud-est, à Carpentras (Vaucluse), sur des terres favorables au parti de Marine Le Pen.

La présidentielle "n’est pas jouée" et "tout le monde doit se mobiliser" car l’élection de Marine Le Pen serait une "catastrophe", a-t-il insisté à son arrivée. Selon lui, la candidate d'extrême droite "fait croire qu’elle a changé, qu’elle est devenue plus souple, plus centriste presque, mais c’est de l’imposture. Elle n’a pas changé".

Il rappellera tous les amortisseurs mis en place par l'exécutif pour atténuer l'inflation le jour où la ristourne gouvernementale d'au moins 15 centimes par litre de carburant est effective.

Quant à Jean-Luc Mélenchon donné en 3e position avec 15%, il prépare son grand meeting de dimanche sur la place du Capitole à Toulouse.

Il avait annoncé mercredi qu'en cas d'un nouveau duel Macron-Le Pen au second tour, il consulterait les militants avant de donner une consigne de vote, une position qualifiée d'"ambigüe" par Yannick Jadot, soulignant que "les écologistes n’ont jamais hésité à construire des fronts républicains contre l’extrême droite".

Adrien Quatennens, numéro 2 de LFI, a précisé vendredi sur Public Sénat la position de La France insoumise: "Nous prendrons position, dire pas une voix ne doit aller à l’extrême droite, c’est prendre position" et "le vote Rassemblement national ne sera pas une option".

En déplacement sur la côte atlantique à Nantes et Saint-Nazaire, la candidate socialiste est également revenue sur LCI sur la menace de l'extrême droite.

"Quand (...) on fait en sorte que le paysage politique totalement explosé soit un paysage dans lequel il n'y aurait plus qu'un candidat qui serait soit-disant le candidat d'une forme de raison, et en face l'extrême droite, on joue avec le feu et effectivement tout est possible", a estimé Anne Hidalgo sur LCI.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info